Test : WRC 8

WRC 8 - PS4

Genre : Rally à la française

Date de sortie : 05 septembre 2019

Genre
Rally à la française
Date de sortie
05 septembre 2019 - France
Développé par
Kylotoon Games
Edité par
Bigben Interactive
Disponible sur
PC, PS4, Xbox One
Modes de distribution
Boutique
PlayStation Network
PEGI
 Interdit aux moins de 3 ans

Bigben interactive leur ayant confié la licence, cela fait maintenant 4 ans que les français de Kylotoon nous gratifient de leur itération annuelle de WRC. Et si WRC 5 était loin d’être parfait, il laissait entrevoir un potentiel certain. Après trois années de maturation supplémentaire, il est temps de faire un point sur ce que le studio français a apporté au genre. Nous en profiterons au passage pour voir ce que vaut WRC 8.

Test effectué à partir d'une version PC


WRC 8

Licence officielle oblige, WRC 8 propose les 14 rallyes du calendrier. Vous allez donc voyager autour du monde, avec des escales aussi variées que la Suède, la Nouvelle-Zélande ou la Corse. En tout, le titre propose une centaine de spéciales, ce qui n’est pas rien tant ces dernières peuvent être longues. Et comme si cela ne suffisait pas, elles sont truffées de bosses, nids de poule et autres joyeusetés destinées à vous envoyer dans le décor. Atteindre leur arrivée sans encombre demande une grande concentration et énormément de doigté. Et nous ne vous parlons même pas de faire un chrono respectable, comme celui-ci :
 

Heureusement, votre copilote est efficace, ses indications étant claires et précises. Vous avez la possibilité de modifier le timing de ses annonces, mais le réglage standard nous a paru tout simplement parfait. Il enchaîne certes parfois les annonces à un tel rythme qu’il devient difficile de le suivre, mais cela est lié à la complexité des tracés. C’est donc au joueur de parvenir à se concentrer à la fois sur la route et sur ce que le copilote dit. Et, croyez-nous, ce n'est pas une mince affaire.
 
WRC 8

Un travail d’équipe

Le mode Carrière constitue le gros morceau du jeu : bien conçu, il vous propose de gérer votre équipe. Vous devrez donc recruter du personnel compétent pour vous épauler dans les diverses épreuves que propose ce mode. Divers corps de métier sont disponibles, de l’ingénieur au météorologue en passant par le kiné. Il faudra aussi veiller à faire tourner le personnel régulièrement afin qu’il reste efficace, le jeu prenant en compte leur état de fatigue. En plus des rallyes, ce mode vous propose des challenges à choisir parmi la sélection du jour. Vous pouvez vous entraîner sur votre piste privée, participer à des courses de gala au volant de voitures historiques ou modernes, relever un défi condition extrême vous demandant de parcourir une certaine distance dans le temps imparti avec une voiture gravement endommagée, ou tout simplement vous reposer. Participer à ces activités vous permettra d’engranger de l’argent et de l’expérience, cette dernière étant importante pour la recherche et le développement.
 
WRC 8

Le rally façon RPG

A chaque gain de niveau, vous gagnez un point de R&D à investir dans l’un des quatre arbres de compétences suivant : écurie, équipe, fiabilité et performance. Les deux premiers vous permettent d’améliorer l’efficacité de votre équipe, développant les compétences de votre personnel et optimisant les gains et coûts. Les deux autres, consacrés à la voiture, parlent d’eux-mêms. S’il n’invente rien, le mode Carrière est bien fait : son interface se présente sous la forme du QG de votre écurie en vue aérienne, chaque pièce représentant une section du menu. Il en résulte une navigation fluide et agréable, ce qui est un plus fort appréciable.
 
