Test : Secret of Mana

Secret of Mana - PS4

Genre : Remake de RPG

Date de sortie : 15 février 2018

Genre
Remake de RPG
Date de sortie
15 février 2018 - France
Edité par
Square Enix
Disponible sur
PC, PS4, PSVita, Super Nintendo
Modes de distribution
PlayStation Network

L'histoire du jeu vidéo est pleine de titres cultes. Super Mario Bros., The Legend of Zelda : Ocarina of Time, Sonic the Hedgehog, Final Fantasy VII, Tomb Raider, Tales of Symphonia, Okami, Pac-Man, Resident Evil... Tant de titres qui ont bercé la jeunesse de bien des joueurs, certains que leur jeu préféré a bien vieilli et qu'il est aussi bon qu'à l'époque. Mais est-ce toujours vraiment le cas ? C'est ce que nous allons voir avec Secret of Mana, sorti sur Super Nintendo en 1994 en Europe et profitant aujourd'hui d'un ''remake'' sur PS4, PS Vita et PC.

Test effectué à partir d'une version PS4

Le problème avec les jeux Super Nes, c'est qu'ils ne sont pas en 3D. Alors, forcément, lorsque l'on veut les remettre au goût du jour, il faut choisir : garder de la 2D mais améliorée, ou carrément passer à la 3D. C'est cette seconde option que Square Enix a décidé de prendre, et pas forcément pour le bien des rétines des joueurs. On ne va pas se mentir, ce n'est quand même pas bien beau, à plus forte raison pour de la PlayStation 4. La direction artistique est douteuse, les couleurs sont criardes, la 3D proposée ici ne mériterait même pas sa place sur nos mobiles (c'est dire) et les menus et l'interface sont tout bonnement vilains. Si, de loin, certains éléments semblent vaguement mignons, ce n'est plus le cas lorsque l'écran zoome, et plus particulièrement sur les personnages – qui s'offrent en plus le luxe de ne quasiment pas bénéficier d'animations faciales, tant qu'à faire. Bref, vous l'aurez compris, nous ne sommes pas bien fans de cette ''refonte'' graphique, qui semble avoir été décidée entre deux cafés. Seules petites consolations, le tout tourne (heureusement) à 60fps (même si de minis temps de chargement sont à déplorer lorsque l'on passe d'une zone à l'autre) et la mini-map affiche pour sa part les décors de la version d'origine. Et ne parlons même pas des doublages surjoués et de la majorité des arrangements des thèmes de la version Super Nes, qui loupent également le coche. Certaines musiques sauvent heureusement les meubles, comme la culte Angel's Fear. Malgré tout, le constat reste amer de ce côté-là.
 

Mana Lisa

Et malheureusement, ça ne va pas en s'arrangeant lorsque l'on prend Secret of Mana en main. C'est d'ailleurs à ce moment-là que l'on se pose la question : est-ce vraiment un remake ou un simple remaster ? Car dans les faits, il n'y a pas énormément de différences avec le gameplay de l'époque, malheureusement. Tout juste pouvons-nous compter deux raccourcis (insuffisants, nous y reviendrons plus tard) ainsi que quelques sauvegardes autos venant s'ajouter aux traditionnelles à faire dans les auberges ou auprès de certains vendeurs. Et les problèmes surviennent dès les premiers affrontements : c'est lent, affreusement lent. S'il fonctionnait bien à l'époque, ce système de combat en temps réel mais avec une attaque se rechargeant pour infliger le plus de dégâts possible (avec une jauge de pourcentage en dessous de l'icône du héros pour savoir où on en est) est aujourd'hui totalement dépassé. D'autant plus que les ennemis bénéficient d'un petit temps d'invincibilité lorsqu'ils sont touchés. Résultat, on donne un coup d'épée, on attend patiemment que le tout se recharge et que l'ennemi se relève, puis on retape, et ce jusqu'à ce que mort (cérébrale ?) s'ensuive. Autant dire qu'on a déjà fait plus palpitant. Heureusement, le tout s'emballe un peu plus lorsque l'on découvre la magie avec les deux autres héros, Primm et Popoï, mais, là encore, le constat est loin d'être brillant.
 
