Test : Wasteland 3 - PS4

Wasteland 3 - PS4
Partager
Six ans après un Wasteland 2 réussi, InXile Entertainment revient avec un troisième épisode, délaissant le désert aride de l’Arizona pour la neige radioactive du Colorado. Un changement de décor bienvenu, mais est-ce que cela suffit pour renouveler une licence ? La réponse ci-dessous.

Test effectué à partir d'une version PC


Wasteland 3

Le jeu débute alors que votre bataillon de rangers est en route pour Colorado Springs. Mais, suite à une embuscade particulièrement sanglante, seuls deux soldats survivent. Ce sont vos deux premiers héros. Vous avez la possibilité de choisir une paire de soldats parmi les cinq proposés, ou de les créer de toute pièce. Le système de création de personnage est complet, proposant tout ce que vous pouvez attendre de lui, à l'exception d’un choix de classe. En effet, comme cela se fait de plus en plus de nos jours, Wasteland 3 délaisse les classes traditionnelles pour un système de distribution de points d’attributs, plus fluide et organique. Mais la sélection de leur arme de départ a aussi une importance capitale tant les caractéristiques diffèrent d’une arme à l’autre. Il faut donc bien réfléchir à votre composition afin d'avoir une équipe bien équilibrée et complémentaire.
 

Bienvenue à Colorado Springs

Juste après vous être échappé, vous rencontrez le Patriarche, le dirigeant de Colorado Springs. Celui-ci vous donne un QG et une mission : ramener des enfants à la maison pour éviter qu'ils ne mettent la région à feu et à sang. De prime abord, les enjeux sont clairs. Mais le titre brouille rapidement les pistes, dévoilant la face sombre de personnages a priori blancs comme neige et vous mettant face à des choix où aucune des solutions n'est bonne. Le monde de Wasteland 3 est sans pitié, et il faut se méfier des apparences. Derrière des actes vils se cachent souvent des êtres désespérés, quand ils ne sont pas tout simplement devenus fous, et inversement. Ce qui n’empêche pas non plus le titre de faire preuve de légèreté par moments, certains personnages bigarrés croisant occasionnellement votre route. A ce titre, nous avons particulièrement apprécié l’Armée des Monstres, une faction qui, derrière un nom pour le moins intimidant, cache une bande de grands enfants fans de films d’horreur des années 80.

Wasteland 3

Les six salopards

Si Wasteland 3 vous laisse la possibilité de créer votre équipe de A à Z, avec des personnages de votre création, le jeu vous propose aussi des compagnons, que vous rencontrerez au fil de votre aventure. S’ils n’ont pas forcément les caractéristiques souhaitées pour votre dream team, nous vous conseillons tout de même de les intégrer dans votre équipe. En effet, ces derniers, réagissant à vos actions, apportent de la vie et du corps à votre groupe. Ils ont leurs propre codes moraux et ils vous feront savoir s’ils n’apprécient pas l'une de vos décisions. Certains iront même jusqu’à quitter votre groupe si vous les contrariez trop. Un système de réputation similaire s’applique aussi aux différentes factions du jeu qui, suivant vos actions, vous accueilleront à bras ouverts ou se montreront hostiles. Les choix sont parfois difficiles dans Wasteland 3, mais ils ont toujours un impact sur le monde environnant. A tel point que, dans certains cas, nous avons dû nous poser 5 minutes pour réfléchir aux différentes implications, afin d’être sûr (ou presque) que notre décision ne se retourne pas contre nous.

Wasteland 3

A million ways to die in the west

Vous vous en doutez, tous les conflits ne se résoudront pas pacifiquement. Vous aurez (très) régulièrement recours à la force. Les combats se déroulent en vue aérienne, au tour par tour, à la manière d’un tactical. Chaque arme ayant ses propres spécificités (portée, cadence de tir, pénétration, etc), bien positionner vos unités vous donnera un avantage certain. Et, dans certaines situations, cela fera même la différence entre la victoire et une défaite cuisante. La difficulté est cependant bien dosée, vous obligeant à réfléchir à chacune de vos actions sans jamais vous mettre face à des ennemis surpuissants, mais il faut tout de même veiller à ne pas gaspiller vos munitions. Si vous en trouverez régulièrement, vous les consommerez à un rythme dramatique... et vous ne voulez pas être à court de munitions sur le champs de bataille. Au final, les combats de Wasteland 3 proposent un gameplay classique, sans grandes innovations, mais ils sont plaisant et varient efficacement les situations. Et c’est bien là le plus important.
 
