Nioh 2

Nioh 2 - PS4
Partager
Nous y voilà ! Après trois ans d’attente, ce qui est toujours moins que l’interminable développement du premier opus, nous nous trouvons enfin avec Nioh 2 dans les mains. Après un petit instant émotion en insérant le code dans l’emplacement dédié (oui, nous sommes en 2020, on n’insère plus un disque mais un code, ce qui est beaucoup moins sexy je vous l’accorde), nous pouvons enfin nous plonger dans cette nouvelle aventure. Voici notre verdict.

Test effectué à partir d'une version PS4


Mes très chers amis, en ma qualité de joueur, je m’apprête à vous conter cette histoire merveilleuse qu’est Nioh 2. Non, détrompez-vous : malgré son numéro, il n’est pas une suite mais une préquelle se passant avant les péripéties de notre cher William. Le protagoniste, que l’on pourra créer de toute pièce, se trouve être un hybride humain / Yokaï se retrouvant seul après avoir assisté à l'assassinat de sa mère, elle-même Yokaï, par un louche individu non-identifié. Très vite, et je n’en dirai pas plus pour ne pas spoiler, nous allons nous retrouver catapulté dans les rangs de grands seigneurs de guerre visant l’unification du Japon. Si le scénario ne casse vraiment pas trois pattes à un canard, le jeu a le mérite de se passer dans un contexte historique réel, ce qui est toujours plaisant pour les aficionados d'histoire japonaise. 

Nioh 2

Customisation à outrance

L’idée clef est qu’il n’y a pas de protagonistes imposés par le jeu. Cela signifie que vous allez devoir créer de toute pièce votre héros avec un éditeur de personnage qui est sûrement l’éditeur le plus poussé qu’il m’ait été possible de voir dans un jeu vidéo. TOUT est paramétrable, la moindre petite pommette, l’iris, la taille, l’emplacement des tatouages, à tel point que vous pouvez passer des heures sur l’éditeur. Vous pourrez sauvegarder votre création et même générer un code pour le partager avec les autres joueurs, ce qui très est appréciable. Il est également possible à tout moment durant le jeu de revenir à l’éditeur pour changer l’apparence du héros, surtout qu'au fil de l’aventure vous gagnerez les «skins» de certains PNJ croisés dans le jeu. Tout est possible, donc. 

Les développeurs ont aussi voulu permettre aux joueurs de paramétrer l'apparence de l'équipement et des armes. Il faut dire qu'une armure de l'époque Sengoku n'est pas forcément classe et, si l'on veut porter une armure lourde tout en ayant une apparence plus sexy, il est maintenant possible d'appliquer une "illusion" pour que la pièce d'équipement prenne la forme d'une autre (qu'il vous faut également détenir). Typiquement, mon personnage porte une armure lourde mais ressemble à une prêtresse miko. Un peu de fraicheur pour un jeu dont la direction artistique est un peu plate. 

Nioh 2

Yo, caille !


L’éditeur de personnage va même jusqu’à vous permettre de paramétrer votre apparence lors d’une transformation Yokaï, qu’elle soit Féroce, Bestiale ou Fantôme. En effet, l’une des grandes nouveautés de la licence est la possibilité de vous transformer en Yokaï à l’aide des touches triangle et rond. Si, dans le premier opus, cela permettait de faire appel à votre familier et de vous rendre invincible et plus puissant pendant un court laps de temps, ici cela vous transforme complètement, changeant le gameplay et vous donnant certaines capacités supplémentaires selon le type choisi. Inutile de préciser que cette transformation est vitale durant un combat de boss.

Nioh 2 va plus loin encore sur le terrain du Yokaï. Vous pouvez toujours équiper un familier, cela ne change pas, mais vous pouvez insérer dans ce dernier deux âmes de Yokaï qui auront une chance d’apparaitre après en avoir vaincu un. Cela permet, en plus d’augmenter les stats du personnage, d’utiliser leurs techniques en pressant R2 et triangle ou carré. Vous pouvez également récupérer plusieurs fois une âme d’un même Yokaï et les fusionner entre elles pour les rendre plus puissantes. Les fanatiques d'optimisation vont avoir de quoi faire.

Nioh 2

(R)évolution

J’entends beaucoup dire que ce jeu n’est pas vraiment une suite mais plus un Nioh 1.5. Pourtant, l’ajout de cet aspect Yokaï et des capacités qui vont avec change du tout au tout l’approche du jeu. Alors oui, les graphismes ne sont pas bien différents du premier opus, on trouve toujours des armes et armures à foison qu’il faudra gérer avec doigté pour pouvoir obtenir les meilleures combinaisons d’armes possibles grâce à la forge. Oui, il y a toujours trois positions, basse, moyenne et haute, avec leurs combos associés qu’il faudra manier à la perfection pour se sortir des pires péripéties. Oui, le jeu est toujours découpé en missions sur une carte du Japon qui n’a pas changé depuis le premier épisode. Mais, pourtant, le feeling est assez différent. 

