Preview : South Park : le Bâton de la Vérité

South Park : le Bâton de la Vérité - PS3

Genre : RPG scato

Date de sortie : 06 mars 2014

Genre
RPG scato
Date de sortie
06 mars 2014 - France
Développé par
Obsidian Entertainment
Edité par
Ubisoft
Disponible sur
PC, PS3, Xbox 360
Parfois appelé
South Park : The Game
Site officiel
Site officiel
PEGI
 Interdit aux moins de 18 ans

Microsoft présentait hier (ce soir, avec le décalage) la plupart de ses jeux lors d'une soirée Show Case à Los Angeles. L'occasion pour nous de découvrir avant le départ de l'E3 quelques jeux en exclusivité. Parmi de nombreux gros titres tels que Forza Horizon, le nouveau Gears of War ou encore Borderlands 2, un jeu a particulièrement attiré notre attention, South Park.

 
 
South Park : The Stick of Truth (traduit en "Le Bâton de la Vérité" en France, ce qui nous enlève le jeu de mots avec le "stick" de la manette), est le plus gros budget concernant la licence depuis le film. Développé par Obsidian Entertainment (Fallout : New Vegas, Alpha Protocol...), il nous place dans la peau du "new kid", un gamin tout récemment débarqué à South Park et menant une quête pour être cool. Ce sont les auteurs de la série, Matt Stone et Trey Parker, qui chapeautent le projet, et cela tombe sous le sens dès les premières minutes. En effet, vous voilà obligé d'arpenter la ville à la recherche de nouveaux amis car vos parents ont décidé de "tester" de manière parfaitement sexuelle votre nouvelle maison. Et ce n'est pas la peine d'essayer de rentrer chez vous, il y a un cadenas et votre père, à moitié à poil, vous gueulera par la fenêtre d'aller vous faire des potes. Comme l'ont dit les auteurs à la conférence MS, le jeu les a obligé à imaginer comment était foutu South Park géographiquement, question qu'ils ne s'étaient pour l'instant jamais posée. Il est impressionnant de constater à quel point l'esprit de la série est fidèlement retranscrit. Graphiquement, on est exactement dans le dessin animé, à tel point qu'il serait bien difficile de faire la différence entre le jeu et la série.
 

Screw you guys, I'm goin' home !

Le "nouveau" n'est pas encore très cool au début du jeu, et personne ne veut jouer avec lui. Il devra prouver sa valeur et se retrouve bien rapidement auprès de Cartman, le magicien du groupe, qui lui imposera quelques épreuves. On découvre alors à la fois un jeu désopilant, drôle à chaque instant, mais aussi probablement un très bon jeu de rôle pour ce que l'on a pu voir. South Park est bourré de détails rigolos, on peut d'ailleurs interagir avec une multitude d'éléments du décor, pour recevoir des bonus mais aussi et surtout pour faire que quelque chose de marrant arrive. Les voix originales de la série ont bien évidemment été conservées et les dialogues sont à mourir de rire, comme lorsque vous faites connaissance avec Cartman. Il vous proposera de vous appeler "Douchebag" (sac à merde) et vous demandera si cela vous convient. Vous cliquez naturellement sur non, mais Cartman répond alors "tu es sûr que tu veux t'appeler sac à merde?". On reclic sur non et Cartman dit "Alors tu t'appelleras Sac à merde". Et l'aventure commence avec comme rang, sac à merde. Mais ne vous inquiétez pas, vous pouvez progresser. Lorsque le niveau 2 est passé, vous deviendrez alors enfin... "Trou du cul" (Butthole).
 

Stan's mother is a stupid bitch. In a minor

1. South Park propose des tas de customisations de votre personnage, des barbes, des bonnets de joker, un monocle, ainsi que la plupart des codes du RPG classique. On augmente ses attributs, on achète des armes, et bien évidemment tout cela permet de participer à des phases de combat, elles aussi épiques. Lors d'un affrontement avec des gothiques, en équipe avec Cartman (qui a un rôle de "magicien"), nous avons pu découvrir toute l'étendue des pouvoirs des deux larrons. Les combats se déroulent au tour par tour, chacun balançant sur l'autre chacun son tour ses sorts et ses coups. Mais il est aussi possible de bloquer en temps réel les attaques de l'adversaire, et vos bons réflexes vous octroieront des bonus pour répliquer instantanément. Comme on peut s'en douter, l'arsenal est absolument génial, à commencer par le très puissant vibroblade, dérivé du vibromasseur traditionnel détourné à des fins martiales. Les armes peuvent être enchantées, afin d'être boostées. Par exemple, votre vibroblade pourrait devenir toxique à terme. Cartman pourra, en guise de boule de feu, effectuer de gigantesques pets enflammés contre ses adversaires, mais ce qui a vraiment marqué l'assistance, c'était probablement l'invocation. Ici, point de dragon mais Mister Slave, l'ami masochiste du professeur monsieur Garrisson, qui s'empressera de baisser son pantalon pour le plus simplement du monde s'enfoncer votre ennemi dans le derrière, le faisant disparaître à tout jamais. Eh oui, c'est ça South Park, aucune limite.
 

Article rédigé par JoKeR , le

Après quelques minutes de présentation et des tas d'éclats de rire, on est en mesure de vous dire aujourd'hui que South Park : The Stick of Truth, est une véritable bombe en devenir. A mourir de rire, fourmillant de détails tous plus désopilants les uns que les autres, on reconnait non seulement l'humour des auteurs comme dans un très bon épisode de la série, mais en plus le talent d'Obsidian pour réaliser un RPG efficace, avec ses codes adaptés pour l'occasion. On en demande plus, et on a vraiment très très très hâte de voir la suite. Le genre de jeu qui fait trouver le temps très long avant 2013.

A propos de l'auteur

JoKeR

JoKeR

Rédac' Chef / Touriste.

Passez votre chemin, ce mec est un con. Avis de merde, méconnaissance générale du sujet et pleins pouvoirs sur le site, ce mec est un imposteur. Regardez, je me suis emparé de son compte pour écrire sa bio et à mon avis il ne s'en apercevra jamais ce naze.

Contacter

Commentaires