Preview : The Last of Us

The Last of Us - PS3

Genre : Survival apocalyptique

Date de sortie : 14 juin 2013

Genre
Survival apocalyptique
Date de sortie
14 juin 2013 - France
14 juin 2013 - USA
20 juin 2013 - Japon
Développé par
Naughty Dog
Edité par
Sony Computer Entertainment
Disponible sur
PS3
Modes de distribution
Boutique
Site officiel
Site officiel
PEGI
 Interdit aux moins de 18 ans
 Grossièreté de langage
 Jeu en ligne
 Violence

Naughty Dog, c'est des mecs biens. Le genre de mecs qui mettent un peu de temps à sortir leur jeu, mais qui se permettent de mettre assez systématiquement une tarte dans la tronche des joueurs. Du coup, quand on nous propose de jouer deux séquences du jeu, on est un peu contents de partager nos impressions avec vous.

 
 
Après la série des Uncharted, tout le monde attendait de pied ferme la nouvelle IP de Naughty Dog. Dévoilé pour la première fois lors des Video Games Award 2011, celui-ci est passé gold il y a seulement quelques heures. Au départ, nous pensions comme tout le monde avoir affaire à un nouvel Uncharted-like, un jeu qui certes ne révolutionnera certainement pas l'industrie vidéoludique avec son gameplay mais qui utilise des bases solides en les sublimant au maximum. Uncharted était magnifique, son héros diablement bien animé, ses décors bigrement travaillés... Et on était donc en droit d'attendre un résultat un petit peu similaire de la part de Naughty pour The Last of Us et pourtant, c'est ici un peu différent.
 

The Road

De prime abord, ce n'est pas la même claque graphique. Mais attention, ne pas prendre une claque graphique ne signifie pas qu'on est devant quelque chose de laid, très très loin de là. A vrai dire, The Last of Us se situe même certainement dans la catégorie "très beau", il ne donne simplement pas la même tarte qu'Uncharted, voilà tout. De plus, l'animation de son personnage principal est un bien plus lourde, ce qui découle d'une volonté des créateurs de rendre sa physique plus réaliste. Joel est plus humain que Nathan, et voir une gouttière le long d'un mur ne signifie pas ici pouvoir grimper directement dessus. C'est d'ailleurs une des raisons pour lesquelles The Last of Us n'est finalement pas du tout une redite d'Uncharted, à savoir qu'il propose un gameplay totalement différent basé, lui, sur la survie et le réalisme des capacités de ses personnages.
 
 
Les deux séquences que nous avons eu l'occasion de parcourir proposaient deux types de missions différentes, reflétant probablement assez bien les différents genres de gameplay que nous serons amenés à jouer durant l'aventure. On incarne donc Joel, suivi de Ellie sa jeune acolyte, qui essaient tant bien que mal de survivre dans un monde désert et post-apocalyptique. La première mission était plutôt basée sur l'exploration et nous avons donc pu apprécier le principe de survie un petit peu en profondeur. Les niveaux sont grands, avec beaucoup de bâtiments laissés à l'abandon à explorer. Ceux-ci, lorsque l'on les fouille un petit peu profondément, regorgent d'objets qui serviront à organiser un inventaire bien foutu. On trouve du scotch, des pilules, de l'alcool, des ciseaux, des boulons... Toutes sortes d'objets qui permettront d'être utilisés soit indépendamment les uns des autres, soit d'être "craftés" pour obtenir un nouvel objet plus puissant. Par exemple, si vous trouvez un tuyau, c'est pratique pour frapper les infectés (sortes de zombies locaux) mais ça ne fait pas très mal. Par contre, si vous possédez ce tuyau et que vous y ajoutez du scotch ainsi que la paire de ciseaux, vous obtenez une arme beaucoup plus efficace, alliant force de frappe et déchirure de chairs. Un autre exemple ? Bouteille vide (qui seule peut être projetée pour attirer l'attention d'un ennemi quelque part) + Alcool (qui peut aussi servir à la conception d'une trousse de soin) = cocktail molotov.
 

