Test : Astro Bot : Rescue Mission

Astro Bot : Rescue Mission - PS4

Genre : Plate-formes VR mignon

Date de sortie : 02 octobre 2018

Genre
Plate-formes VR mignon
Date de sortie
02 octobre 2018 - France
Développé par
Team ASOBI!
Edité par
SCE Japan Studio
Disponible sur
PS4
Modes de distribution
Boutique
PlayStation Network
PEGI
 Interdit aux moins de 7 ans

Pas peu fier d’avoir déjà pu exhiber les bons Lost Bear et Moss, le PSVR ajoute un autre platformer de poids dans sa collection. Le gentil robot, qui n’avait alors qu’un rôle fugace dans The PlayRoom, se tient désormais dans la lumière des projecteurs d’Astro Bot : Rescue Mission, développé par Japan Studio (Team ASOBI !), le tout supervisé par Nicolas Doucet, directeur créatif et producteur d’EyePet ou encore de The PlayRoom.

Test effectué à partir d'une version PS4

C’est dans le noir ébène de l’espace que l’aventure d’Astro Bot : Rescue Mission démarre. Une sale histoire de vaisseau embusqué qui finit par éclater en morceaux. Un désastre pour les petits robots qui y vivaient et qui se retrouvent expédiés, avec les différentes parties de la machine volante, sur des planètes situées aux quatre coins de la galaxie. Il ne reste que le petit Astro Bot, héros malgré lui, qui va devoir visiter chaque astre afin d’y récupérer les pièces perdues de son vaisseau ainsi que ses camarades cachés dans les niveaux.

Astro Beau

La progression du titre de Sony Japan Studio se découpe en 5 planètes, chacune composée de 4 niveaux et d’un boss final. Dans chacun de ces niveaux, vous devrez (optionnellement) retrouver 8 de vos petits potes cachés dans les recoins des environnements parcourus. Osons le dire, dès les premiers instants, manette en main, Astro Bot : Rescue Mission se révèle être un must-have dans la collection PSVR. Si le déroulement des niveaux est déjà très bien construit et rythmé, la plus-value du titre réside dans une utilisation intelligente et extrêmement bien maîtrisée de la VR. Votre accroche visuelle, située légèrement au-dessus du petit robot contrôlé, progresse et suit le protagoniste au fur et à mesure de son avancée dans le niveau. Ce dernier est construit dans la tradition la plus pure du plate-former classique : pièges, plate-formes en mouvement ou encore trampolines rythmeront votre progression servie dans un level design aussi beau que bien pensé.

Astro Bot : Rescue Mission

Votre casque vissé sur la tête, c’est un petit bonheur et une vraie bouffée d’air frais que de suivre pas à pas le petit robot, de pouvoir tourner la tête, regarder derrière et au-dessus de vous pendant certaines phases en espérant que le prochain saut du héros fasse mouche. Bien qu’assez peu fournie, la panoplie de mouvements du robot suffit à profiter pleinement de la construction du niveau et faire fi des différents ennemis qui se trouveront sur votre route. A la manière du jet d’eau en mode jetpack dans Super Mario Sunshine, il vous sera possible de doubler la touche de saut pour expulser un laser de vos bottes afin de planer quelques secondes en l’air. Bien pensé, le laser vous permet d’avoir une idée de la zone sur laquelle vous allez retomber, ce qui reste très pratique dans ce genre de jeu où les sauts sur différents plans peuvent vous faire perdre la notion de profondeur et facilement tomber dans le vide.

Astro Bot : Rescue Mission

Leçon de vie-rtualité

En terme d’immersion dans le niveau, le travail impeccable des studios de Sony Japan et de la Team ASOBI ! sur les couleurs, les musiques (bien que pas assez nombreuses), les combats de boss ou encore l’interactivité sur les différents éléments du décor donne un résultat très réussi. Chaque niveau offre une approche originale et immersive adaptée à la VR, que l’on survole les nuages, divague dans les profondeurs de l’océan ou évolue dans des cavernes obscures. On notera également que, malgré certains passages franchement « mouvementés » durant l’histoire, aucun épisode de nausée n’a été recensé. Ainsi, si l’on peut reprocher au jeu de faire passer le temps trop vite en parallèle d’une aventure un peu courte, les différentes idées de gameplay déployées tout au long du niveau sont dignes des meilleurs Mario et renouvellent l’expérience à chaque moment.

