Test : Far Cry : New Dawn

Far Cry : New Dawn - PS4

Genre : FPS

Date de sortie : 15 février 2019

Genre
FPS
Date de sortie
15 février 2019 - France
Développé par
Ubisoft
Edité par
Ubisoft
Disponible sur
PC, PS4, Xbox One
Modes de distribution
PlayStation Network

Alors que la bataille du glam’ post-apo semble toucher à sa fin avec RAGE 2 qui arrive d’ici mai, Ubisoft avait hâte de lâcher sa cartouche, surtout que les petits coquins avaient prévu le coup depuis bien longtemps puisque, sans se cacher, ce Far Cry New Dawn est la suite directe de Far Cry 5 sorti il y a plus d’un an maintenant.

Test effectué à partir d'une version PC

Attention spoilers, alors que le cinquième épisode canonique de la série se termine sur une avalanche de bombes nucléaires s’abattant sur le Montana, Joseph Seed, en grand gagnant, explique que c’est la fin du monde tel qu’on le connait et qu’il sera là pour le voir naître et grandir. Joseph est effectivement toujours dans le coin et on y redécouvre le Montana de Far Cry 5, mais 17 années après les événements de la fin du jeu. La nature y a repris ses droits alors que la population se remet peu à peu et qu’un groupe de fous furieux, les ravageurs, sème la panique dans la région en y faisant régner leurs lois.


Vous incarnez un mec gradé d’une bande dont le but est d’aider les populations démunies d’Amérique à rebâtir leur hameau afin de relancer un semblant de civilisation. La communauté de Prosperity fait donc appel à vous pour leur venir en aide contre les fameux ravageurs dirigés par deux jumelles sans merci et sans charisme. Alors que le terrain de jeu entier de New Dawn est, à première vue, une forme de « reskin » de Far Cry 5, on pourra faire la même réflexion en ce qui concerne ses méchants dont l’écriture ne parvient pas à nous surprendre. Ce qu’on aura mieux aimé, c’est la relecture du Montana façon post-apo coloré à souhait. Le jeu reste assez beau et propose même certaines fulgurances en terme de direction artistique dans quelques coins d’Hope County qu’on a vraiment aimé traverser. Voir la nature reprendre peu à peu le dessus sur tous ces environnements appelle à toujours faire le pas de plus pour découvrir et voir comment les niveaux se sont reconstruits après la grande déflagration atomique.

Far Cry : New Dawn

Le monde de Far Cry : New Dawn est construit à la manière de l’opus précédent et fourmille de quêtes principales, quêtes annexes, défis et autres caches de survivalistes qui vous amèneront à fouiller le moindre recoin de la région. Votre fief (et le départ de chaque grosse mission) est basé à Prosperity, le charmant petit hameau qu’il va vous falloir reconstruire petit à petit. À la manière de nombreux jeux avant lui, vous pourrez récolter divers matériaux (et notamment de l’éthanol) pour améliorer votre base en développant les différentes parties du camp sur plusieurs niveaux (nécessitant à chaque fois plus de matos). Il y a l’atelier des armes, bien sûr, mais également un jardin ou faire pousser vos plantes, un garage à véhicules ou encore une infirmerie.

Chaque section de Prosperity que vous développerez vous aidera à progresser dans votre aventure, soit à travers l’amélioration de vos armes, de votre santé, de la manière dont vous vous déplacez ou encore en vous proposant de nouvelles missions. D’ailleurs, l'une des nouveautés de ce New Dawn sont les expéditions qui prennent la forme de missions un peu plus longues et franchement plus intéressantes puisque vous ramenant dans des coins inédits de la carte avec une petite narration à part entière. Ce genre de missions casse la monotonie de la boucle missions principales/annexes – camp d’ennemis à reprendre – récupération de matériaux qui peut vite devenir redondante avec le temps. Alors que les quêtes principales et annexes peinent à insuffler un quelconque vent de nouveauté à la série, on soulignera l’originalité dans la recherche et découverte des diverses caches de survivalistes toujours originales et plutôt bien amenées.

