Test : War And Peace

War And Peace - PC

Genre : Wargames

Date de sortie : Décembre 2002

Genre
Wargames
Date de sortie
Décembre 2002 - France
Développé par
Microïds
Edité par
Microïds
Disponible sur
PC
Site officiel
Site officiel

Microids surfe sur la vague Napoléon en sortant un jeu de stratégie temps réel reprenant un peu l'histoire de ce grand personnage. Mais à vouloir trop bien faire, le jeu est finalement assez maladroit.

 
 
Napoléon et moi, c'est une longue histoire. Les wargames et moi aussi, remarquez. Pour vous en convaincre, lisez donc les tests de Waterloo et de Combat Mission. Mais pas de chance, c'est sur moi que repose le destin de War and Peace... Pas de chance, ce n'est pas le jeu qui va me convertir aux wargames.
 

Un contenu affriolant

Vous prendrez la tête d'une des six nations proposées, avec au programme : l'Angleterre, la Russie, l'Autriche, l'Empire Ottoman, la Prusse et la France, chacune ayant ses points forts et ses points faibles. Les nations sont modélisées sous formes de plusieurs villes et tout est reconstitué, c'est-à-dire que dans les 10 campagnes, vous aurez exactement les conditions militaires, politiques et financières de l'époque. Dès le début, la carte est entièrement dévoilée afin d'élaborer vos stratégies le plus précisément possible. Vous devrez donc faire appel à de l'infanterie, des cavaliers, un général et plein de canons, comme dans Cossacks ! En tout, chaque nation a une vingtaine d'unités sans compter la flotte, utile pour débarquer chez l'ennemi. Ah oui, encore une chose : l'originalité de War and Peace réside dans le fait que c'est à vous de créer vos objectifs de mission en fonction de votre expérience et de votre ambition, surtout.
Mais vous n'allez pas seulement affronter brutalement les autres nations. Vous pourrez aussi gérer la diplomatie afin de développer vos villes avant d'en envahir de nouvelles. Au programme, des alliances, des traités de paix et des guerroyages intensifs !
 

Apparemment accessible

Contrairement aux autres wargames, un effort a été fait sur l'interface (hormis la caméra) et la simplicité de jeu, en théorie. Vous ne pourrez construire qu'entre 2 et 5 bâtiments dans chaque ville (trois tailles sont dispos : petites, moyennes ou grandes). Comme dans Civilization, mais en version light. Vous pourrez construire un hôpital, attribuer des points de science, acheter des hommes, récolter de l'or, etc. Rien de bien compliqué donc, a priori. Mais la difficulté est tout de même élevée et pour pouvoir s'en sortir, il vous faudra avoir de l'expérience dans les wargames. Donc si vous êtes un fan de ce type de jeu (entre nous, je ne comprendrai jamais pourquoi), vous en aurez sûrement pour votre argent.
 

Une impression de bâclé

War and Peace dégage une sensation de bâclé, afin d'avoir eu la chance de sortir pendant les fêtes. Du coup, le jeu est bridé par rapport à ce qu'on nous avait promis. Exit le mode multijoueur qui promettait pourtant de longues parties entre amis, vous devrez vous contenter de l'ordi et des 10 campagnes. Mais d'un autre côté, l'aspect historique a été parfaitement respecté, peut-être d'ailleurs, car vous aurez une reconstitution impeccable des lieux et de la situation de l'Europe entre la fin du XVIIIème siècle et le début du XIXème siècle.
De plus, le côté wargame est beaucoup plus présent que le côté stratégie temps réel qui sonne "grand public". Ainsi, on a droit à des graphismes moches et une technique très flaibarde (textures troubles, unités ridicules et animations réduites), mais ça, les amateurs s'en foutent. Toutefois, il faut reconnaître que les développeurs poussent le bouchon un peu loin avec une caméra difficile à manier et la nécessité de posséder une grosse machine pour pouvoir en profiter pleinement ! Comptez donc sur un PIII 1 GHz, 256 Mo de RAM et une carte graphique 32 Mo, pour pouvoir le faire tourner sans trop de saccades.
 

Article rédigé par Monsieur Tomate , le

Le plus gros défaut de War and Peace est sans conteste son trop grand bâclage. L'ergonomie et la technique d'une autre époque, sans oublier l'absence du mode multijoueur en font un jeu à ne destiner qu'aux fans absolus de wargames.

Points positifs

  • Quelques idées
  • Musiques

Points négatifs

  • Ergonomie de la caméra
  • Technique et design complètement obsolètes
  • Trop pointu pour le joueur normal

A propos de l'auteur

Monsieur Tomate

Monsieur Tomate

Grand gourou

Depuis la fondation de GameHope en septembre 1999 sous le nom de HardGamers, le taulier du coin n'a cessé d'abuser de son fouet pour faire régner la terreur parmi son équipe. Ingénieur en informatique le jour, tyran impitoyable sur GameHope la nuit, on ne l'arrête jamais et gare à vos fesses si vous vous trouvez au travers de sa route lorsqu'il a en tête un énième plan diabolique, vous risqueriez de boîter le lendemain...

Contacter

Commentaires