Test : Project Igi

Project Igi - PC

Genre : Action

Date de sortie : Décembre 2000

Genre
Action
Date de sortie
Décembre 2000 - France
Développé par
Interloop
Edité par
Eidos Studios
Disponible sur
PC
Site officiel
Site officiel

Project IGI est un shoot 3D, mais que les non bourrins se rassurent, le nouveau titre de Eidos privilégie l'infiltration et, franchement, ce n'est pas un jeu raté, loin de là.

 
 
Dire qu'avant, on se tapait dessus pour de vrai dans tous ces doom-like, eh oui, regardez Soldier of Fortune, Half-Life, Kingpin, Quake 3, etc. Maintenant, les développeurs introduisent peu à peu la notion "d'intelligence" dans ces jeux de shoot. Vous l'aurez donc compris, après No One Lives Forever, voici un jeu pas trop saignant mais particulièrement intéressant.
 

Au cas où vous ne l'auriez pas compris, Project IGI est un jeu d'action pas trop bourrin

Dans Project IGI, appelé également I'm Going In, vous incarnerez un soldat d'élite qui devra éradiquer des terroristes dans des missions très périlleuses, pouvant aller de l'infiltration dans une base ennemie pour voler un camion au vol de données secrètes. Les missions sont variées et vous donneront du fil à retordre, car ces dernières ont le mérite d'être particulièrement difficiles. C'est quand même pas la mer à boire, mais on doit reconnaître qu'on doit recommencer de nombreuses fois une mission avant de passer à la suivante.
Parlons donc un peu des armes que vous utiliserez. En fait, elles sont d'un classicisme décourageant : avec plusieurs modèles de mitrailleuses, de pistolets, un fusil sniper, etc. Ces armes pourront ricocher et pourront traverser quelques obstacles, comme les murs en bois et les caisses, à la manière d'un No One Lives Forever, sauf qu'ici, c'est bien plus utile. Qui n'a jamais rêvé de tirer comme un bourrin sur une porte et d'entendre le cri de son ennemi qui était caché derrière ?
 

Un moteur 3D puissant

La puissance du moteur 3D de Project IGI, comme dans de nombreux autres doom-like, est très efficace. Le graphisme affiché à l'écran est vraiment beau, les textures sont très nettes et les personnages sont bien modélisés avec des expressions réalistes. Les scènes cinématiques réalisées avec le moteur du jeu sont tout aussi réussies. Les ennemis sont également de la même trempe. Le seul grave défaut, c'est que le jeu est du coup incompatible avec des cartes anciennes, comme les Voodoo 2 (Gremlin peut en témoigner). Sur mon PC, le jeu s'est avéré d'une fluidité impressionnante en 1024x768 tous détails à fond, mais je ne sais pas ce que ça vaut sur un PC modeste.
Côté bruitages, le jeu est également réussi, mais comme je le dis toujours, les bruitages sont toujours bien faits dans les jeux. Dans la version française, les voix sont en anglais et les dialogues sont sous-titrés.
 

Des petits défauts

Comme vous avez pu le constater, notre avis sur Project IGI est quand même très positif. Par contre, il y a des défauts, à part la difficulté importante et les problèmes de compatibilité avec du vieux matos. Tout d'abord, on ne peut pas jouer en multijoueur, certes, le jeu ne s'y prêtait pas vraiment, mais ce petit ajout n'aurait pas fait de mal à personne. De plus, le système de sauvegarde n'est pas du tout réussi : en fait, vous ne pouvez pas sauver en cours de mission et vu la difficulté, quelques joueurs risquent bien de devenir fou avec la tension incroyable que procure le jeu. Il se pourrait qu'un patch corrige tout cela, mais une version multijoueur n'existera jamais.

Article rédigé par Monsieur Tomate , le

En fait, que vaut réellement Project IGI ? Eh bien la réponse est simple : avec ses beaux graphismes, son grand réalisme, des missions qui vous maintiendront en haleine de nombreuses heures, ce jeu risque bien de vous faire passer quelques nuits blanches, alors foncez !

Points positifs

  • Graphisme
  • Missions variées et prenantes
  • Réalisme

Points négatifs

  • Multijoueur absent
  • Config. recommandée
  • Sauvegardes absentes
  • Difficulté

A propos de l'auteur

Monsieur Tomate

Monsieur Tomate

Grand gourou

Depuis la fondation de GameHope en septembre 1999 sous le nom de HardGamers, le taulier du coin n'a cessé d'abuser de son fouet pour faire régner la terreur parmi son équipe. Ingénieur en informatique le jour, tyran impitoyable sur GameHope la nuit, on ne l'arrête jamais et gare à vos fesses si vous vous trouvez au travers de sa route lorsqu'il a en tête un énième plan diabolique, vous risqueriez de boîter le lendemain...

Contacter

Commentaires