Astro Bot : Rescue Mission

Vous trouverez tout au long des niveaux des caisses permettant d’améliorer la manette avec laquelle vous contrôlez le robot. Ces améliorations prennent la forme d’un grappin, d’un jet d’eau ou encore de shurikens et sont utilisables via le pavé tactile de la manette. Pour le premier, il vous sera possible de viser des crochets et y accrocher votre grappin afin de créer un passage (ou un raccourci) pour votre robot. Vous pourrez même donner un coup de manette vers le haut et ainsi faire sauter votre robot qui sera resté au milieu de la corde tendue. Quand on suggérais que l’ombre de Super Mario Sunshine n’était pas très loin, le jet d’eau vous permettra de « nettoyer » certains ennemis et autres tâches au sol pour libérer le passage. Vous pourrez aussi arroser plantes et autres fleurs qui débloqueront votre progression. C’est également le cas des shurikens que vous pourrez lancer, en plaçant la manette horizontalement ou verticalement, afin de vous ouvrir des passages (couper des toiles d’araignées) ou viser des interrupteurs en un temps donné pour éviter de finir écrasé par un plafond à pics. Ces gimmicks, très organiques et palpables, ouvrent des possibilités à un level design tout aussi original que complexe, le tout dans un enrobage s’adaptant à merveille à l’utilisation d’un casque de réalité virtuelle.

Astro Bot : Rescue Mission

En plus des petits robots, chaque niveau cache un caméléon qu’il faudra retrouver, non pas en l’approchant avec le personnage, mais en le trouvant du regard, à l’aide de votre casque. Une raison de plus pour scruter le moindre recoin des environnements que vous visiterez. Chaque caméléon trouvé débloquera un niveau « bonus » sur une planète annexe aux principales : ces niveaux, bien plus ardus, accorderont un réel challenge aux joueurs à la recherche de rejouabilité. Enfin, les traditionnelles pièces d’or joncheront les sols durant votre aventure. Elles vous permettront, dans votre vaisseau accessible depuis le hub principal du jeu, de jouer à une machine à pince (aussi appelée un « pachinko »). À travers ce mini-jeu, vous pourrez gagner divers objets et animations esthétiques qui décoreront l’intérieur du dit vaisseau dans lequel vous pourrez librement vous déplacer.

Astro Bot : Rescue Mission

Article rédigé par Lorris , le

Plein de couleur, joyeux et franchement mignon, Astro Bot n’en reste pas moins un excellent jeu de plates-formes redoutablement taillé pour le PSVR. Les niveaux sont construits de manière à littéralement vous faire tourner la tête, vous pencher et vous mettre sur la pointe des pieds pour observer, vous immerger et « sentir » les niveaux de manière parfaitement organique. L’utilisation des différentes petites mécaniques est intelligemment couplée avec un level design engageant et maîtrisé. Astro Bot prouve qu’en plus d’être un plate-former réussi, il reste également un des jeux PSVR offrant la meilleure vitrine à cette technologie.

Points positifs

  • C’est joli, coloré et plein de bonne humeur
  • Un level design aiguisé
  • Une immersion sans nausée, 100% approuvée
  • Des niveaux originaux et bien pensés
  • Les combats de boss
  • La VR superbement utilisée
  • Les différents gimmicks
  • Des musiques très sympatoches…

Points négatifs

  • … mais trop peu nombreuses
  • Un peu court

A propos de l'auteur

Lorris

Lorris

Fin limier du mot

Nonobstant les ouï-dires et les non-dits de ceux qui pensent que non et de ceux qui estiment que oui, Lorris demeure un génie incompris. Utilisant constamment un langage profane qui sied à sa caste de jeune kikoo-gamer-du-web, ce candide éphèbe qui newse, teste, et previewte n'est finalement qu'un esprit brillant parmi les autres cucurbitacées qu'il tient pour collègues. Sinon, Lorris est une âme modeste, offrant son corps pour partager avec délectation et frivolité sa passion qui l'anime dans le manoeuvrage du joystick et non pas du droit de cuissage comme certains butors le feraient entendre.

Contacter

Commentaires