Wasteland 3

Kodiak mon amour

L’univers de Wasteland 3 ne se limite pas à Colorado Springs, mais s’étale sur tout l’état. Vous aurez l’occasion de visiter d’autres "villes", à condition de parvenir à les atteindre. Car les terres sauvages du Colorado sont hostiles, et les parcourir à pied équivaut à un suicide. Heureusement, vous avez le Kodiak, un véritable char d’assaut. Il faut le voir comme le septième membre du groupe, pouvant lui aussi être amélioré. Mieux, il prend part aux affrontements aléatoires également, grâce à ses canons et à la capacité d'écraser les ennemis qui ont la mauvaise idée de se mettre en travers de son chemin. Avoir un Kodiak bien équipé vous facilitera grandement la vie, vous permettant de franchir des zones radioactives sans trop de dommages et de dégrossir les rangs ennemis sur le champs de bataille. La personnalisation de l’engin est basique, mais efficace. Cette simplicité n’a rien de gênant, tant cet aspect du jeu est secondaire.

Wasteland 3

Sweat home Colorado

Si vous recevez un QG au début de l'aventure, c'est à vous qu'il incombe d'embaucher le personnel pour le faire tourner. Recruter du personnel d'une faction vous fera bénéficier d'avantages supplémentaires si vous êtes bien vu par cette dernière. Le recrutement se fait par le biais de missions spécifiques : certaines vous demandent, par exemple, de résoudre un conflit entre deux factions. Dans ces cas-là, la nouvelle recrue sera envoyée par le camp pour lequel vous avez pris parti. Il faudra donc résoudre la problématique avec cet enjeu supplémentaire en tête. En théorie du moins, car l'impact est très léger, se limitant à des réductions plus ou moins importantes dans les diverses boutiques de votre QG. Ce qui est franchement dommage. 
 
Wasteland 3

Colorado brisé

Visuellement parlant, Wasteland 3 est joli. Il ne vous décrochera pas la mâchoire, mais le moteur Unity fait le boulot, offrant des modélisations et des effets visuels soignés. Nous retenons particulièrement les visages de certains personnages qui, lors de séquences de dialogues spécifiques, sont mis en valeur avec des animations faciales très réussies. Pour l'interface, le bilan est plus mitigé. Elle remplit très bien les fonctions de base, mais il lui manque quelques petites fonctionnalités d'apparence anodines mais qui simplifient grandement la vie. L'exemple le plus probant concerne la gestion de l'inventaire : quand vous récupérez une nouvelle pièce d'inventaire, vous êtes obligé de la comparer avec l'équipement de chaque personnage individuellement pour voir à qui elle ira le mieux. Dans d'autres titres, les effets de base apparaissent sur la vignette des personnages, donnant un aperçu plus rapide de l'intérêt de l'objet concerné. Cela n'a l'air de rien, mais l'absence de cette feature rend la gestion de l'inventaire laborieuse.

Wasteland 3

Wasteland 3 fait honneur à la licence : il propose un scénario intéressant, soutenu par un gameplay efficace, bien que classique. Cette version sombre et violente du Colorado mettra votre sens moral à l’épreuve via des choix pas évidents, et il est primordial de bien les réfléchir tant leurs conséquences peuvent être désastreuses. Si vous aimez les RPG narratifs à l’ancienne, Wasteland 3 est fait pour vous.
08 septembre 2020 à 11h27

Par

Points positifs

  • Un scénario intéressant
  • La qualité d'écriture
  • Des choix pas évidents et impactants
  • Système de combat efficace...

Points négatifs

  • ... Mais très classique
  • Gestion de l'inventaire fastidieuse
  • Temps de chargement trop longs

Gribouillé par...

pattoune

pattoune

Ours savant

Davantage ours que savant, ce con n'a pas compris que l'hibernation c'est en hiver. Résultat, il reste cloitré dans sa grotte à longueur d'année. Ce qui arrange bien du monde. Mais ce n'est pas un mauvais bougre. Il est même plutôt drôle à l'occasion. C'est souvent à ses dépens mais chut, il faut pas le dire. Ayant été récemment rattrapé par l'eau courante et l'électricité, il est désormais en mesure, après avoir difficilement assimilé les bases de l'hygiène corporelle, de nous livrer tests, news et autres contenus enchanteurs. Il nous reste plus qu'a espérer qu'il ne lui vienne pas l'idée de faire prendre un bain à son PC... Trop tard.
Revenir en haut