Test : Doraemon Story of Seasons - PS4

Doraemon Story of Seasons - PS4

Doraemon Story of Seasons - PS4

Genre : Simulation de vie de fermier

Partager
Héros de manga particulièrement connu au Japon mais un peu moins chez nous, Doraemon a décidé de faire une petite escapade dans la licence Story of Seasons, désormais assez bien ancrée dans le petit monde du jeu vidéo. Déjà sorti sur Nintendo Switch et PC il y a plusieurs mois, ce Doraemon Story of Seasons débarque désormais sur PS4, avec ses navets et ses poules.

Test effectué à partir d'une version PS4

Contrairement aux autres épisodes de Story of Seasons, ce crossover avec Doraemon se montre tout de suite extrêmement bavard. Et même un peu trop, surtout en début de partie, un moment qui se montre interminable. Comptez ainsi pas moins de trente minutes avant de toucher la manette, et quasiment trente de plus avant de voir pointer le bout d'un premier navet ! Bref, un prologue bien trop long, d'autant plus pour ce qu'il a à dire, l'histoire étant clairement secondaire : Nobi, le héros, ainsi que ses amis Shizuka, Sunéo, Géant et Doraemon, sont happés par une tempête bien étrange qui les envoie dans un village qu'ils ne connaissent pas. Sur place, ils devront trouver du travail – parce que les enfants doivent tous travailler dans ce patelin -, et c'est ainsi que le joueur se retrouve avec une ferme délabrée à laquelle il va devoir redonner toute sa splendeur d'antan... en attendant de pouvoir retrouver les gadgets du chat robot et de rentrer à la maison.
 

Les navets, c'est la vie

Une fois la chose mise en place, les habitués de la série, voire du genre, ne seront pas vraiment dépaysés tant la formule de base reste la même d'un jeu sur l'autre. Le héros passe donc ses journées à labourer les champs, arroser ses plantations, couper des arbres, pêcher, améliorer ses outils, prendre soin de ses animaux ou encore discuter avec les habitants afin de se lier d'amitié avec eux (la drague et le mariage ne sont ici pas disponibles). En jeu, une année est divisée en quatre saisons, chaque saison durant 30 jours et chacune disposant de ses propres graines à planter. La progression se fait donc toujours de la même manière, plutôt lente au début mais s'ouvrant petit à petit au fur et à mesure où le joueur récolte de l'argent et récupère des objets toujours plus efficaces. Au départ, les journées semblent longues, mais elles deviennent au bout d'un moment trop courtes, et il faut alors s'organiser.
 
Doraemon : Story of Seasons

D'autant plus que la map proposée dans Doraemon Story of Seasons est énorme, occupant peut-être même la place de carte la plus vaste de la série. Entre le village divisé en deux zones, le bord de mer, la ferme, les forêts, la montagne ou encore les mines, on ne sait pas où donner de la tête en début de partie, et passer d'un endroit à un autre prend pas mal de temps, Nobi se déplaçant assez lentement. Un environnement généreux, mais peut-être un peu trop pour son propre bien puisque l'on ne peut s'empêcher de ressentir une petite pointe de frustration quand on veut aller explorer un endroit mais que l'on constate qu'il est déjà trop tard... Car, comme dans la vraie vie de la vérité véritable, se coucher trop tard signifie pour le héros de se lever plus tard (6h en temps normal) et fatigué, donc moins efficace à la tâche.
 
Doraemon : Story of Seasons

On rentre du boulot

On apprécie en revanche le rajout de la mécanique de sieste. D'une simple pression sur un bouton, le joueur peut demander à son héros de faire un petit somme où bon lui semble et durant la durée voulue. L'intérêt ? Non seulement regagner un peu d'énergie, mais aussi et surtout faire passer le temps lorsque l'on veut se rendre dans un magasin. Car, comme dans les autres jeux du genre, chaque boutique est ouverte durant certaines heures (et aussi certains jours), et l'utilisation de la sieste se montre bien pratique quand on ne veut pas poireauter une heure devant la porte fermée. Quant au reste du gameplay, il se montre plutôt ergonomique, passer d'un objet à l'autre étant assez intuitif, tout comme réaliser une action. On apprécie également la présence de quêtes, qui viennent un peu casser le côté répétitif qui s'installe forcément au bout d'un moment, ainsi que l'impossibilité de faire deux fois la même action au même endroit, ce qui empêche de perdre inutilement de l'énergie.
 
Doraemon : Story of Seasons

Doraemon Story of Seasons est sans conteste l'épisode le plus joli de la série grâce à sa patte graphique aspect crayonné et ses teintes pastels. Toutes les zones sont plus belles les unes que les autres et donnent presque l'impression de se déplacer dans une bande-dessinée interactive, charmante et relaxante, et les personnages et animaux ne sont évidemment pas en reste (même si de ce côté l'épisode Friends of Mineral Town semble imbattable avec son côté chibi). La musique se montre également plutôt réussie et vient là encore apporter un certain côté apaisant. Dommage qu'elles tournent assez vite en rond puisque ne se renouvelant qu'à chaque nouvelle saison, mais c'est un problème qui est plutôt récurrent pour un titre de ce genre.
Un peu trop long au démarrage et peut-être un peu trop grand pour son propre bien, Doraemon : Story of Seasons se montre néanmoins aussi efficace que les autres épisodes de la série. Les mécaniques fonctionnent toujours aussi bien – et elles sont en plus soutenues par de nouvelles venant encore faciliter la vie à la ferme -, la direction artistique est charmante et cette routine qui s'installe se montre toujours aussi apaisante, même si forcément répétitive. Bref, un titre efficace, à défaut d'être révolutionnaire.
15 septembre 2020 à 11h29

Par

Points positifs

  • Une direction artistique très mignonne
  • La sieste, bien pratique
  • Une mécanique toujours aussi bien huilée
  • La routine, rassurante...

Points négatifs

  • Rien de révolutionnaire
  • La licence Doraemon reste finalement anecdotique ici
  • Un début interminable
  • … Mais forcément répétitive

Gribouillé par...

Shauni Chan

Shauni Chan

Caution féminine

Détentrice d'un Baccalauréat P (pour ''platformer'') option Sonic the Hedgehog, Shauni Chan a ensuite obtenu avec brio sa licence en Nintendo, spécialisation The Legend of Zelda. Elle est devenue par la suite Docteur ès RPG japonais grâce à sa note maximale lors de l'épreuve Tales of.

Twitter : Shauni_Chan

Revenir en haut