Secret of Mana

Pour accéder à ces fameux sorts, il faut ainsi passer par des tas de sous-menus qui, comble du troll, se réinitialisent à chaque fois. Le problème, c'est que cette magie doit être exercée fréquemment pour gagner en puissance et que l'intelligence artificielle n'y pense jamais. Alors, forcément, on doit en permanence ouvrir le menu du personnage en question, passer les sous-menus et enfin lancer le fameux sort... On peut certes en placer dans les raccourcis, basés sur L1 et R1, mais c'est évidemment bien trop peu au vu du nombre conséquent de sorts disponibles. D'autant plus que ces raccourcis pourraient aussi être utilisés pour y placer des objets de secours ou les armes secondaires du héros, le changement d'équipement étant au cœur du gameplay. Des rochers se dressent sur votre route ? Menus, menus, menus, menus, hache. Un ravin à traverser ? Menus, menus, menus, menus, fouet. Et pareil, évidemment, avec les lances, arcs et autres armes. Bref, vous l'aurez compris, il s'agit là d'une prise en main tout bonnement indigne, à la fois des titres d'aujourd'hui, mais aussi du Secret of Mana de l'époque. Toujours au rayon des doléances, on pourrait citer l’absence totale de descriptifs concernant les objets que vous achetez (à quoi sert tel objet ? Mystère et boule de gomme) ou le fait que les équipements en boutique ne sont pas comparés au votre, vous obligeant à acheter dans l'espoir de ne pas vous planter... On regrette également le fait d'avoir conservé les menus en anneau, pas toujours bien clairs, mais on n'est plus vraiment à ça près.
 
Secret of Mana

Mana Carta

Plus tôt, nous citions l'intelligence artificielle des deux autres héros, ne voyant pas l'intérêt de lancer des sorts. Malheureusement, ce ne sont pas les seuls défauts que l'on peut pointer du doigt concernant Primm et Popoï. Les bougres attaquent quand bon leur semble (et les ordres que l'on peut leur donner sont plus que limités), il n'hésitent pas à foncer tête baissée devant le danger, se coincent régulièrement dans les murs, et autres joyeusetés. Pour limiter la casse, il s'agit donc de constamment switcher entre les personnages, au risque de rendre l'action encore plus mollassonne, ou bien s'équiper de deux amis qui voudront bien vous rejoindre en local, ce qui est déjà un peu plus passionnant. Mais, là encore, les développeurs ont semble-t-il décidé de jouer avec les nerfs des joueurs en faisant sauter les raccourcis. Joie. Sachant que la prise de niveaux, que ce soit pour les personnages, les armes ou les sorts, est assez lente, les joueurs passeront donc de longues heures à courir après l'XP pour venir à bout de ce Secret of Mana, qui souffre comme pas mal de jeux de l'époque de pics de difficulté – contournables grâce à la magie dans la plupart des cas. Une durée de vie artificiellement augmentée, en somme.
 
Secret of Mana

Arrivés à ce niveau-là, vous vous dites certainement que vous n'allez finalement pas succomber. Mais. Mais malgré tout, malgré son vilain aspect graphique, malgré son gameplay vieillot, malgré sa prise en main agaçante et malgré sa lenteur sur bien des aspects, la tambouille Secret of Mana fonctionne encore pour qui peut passer outre ces défauts. On apprécie de retrouver ces héros aux caractères bien différents, cette histoire prenante et épique, ces environnements magiques ou encore ces boss parfois retors. On apprécie de (re)parcourir un RPG qui a marqué son époque et qui est resté gravé dans le cœur de bien des joueurs, et l'on apprécie de le faire à plusieurs. Et, fort heureusement, tout le monde peut en profiter puisque le tout est intégralement en français, avec de bonnes corrections par rapport à la version de l'époque, qui souffrait de pas mal de maladresses à ce niveau-là. Bref, si la forme de ce Secret of Mana a clairement pris un sale coup de vieux, son fond reste toujours aussi bon, même si ceux qui ne l'ont pas fait à l'époque risquent de ne pas accrocher pour s'en rendre compte...

Article rédigé par Shauni Chan , le

Non, tous les titres cultes ne vieillissent pas forcément bien, Secret of Mana en est la preuve parfaite. Si Square Enix avait opéré un vrai beau remake, on n'aurait rien dit. Malheureusement, c'est plus un simple remaster que nous avons là, et pas le meilleur : une direction artistique assez vilaine, un gameplay qui ne fonctionne plus, une prise en main manquant d'ergonomie et une I.A. laborieuse. Reste malgré tout une aventure épique, à faire seul ou à plusieurs, qui ravira sans doute ceux l'ayant fait à l'époque. Quant aux autres, ils seront sans doute trop rebutés par ces défauts pour s'accrocher...

Points positifs

  • Les raccourcis...
  • Jouable à plusieurs
  • Des sauvegardes automatiques
  • Fluide

Points négatifs

  • ...Mais trop peu nombreux
  • I.A. catastrophique
  • Gameplay vieillot et manquant d'ergonomie
  • Interface affreuse
  • Lent sur bien des aspects
  • Direction artistique vilaine
  • Plus remaster que remake

A propos de l'auteur

Shauni Chan

Shauni Chan

Caution féminine

Détentrice d'un Baccalauréat P (pour ''platformer'') option Sonic the Hedgehog, Shauni Chan a ensuite obtenu avec brio sa licence en Nintendo, spécialisation The Legend of Zelda. Elle est devenue par la suite Docteur ès RPG japonais grâce à sa note maximale lors de l'épreuve Tales of.

Contacter

Commentaires