Far Cry : New Dawn

Les différents systèmes de gunfights, faisant tout de même le sel du jeu, manquent toujours autant de patate et ce n’est pas la légère dimension « RPG » introduite ici qui chamboulera vraiment tout le résultat. Tous les ennemis sont maintenant affublés d’une barre de vie au-dessus de leur tête, à la manière des récents épisodes d’Assassin’s Creed. Pour les ennemis de base, le problème est minime puisque la barre disparait après quelques balles. Par contre, concernant les boss, c’est une autre paire de manche. On a affaire, la plupart du temps, à de véritables sacs à PV encaissant sans broncher des rafales à n’en plus finir. Les combats, déjà mous à la base, deviennent encore plus chiants lorsque l’on doit passer cinq bonnes minutes en « full-auto » sur la tête d’un ravageur un peu plus costaud. Le niveau des ennemis dépend d’une « couleur » de difficulté et de leur niveau d’équipement. Pour pouvoir rivaliser avec eux, il faudra vous munir d’armes de puissance équivalente à leur niveau et ainsi retomber dans la boucle de « farm » dont nous parlions, typique d’une progression en RPG : tuer – looter – évoluer – pour mieux re-tuer et ainsi de suite.

Far Cry : New Dawn

Car oui, tout un système de création d’armes passe par des matériaux à récolter ainsi que des talents à déverrouiller pour progresser dans la qualité de fabrication de vos joujoux. C’est un peu la même chose en ce qui concerne les véhicules puisque chaque mode de transport invoqué nécessite des matériaux et vous renvoie à la case « récupération de matos ». Histoire de ramasser les rouleaux de scotch et autres clous indispensables à votre progression, les fameux camps ennemis sont toujours présents en nombre sur la carte et nécessitent toujours d’être vidés pour débloquer un point de téléportation. Histoire de booster la durée de vie, le jeu vous proposera après chaque libération d’un camp de « fouiller » ce dernier afin de rapporter encore plus de matériaux. Si vous choisissez cette option, vous récupérez le matos, mais en contrepartie le camp sera à nouveau pris en possession par les ravageurs dont le niveau sera augmenté à chaque « nouvelle fouille » et donc plus difficile à reprendre la fois d’après. Vous pourrez faire ça pour chaque camp pour ainsi vous permettre d’emmagasiner un maximum de ressources. La possibilité de pratiquer la chasse et la pêche est toujours possible et permet également de récolter des matériaux contre vos différentes prises et carcasses. C’est un « à-côté » plutôt pratique en plus de donner une vraie nécessité à ces activités, ce qui n’était pas forcément le cas dans Far Cry 5.

Far Cry : New Dawn

Le tout est toujours encadré par une intelligence artificielle à la ramasse puisqu’aucun progrès n’est constaté depuis Far Cry 5 : les ennemis se contentent de foncer vers vous la plupart du temps, ne vous détectent pas lorsque vous êtes caché juste sous leurs yeux, mais deviennent omniscients lorsque vous lâchez un pet de travers à 200 mètres à l’autre bout du camp. Évidemment, l’I.A. pourrie est transposée chez vos copains puisque vous pourrez toujours vous faire accompagner par des sidekicks un peu concons, mais dont certains disposent toujours de bonnes lignes de dialogue et d’un background plus ou moins intéressant.

Article rédigé par Lorris , le

 À la recherche de quelques dollars faciles et sans manque d’inspiration, remercions Ubisoft qui nous prouve par A+B que la série Far Cry est arrivée dans une impasse de créativité qu’il faudra impérativement renouveler si les développeurs désirent faire subsister la série dans le cœur des joueurs. Alors que le Montana façon post-apo dégage certaines « vibes » intéressantes, le reste du contenu de New Dawn apparait comme un fade « reskin » de Far Cry 5 : les aspects « RPG » ajoutés au titre n’améliorent en rien l’expérience (l’alourdissent, même) et on se contentera de mettre en avant les « expéditions » qui sont une bonne idée ainsi que l’originalité des caches de survivalistes à trouver.

Points positifs

  • Le Montana post-apo
  • Quelques fulgurances dans la direction artistique
  • Les expéditions
  • Les caches de survivalistes

Points négatifs

  • Un reskin de Far Cry 5
  • Les gunfights mous du genou
  • Les barres de vie des ennemis… au secours
  • Peu de nouveaux ajouts vraiment originaux
  • Les méchantes sans charisme
  • L’I.A.

A propos de l'auteur

Lorris

Lorris

Fin limier du mot

Jean-Claude Van Damme au corps, Jean-Claude Dusse dans la tête. C'est parfois l'inverse.

Contacter

Commentaires