Le rythme de cette suite est plus rapide et les monstres sont plus agressifs. On ne joue pas à Nioh 2 comme on joue au premier. Les Yokaï adverses ont tous récupéré une nouvelle capacité qui va encore plus changer la façon dont on appréhende le jeu : le Yokaï Burst. Sous ce nom barbare se trouve une attaque surpuissante (avec des lumières rouges) que tout Yokaï peut effectuer et qui, si vous vous la prenez en pleine poire, va pomper votre barre de vie comme jamais. En réponse à cela, le joueur peut désormais effectuer un Yokaï Burst Counter (R2 + rond) qui va, si jamais le timing est bon, étourdir le Yokaï en lui vidant lourdement sa jauge de Ki. Rappelons qu'une jauge de Ki vide permet une attaque grappin (comme le jeu la nomme) qui vous permet de faire de lourds dégâts à l'adversaire. Pour résumer, toutes ces nouvelles capacités qui utilisent une nouvelles jauge, appelée Anima, rendent le jeu plus nerveux... mais aussi un peu plus facile. Il devient fréquent contre un boss d'attendre un Burst pour le contrer et l'enchainer, puis de se retirer en attendant le prochain Burst. 

Nioh 2

Le côté obscur


Nioh 2 est, dans son ensemble, plus facile que le premier. Peut-être aussi parce que nous sommes maintenant habitués à la formule. Mais disons que ce jeu nous fournit plus de ressources pour faire face aux situations. Il est aussi maintenant possible d'invoquer des images de joueurs qui viennent vous aider : cela est possible grâce aux tombes bleues, en opposition aux rouges qui invoquaient un joueur mais en tant qu'ennemi, pour le vaincre et récupérer son équipement. Cependant, leur I.A. étant très stupide, ils meurent en général bêtement. Utile contre les monstres de base pour les divertir, leur utilisation est donc assez futile contre un boss. 

Une mention spéciale au Royaume Obscur, qui est le territoire Yokaï. Si, avant, un monstre pouvait faire apparaitre une flaque de brouillard dans laquelle la régénération du Ki était amoindrie, désormais ce sont des zones entières qui se retrouvent envahies de brouillard. Pour le dissiper, il faudra vaincre un Yokaï précis. Dans cette zone, tous les ennemis redoublent d'agressivité et les aptitudes du héros sont amoindries. Cerise sur le gâteau, les boss peuvent à tout moment vous faire plonger dans ce royaume : leurs patterns changent alors sensiblement et ils font beaucoup plus mal. Précisons qu'il est possible de mettre des points de talent dans l'arbre de compétence "Hybride" pour booster vos stats dans ce Royaume. 

Nioh 2

Une véritable forêt

Les arbres de compétences sont pour moi une petite surprise dans cet opus. Il y en a autant que d'armes (un petit coucou aux deux nouvelles venues, les doubles hachettes et le glaive qui se la joue Bloodborne avec sa capacité à se transformer), plus quatre autres que sont l'arbre Samouraï qui permet de booster vos capacités générales, Hybride qui améliore toutes les caractéristiques en rapport avec les Yokaï et les transformations, Ninja qui vous pousse dans la voie de la discrétion et des coups sournois, et enfin Onmyo qui est la magie pure qui donne la capacité de lancer des sorts et de saper les caractéristiques des ennemis. Une mention spéciale au sort "paresseux", qui permet de ralentir les ennemis et qui était déjà un sort ultra cheaté dans le premier opus. Mon impression est que, contrairement à Nioh 1, il est aussi possible de gagner des points en utilisant les armes, ce qui permet théoriquement aux joueurs de monter sur une même partie tous les arbres de compétences et de varier ainsi les plaisirs de jeu et de s'adapter aux différentes situations. Chaque arme ayant évidemment son propre gameplay. 
Nioh 2 ne tombe pas dans le piège du second épisode flemmard. Il apporte suffisamment de nouveautés pour renouveler le plaisir de jeu et ne pas se buter à un gameplay redondant. Il vous accroche et vous donne envie de revenir y jouer. Il vous obsède. On ne cesse de penser à la stratégie que l'on va employer pour vaincre tel ou tel boss. On regrette cependant un enrobage trop identique au premier, et un certain manque de charisme. Là où un Sekiro va vous captiver et vous donner envie de l'explorer pour son monde et sa magnifique direction artistique, Nioh 2, lui, va vous captiver pour son gameplay et son challenge. On fait du build de personnage pour maximiser ses statistiques. On s'éloigne encore plus de l'esprit de From Software, avec lequel il a été tant comparé, pour se rapprocher de celui d'un Diablo où l'addiction vient de la recherche du pouvoir. 

C'est un épisode réussi qui mérite votre attention.

J'ai joué.
10 mars 2020 à 23h14

Par

Points positifs

  • Les Yokaï
  • L’éditeur de personnage
  • Les transformations Yokaï
  • Le build de personnage

Points négatifs

  • La direction artistique
  • Les menus qui n'ont pas changé
  • Les pics soudains de difficulté

A propos de...

Nioh 2

  • Genre : Action RPG
  • Date de sortie : 13 mars 2020 - France
  • Développé par : Team Ninja
  • Edité par : Tecmo Koei
  • Modes de distribution : Boutique , PlayStation Network

Gribouillé par...

Wildchoc

Wildchoc

Tanuki lubrique

Le wildchoc sauvage est un petit animal farouche au poil soyeux. Passionné de jeux vidéo il ne sort que très peu souvent pour subvenir à ses besoins naturels tels que se nourrir et se reproduire. Il est cependant facile d'en capturer un en faisant résonner à l'extérieur de sa tanière une douce musique Chip tune. Pourquoi en attraper un ? Ils font en général de très bon coussins.

Twitter : @wildchoc01

Revenir en haut