Test : Constructor HD

Constructor HD - PS4

Genre : City-builder

Date de sortie : 23 juin 2017

Genre
City-builder
Date de sortie
23 juin 2017 - France
Développé par
System 3
Disponible sur
PC, PS4, Xbox One
Modes de distribution
PlayStation Network
PEGI
 Interdit aux moins de 16 ans

Sorti à l'origine en 1997 sur PC, Constructor a eu droit il y a peu à une nouvelle sortie, cette fois-ci également sur consoles de salon. Développé par le studio System 3, ce jeu de gestion a-t-il suffisamment bien vieilli pour pousser les fans du genre à passer à la caisse ?

Test effectué à partir d'une version PS4

Contrairement à d'autres city-builders, comme par exemple le très bon et plus récent Cities : Skylines, le but de ce Constructor HD n'est pas uniquement de construire et gérer sa petite ville, en essayant de faire face aux problèmes que cela engendre. Ici, il est aussi question de saboter la bourgade des autres, et ce en employant différents moyens plus ou moins honnêtes. Ainsi, il est possible d'envoyer toutes sortes de personnes peu fréquentables pour foutre le bordel, chacun ayant ses propres aptitudes : les voleurs... volent des trucs, les hippies manifestent en faisant du bruit, les gangster détruisent les propriétés adverses ou se les approprient, et ainsi de suite. Bref, un élément central destiné à appréhender de manière différente le genre du city-builder, d'autant plus que l'ordinateur n'est pas le seul adversaire puisqu'il est possible de jouer à plusieurs. En tout cas sur le papier, car manette en mains c'est un peu plus compliqué que ça. Le titre de System 3 propose en effet une difficulté certaine, et il est assez difficile de trouver le temps d'envoyer ses sbires chez la concurrence. Ainsi, en dehors des problèmes habituels pour un jeu de ce type, par exemple des habitants qui se plaignent de diverses choses, il faut aussi gérer d'autres problèmes plus longs et compliqués à désamorcer (sans parler des demandes spécifiques et ponctuelles qui nécessitent d'être prises en charge rapidement sous peine de rencontrer un Game Over aussi frustrant qu'injuste).
 

Les Infiltrés

Ainsi, il est possible que la ville du joueur soit envahie par des zombies ou encore des cafards. Un élément là encore assez intéressant, puisque tous les city-builders ne proposent pas ça, mais dans les faits il est assez difficile de faire face à tout ça car le titre ne laisse pas au joueur le temps de s'occuper d'un problème avant d'en envoyer un autre... Résultat, on est obligé de laisser tomber les tâches annexes, envoyer des filous ou simplement construire de nouveaux bâtiments afin de faire rentrer de l'argent, histoire de s'occuper de ça. Dommage. D'autant plus que le pognon est clairement le nerf de la guerre, et le but de Constructor HD est d'ailleurs d'en faire rentrer le plus possible durant un certain nombre d'années. Mais d'autres objectifs secondaires sont aussi proposés dans le titre, ce qui amène le nombre de modes principaux à six en tout. Soit six manières de jouer pour six fins différentes. Là encore, sur le papier. Mais dans le jeu, il n'y a pratiquement aucune différence entre les uns et les autres, et le joueur comprend bien rapidement qu'il ne fera pas les six modes puisqu'ils finissent par tous se ressembler... Un problème évident au niveau du contenu, qui est encore renforcé par le mode Missions qui ne propose pas grand-chose mis à part un ''Bientôt disponible''. Ces missions seront-elles payantes ? Gratuites ? Impossible à dire pour le moment, mais ce qui est sûr c'est que c'est vraiment limite.
 
Constructor HD

Et ce n'est malheureusement pas le seul problème de ce Constructor HD, qui montre bien rapidement ses limites. Ainsi, une fois le tutoriel – clairement indispensable pour comprendre toutes les mécaniques du jeu – terminé, on se rend bien compte que le titre tourne en rond, avec assez peu de nouveautés et beaucoup de répétitivité. Par exemple, les citoyens finissent par toujours se plaindre des mêmes choses... Bref, si la construction se montre suffisamment convaincante en elle-même, et encore heureux avons-nous envie de dire, c'est tout ce qui gravite autour qui est désagréable, comme expliqué plus haut. Et si l'on rajoute à ça une maniabilité à la manette pas franchement optimale ni intuitive, des bugs à répétition dont certains faisant perdre une bonne partie de la progression si l'on ne pense pas à sauvegarder et un multijoueur aussi vide que le désert du Sahara (ou bien ne fonctionne-t-il pas ? Mystère)... Les plus acharnés essayeront peut-être également le mode Game Designer, qui permet de personnaliser un peu le tout, mais les éléments proposés ne sont pas en nombre suffisant pour convaincre totalement. La réalisation rattrape un peu la chose et, même si le soft accuse tout de même les années, les graphismes ne sont pas hideux, et l'on apprécie les petites animations des personnages qui apparaissent sur le côté de l'écran. Une bien maigre consolation au vu du reste.

Article rédigé par Shauni Chan , le

Pas besoin de s'étendre encore plus, vous l'aurez compris : Constructor HD est une vraie déception. Entre un gameplay répétitif, une maniabilité peu optimale, des bugs en pagaille, un contenu rachitique (le mode Missions vide, les six possibilités de parcourir la Campagne avec quasiment aucune différence...) et une difficulté frustrante, les fans de city-builders feraient mieux de se tourner vers d'autres titres. Dommage, car le principe d'envoyer des personnes pour aller foutre le bordel chez la concurrence était intéressant.

Points positifs

  • Visuellement pas trop mal
  • Aller foutre le bordel chez la concurrence
  • Phase de construction pas si mal

Points négatifs

  • Trop répétitif
  • Trop peu de contenu
  • Trop frustrant
  • Trop bugué

A propos de l'auteur

Shauni Chan

Shauni Chan

Caution féminine

Détentrice d'un Baccalauréat P (pour ''platformer'') option Sonic the Hedgehog, Shauni Chan a ensuite obtenu avec brio sa licence en Nintendo, spécialisation The Legend of Zelda. Elle est devenue par la suite Docteur ès RPG japonais grâce à sa note maximale lors de l'épreuve Tales of.

Contacter

Commentaires