Test : The Last of Us : Left Behind

The Last of Us : Left Behind - PS3

Genre : DLC préquelle

Date de sortie : 14 février 2014

Genre
DLC préquelle
Date de sortie
14 février 2014 - France
Développé par
Naughty Dog
Edité par
Sony Computer Entertainment
Disponible sur
PS3
Modes de distribution
PlayStation Network
PEGI
 Interdit aux moins de 18 ans
 Violence

The Last of Us, après avoir récolté toutes les récompenses possibles en 2013, revient cette année pour un DLC solo intitulé "Left Behind". Et la question qui est sur toutes les lèvres est la suivante : cherche t'on à surfer rapido sur le succès de la licence ou est-il indispensable de le réaliser pour boucler l'histoire pour de bon ?

Test effectué à partir d'une version PS3

 
 
The Last of Us c'était quand même un sacré bout de viande sans déconner. Je vous dis ça parce qu'effectivement, aussi impressionnable que puisse être ma petite personne, c'est probablement le jeu qui m'a le plus marqué sur cette génération. Nécessairement, lorsqu'on annonce un DLC à ce monument, on se demande si c'est du lard ou du cochon (bah oui, regardez plus haut, j'ai dit que c'était un sacré bout de viande ce jeu). Left behind nous place dans la peau d'Ellie, la petite ado bad-ass qui partage l'affiche de Last of Us avec Joel. Si l'on nous avait annoncé que ce DLC se situerait chronologiquement avant l'histoire du jeu, ce n'est pas exactement le déroulé qui nous est réservé.
 

Droit devant

A partir d'ici, foutez-moi le camp les profanes. Allez, filez d'ici ! Je ne m'adresse, tout comme ce DLC d'ailleurs, qu'à ceux qui ont terminé The Last of Us. Les autres, contentez vous du test.

C'est bon, on est entre initiés ? En réalité, Left Behind se situe aux trois quarts de l'histoire de The Last of Us, plus précisément au début de l'hiver. Joel a fait une mauvaise chute à l'université d'Eastern Colorado et s'est retrouvé empalé de part en part par une barre de fer. C'est le moment où celui-ci, entre la vie et la mort, a cruellement besoin de médicaments. C'est ici que débute le DLC, dans la peau d'Ellie. Celle-ci doit trouver des médicaments dans un centre commercial délabré envahi par la neige et devra se frayer un chemin entre les miliciens qui veulent sa mort et les infectés affamés. Mais parallèlement à la première mission où Ellie fait cavalière seule, celle-ci revivra une journée qu'elle a passé avec Riley, sa meilleure amie de 15 ans comme elle, bien avant que celle-ci ne rencontre Joel. Si vous avez un minimum suivi The Last of Us, vous entamez votre voyage avec elle en sachant parfaitement comment celui-ci va se terminer. Mais comme bien souvent, ce n'est pas l'arrivée qui compte mais bel et bien le chemin parcouru...
 

Ne pas se retourner

Ellie vivra dans Left Behind deux histoires en parallèle. Les scènes de présent et de passé s'alternent à mesure que vous progressez dans l'histoire. Malgré, comme dans The Last of Us d'ailleurs, un début assez lent, le rythme finit par se trouver rapidement. Les parties du centre commercial sont plutôt réservées à l'action et l'infiltration, tandis que l'histoire que vit Ellie avec Riley donne la part belle à la narration. Choix couillu, il faut bien l'avouer, de la part de Naughty Dog que de décider de réserver la moitié du contenu à un gameplay quasi-parfaitement contemplatif. Mais c'était sans compter sur leur incroyable talent de mise en scène. The Last of Us nous avait offert dans ses toutes premières minutes de comprendre et partager la plus difficile épreuve de la vie de Joel avant qu'il ne rencontre Ellie. Left Behind nous permet de découvrir de la même manière par quoi est passée la jeune fille avant les événements de l'histoire principale. On apprend en quelques heures ce qu'Ellie s'était contentée de résumer en quelques mots à Joel, et comme dans les plus belles / douloureuses scènes de The Last of Us, on en sort tout chose.
 

Luciole y es-tu ?

Le soin apporté à ce DLC, qui pourtant ne dépasse les 2h30 en trainant les pieds, n'a rien à envier à celui apporté à The Last of Us. Certains décors laissent penser que l'on erre dans de véritables artworks et bon sang, quel talent narratif ! Observer la relation de ces deux jeunes filles entre innocence et passage forcé à l'âge adulte est triste et attendrissant à la fois. Alors c'est vrai, au final on joue relativement peu mais dans un titre où l'histoire est aussi importante que dans The Last of Us, on ne crie pas un seul instant au scandale. Pire, on apprécie. Cerise sur le gâteau, le fait que cette histoire se déroule en DLC est parfaitement justifié, tant elle aurait probablement plombé le rythme si elle avait été intégrée au jeu d'origine. Ce DLC est certes un petit peu du luxe puisque ces deux très jolies heures coûtent la bagatelle de 15 euros, mais c'est une bien belle manière de compléter l'histoire.
 

Article rédigé par JoKeR , le

Left Behind est l'un des meilleurs DLC qu'il nous ait été donné de voir, tant dans sa réalisation que dans son aspect narratif. C'est un petit peu comme si vous aviez réalisé un grand et joli puzzle et que soudain vous trouviez une pièce manquante qui vous avait échappé jusqu'ici. Bien qu'elle ne vous ait pas manqué quand vous ne l'aviez pas vu, pouvoir l'imbriquer à sa place offre une vraie satisfaction. Dommage que celui-ci soit si court pour 15 euros hélas.

Points positifs

  • Vrai talent narratif
  • Visuellement toujours aussi sublime
  • Poignant. Encore.

Points négatifs

  • 2h / 2h 30 : 15 euros. BIM !

A propos de l'auteur

JoKeR

JoKeR

Rédac' Chef / Touriste.

Passez votre chemin, ce mec est un con. Avis de merde, méconnaissance générale du sujet et pleins pouvoirs sur le site, ce mec est un imposteur. Regardez, je me suis emparé de son compte pour écrire sa bio et à mon avis il ne s'en apercevra jamais ce naze.

Contacter

Commentaires