Nous sommes une légende

On ramasse aussi des boulons et autres engrenages, permettant lorsque l'on trouve un établi, de faire évoluer ses armes à la force de ses petits outils. L'exploration se fait souvent sur la pointe des pieds, de peur de réveiller les malades difformes qui peuvent apparaître soudainement de n'importe quel recoin sombre. On prend vite de bons réflexes, comme par exemple, utiliser une bouteille vide ou une brique pour la jeter quelque part afin de détourner leur attention. L'intérêt n'est pas forcément de les défoncer, mais surtout de pouvoir passer sans embûche. On progresse parfois lentement accroupi, on s'éclaire fébrilement à la lampe de poche en espérant ne pas tomber sur un os au détour d'un couloir... Le principe de survie est vraiment bien foutu semble contribuer à maintenir une certaine tension assez jouissive durant ces phases. Les personnages n'ont pas de capacités spéciales, ils ne grimpent pas aux murs, ne courent pas à la vitesse d'Usain Bolt pendant leur footing. Une vraie bonne ambiance, parfois même un peu flippante, et il nous a semblé qu'une jolie relation unissait Joel et Ellie pour ce que nous en avons vu.
 
 
La séquence suivante permettait de goûter au côté action du soft. Après avoir survécu à une embuscade, Joel et Ellie n'ont d'autre choix que de se battre contre des humains pour pouvoir continuer leur route. Et là, je m'apprête à écrire quelque chose que curieusement, je n'avais encore jamais écrit en 5 ans de papiers divers sur le jeu vidéo. L'I.A du jeu semble excellente. Merde, je l'ai enfin dit ! Naughty Dog fait un pied de nez à ceux qui pensaient qu'ils ne savaient faire que du joli. Au terme d'une bataille courte mais efficace, nous avons relevé plusieurs petites choses qui, mises bout à bout, font de l'I.A un facteur de jeu très très important. Comme vous vous en doutez, nous n'avons que très peu de munitions de flingue et les objets de combat ont une durabilité. Nous restons cachés derrière une caisse enregistreuse, plusieurs ennemis sont planqués devant nous à différents endroits. Si l'on tire et qu'on rate, il faut se planquer de suite parce que les adversaires ne vous louperons pas. Cela maintient une certaine pression.
 

Apocalypse Later

J'ai essayé de jeter une brique derrière un ennemi qui savait où j'étais, il n'y a même pas prêté attention (les humains sont donc effectivement bien moins cons que les infectés). J'ai épuisé mes munitions et oublié de recharger. En entendant le "clic" de mon arme vide, les ennemis ont conclu qu'ils pouvaient venir me déloger sans risque ces salauds. Certains ont essayé de me contourner les bougres. Impossible de rester au même endroit donc, par manque de munition et parce que les ennemis allaient m'encercler. On tente donc de bouger pour essayer de trouver n'importe quel objet à leur coller sur la tronche mais un ennemi nous surprend par derrière, Ellie est intervenue pour le planter et me libérer. Ce n'est qu'une somme de petits détails, mais qui mis bout à bout rendent les scènes d'action vraiment jouissive et surtout offrent une pression constante. Alors on a hâte, vraiment hâte d'en voir plus.
 

Article rédigé par JoKeR , le

The Last of Us semble être bien loin de ce à quoi s'attendaient les joueurs, à savoir un "Uncharted-like". C'est un jeu beaucoup moins pop-corn, plus réfléchi et infiniment plus mature auquel nous allons avoir droit le 14 juin prochain. De la survie, de la vraie, et même des ennemis intelligents (le genre de truc qu'on a pas vu depuis tellement longtemps). Si techniquement, il tarte moins la gueule que son aîné, il semble que Naughty Dog ait mis l'accent cette fois-ci sur un vrai gameplay, efficace et intelligent, ainsi que sur probablement une très jolie histoire sur fond d'horreur.

A propos de l'auteur

JoKeR

JoKeR

Rédac' Chef / Touriste.

Passez votre chemin, ce mec est un con. Avis de merde, méconnaissance générale du sujet et pleins pouvoirs sur le site, ce mec est un imposteur. Regardez, je me suis emparé de son compte pour écrire sa bio et à mon avis il ne s'en apercevra jamais ce naze.

Contacter

Commentaires