WRC 8

Quand Daniel s’en mêle

Le titre dispose d’un garage bien garni, les 50 équipages des catégories Junior, WRC 2 et WRC étant de la partie. Il est donc logique que leurs voitures répondent aussi à l’appel. Ceci étant dit, les frenchies ont trouvé bon d’ajouter des bolides plus anciens pour notre plus grand bonheur. Nous avons donc un nombre conséquent de véhicules à notre disposition, chacun ayant son comportement propre. Et nous sommes bien obligés de constater que c’est réussi de ce côté là : la simulation parvient à vous faire ressentir les moindres aspérités de la piste. Qu’il s’agisse d’une bosse, d’un nid de poule ou d’une flaque d’eau, la voiture réagira à leur passage sous vos roues avec une grande précision. Le titre n’est pas aussi intransigeant qu’un DiRT Rally, mais les sensations qu’il offre sont tout aussi grisantes, nous poussant dans nos derniers retranchements pour être compétitif et ne surtout pas se retrouver dans ce genre de situations embarrassantes :
 

Une carrosserie qui commence à rouiller

Visuellement, WRC 8 n’est pas forcément à son avantage. Sans être moche, il est en deçà des standards actuels. Les voitures sont bien modélisées, mais les vues intérieures sont moins réussies, étant parfois même sommaires. Pour les spéciales, c’est un constat similaire. Elles disposent d’environnements bien pensés et d’une ambiance particulière, donnant à chaque rallye une identité forte. Cependant, on note ça et là un certain manque de détail. Et, surtout, l’ensemble est terne et triste, là où un DiRT Rally, plus coloré, flatte la rétine. Néanmoins, il reste fluide en toutes circonstances, et c'est sans doute là le plus important.

Cependant, le titre excelle dans la représentation des effets météo. C’est simple, nous n’avons jamais subi la pluie de cette manière. La piste détrempée, les flaques qui se forment, les gouttes qui glissent sur l’écran, tout est là pour vous faire sortir le parapluie. Le titre s’autorise même quelques jeux de lumière sympathiques. Dommage qu’il n’en soit pas de même par temps sec... Pour le design sonore, nous n’avons aucun reproche à faire. Sans nous en mettre plein la vue (ou les oreilles, dans le cas présent), il fait sa part du boulot. Les moteurs sont convaincants, même s’ils manquent parfois un peu de profondeur, et les effets sonores sont suffisamment nombreux et variés pour que l’immersion soit là. D’autant plus que ces derniers sont de très bonne facture.

WRC 8

Article rédigé par pattoune , le

Au final, WRC 8 est un excellent jeu de rally. Ceux qui ne s’arrêteront pas à sa réalisation un peu terne découvriront une physique excellente et un mode Carrière de très bonne facture, ce qui fait sérieusement défaut à DiRT Rally, son concurrent direct. Cela suffit-il à en faire le meilleur du genre ? Oui et non, tout dépend de ce que vous recherchez. Mais une chose est sûre : la série WRC a fait un bond énorme en avant d’un point de vue qualitatif. Les développeurs ont abattu un travail énorme, et c’est tout à leur honneur. Qu’on se le dise, Kylotoon Games fait désormais jeu égal avec les plus grands... Et c’est tant mieux pour nous.

Points positifs

  • Un contenu conséquent
  • Un mode Carrière réussi
  • Une excellente physique
  • Des spéciales éprouvantes
  • Les conditions météos, très bien rendues

Points négatifs

  • Rendu visuel terne
  • Vues cockpits pas toujours réussies
  • Pas forcément adapté aux débutants

A propos de l'auteur

pattoune

pattoune

Ours savant

Davantage ours que savant, ce con n'a pas compris que l'hibernation c'est en hiver. Résultat, il reste cloitré dans sa grotte à longueur d'année. Ce qui arrange bien du monde. Mais ce n'est pas un mauvais bougre. Il est même plutôt drôle à l'occasion. C'est souvent à ses dépens mais chut, il faut pas le dire. Ayant été récemment rattrapé par l'eau courante et l'électricité, il est désormais en mesure, après avoir difficilement assimilé les bases de l'hygiène corporelle, de nous livrer tests, news et autres contenus enchanteurs. Il nous reste plus qu'a espérer qu'il ne lui vienne pas l'idée de faire prendre un bain à son PC... Trop tard.

Contacter

Commentaires