Book of Demons

Book of Demons - PS4
Partager
Disponible depuis 2018 sur PC, Book of Demons, un hack’n’slash/RPG/rogue-like développé par Thing Trunk, revient sur consoles et notamment sur Switch, une hôtesse qui parait idéale pour un jeu de ce format.

Test effectué à partir d'une version Nintendo Switch

Proposé par les Polonais de chez Thing Trunk et édité par 505 Games, Book of Demons est un hack’n’slash/RPG/rogue-like à la proposition atypique et, de fait, courageux d’arriver et cette période pleine de concurrents difficiles à détrôner. L’idée du jeu est de sortir un peu des sentiers battus en proposant des mécaniques de gameplay connues sur le fond, mais originales dans leur exécution

Comme dans un livre ouvert

Visuellement, le jeu se présente comme un livre ouvert, votre personnage, fait de papier, se déplace linéairement sur des chemins dans des niveaux générés procéduralement. Dans sa direction artistique, très minimaliste, l’influence largement inspirée de la saga Diablo se fait sentir, ce qui n’est pas pour nous déplaire. On regrettera toutefois d’évoluer dans une crypte dans la totalité du jeu et on aurait aimé un peu plus de diversité dans les décors et les propositions artistiques du studio.

Book of Demons

Le gameplay de Book of Demons tourne autour du combat en mono-bouton (ou presque) et l’utilisation de cartes qui constitueront votre deck. Le but du jeu consiste à trouver la sortie du niveau pour toujours descendre plus bas et s’enfoncer vers l’Enfer où se trouve le boss final. Chaque niveau correspond à un étage dans lequel évoluent ennemis (allant du simple squelette, au nécromancien plus puissant jusqu’au golem de glace), mini-boss et un plus gros monstre représentant la fin de l’acte (votre progression est divisée en trois actes). Vous vous déplacez donc le long des chemins (uniquement en ligne droite), tapez à distance avec un bouton et interagissez avec votre environnement à l’aide d’un second. Pour ramasser or et objets qui tombent sur votre passage, vous utilisez votre joystick avec lequel vous pouvez également viser le monstre sur lequel concentrer les attaques. Les assauts ennemis prennent plusieurs formes et les mini boss possèdent différentes phases qu’il faudra passer avant de pouvoir les mettre à bas.

Book of Demons

Dans Book of Demons, vos assaillants disposent d’attaques invoquant différents éléments dont il faudra se protéger (feu, glace, poison…) et qui demanderont toute votre attention pour vous défendre efficacement. Entre les boucliers qu’il faut faire tomber en martelant une touche, les nuages toxiques à éviter et vous plaçant idéalement, les pics de glace bloquants qu’il faudra détruire pour vous faire un chemin ou encore les sorts qu’il faudra interrompre en appuyant sur la bonne touche au moment adéquat… À un certain niveau de difficulté, le jeu cesse d’être stratégique (même s’il ne l’est jamais vraiment beaucoup) pour laisser place à l’importance de la bonne « itemization » ainsi que votre placement par rapport à vos ennemis. En terme de difficulté, Book of Demons s’adapte à tous les niveaux : de ceux qui veulent être tranquilles et jouer sans risque à ceux dont la mort sera définitive, permettant à tous les joueurs d’y trouver leur compte.

Book of Demons

Deck de Diablo

Concernant l’évolution de votre personnage, elle fait le sel du jeu et se construit notamment à travers l’obtention de cartes, les bleues représentant les sorts, les rouges, les consommables et les vertes, l’équipement. Les sorts sont utilisables à l’aide d’une touche, mais manquent un peu de panache visuellement, même si le reste du jeu, disons-le, est vraiment agréable à regarder. Les différents effets en 2D isométriques passent très bien alors que, à certains moments, l’action peut devenir très confuse à l’écran, jusqu’à ne plus voir notre avatar. Ces cartes se ramassent aléatoirement au fil de l’aventure et vous pourrez, à volonté, piocher dans votre deck pour construire votre barre d’action et ainsi vous adapter au mieux face aux créatures du niveau. Il faut également savoir que les cartes disposent de bonus aléatoires selon leur rareté (une même carte peut avoir trois rangs de rareté différents) et peuvent ensuite être améliorées grâce à un PNJ installé dans la ville, faisant office de hub en aval de la Cathédrale dans laquelle commence votre descente infernale.

Book of Demons

Dans ce petit hameau déserté, vous trouverez quatre personnages différents qui, en plus de tailler le bout de gras avec vous, vous permettront d’effectuer des actions utiles à votre progression. Si le guérisseur permet de recharger votre vie et votre mana à chaque passage, vous y trouverez le sage qui vous offre la possibilité d’identifier des cartes marquées par un « ? » (qui restent cachées jusqu’à ce qu’on les révèle), la diseuse de bonne aventure qui s’occupera de fusionner les cartes runiques vous permettant d’améliorer vos cartes possédées ou encore l’aubergiste qui garde au chaud certains objets et bonus récupérés dans les niveaux au fil de la progression qu’il vous faudra récupérer en les achetant. Il faut savoir que votre personnage évolue comme dans tout bon RPG : vous accumulez de l’expérience pour gagner en niveaux, ce qui augmente vos statistiques générales ainsi que vos points de vie et de mana.

Pour le coup, le rythme de l’évolution du personnage est bien calibré et l’ennui s’installe rarement durant les parties. Le jeu introduit également le système de « flexiscope » qui retient les temps que vous mettez à terminer les niveaux pour vous permettre de calibrer la taille des chapitres en fonction de votre temps de jeu disponible (allant de petit, environ 10 minutes, jusqu’à très grand et ses 60 minutes). Si l’aspect « clicker » du jeu peut paraître répétitif, l’évolution possible de votre avatar ainsi que sa personnalisation en font un titre hautement addictif et assez long, puisqu’en plus de la classe du guerrier avec laquelle vous commencez, vous pourrez aussi partir sur l’archer ou le magicien qui offrent un gameplay à part.

Book of Demons


Étonnamment profond et addictif pour un jeu dont on n’attendait pas grand-chose, Book of Demons est développé par sept Polonais talentueux et envieux d’offrir une lettre d’amour aux fans de RPG, roguelike, dungeons crawler et autres hack’n’slash. Si les références aux grands jeux d’antan ne manquent pas, le titre de Thing Trunk pourra se satisfaire de ses propres qualités, à savoir une proposition au rythme fort bien dosé, au goût de reviens-y très présent et à la réalisation plus que convaincante. On pourra lui reprocher certains moments confus où son gameplay très singulier y éprouve des limites (les blocages dans les monstres, le manque de lisibilité…) et une direction artistique un peu trop monochrome et sans prise de risque. Pour le reste, Book of Demons est une bonne surprise et un jeu dont le format convient spécialement bien à la Switch de Nintendo.
05 mai 2020 à 13h25

Par

Points positifs

  • Visuellement sympa
  • Un concept original et addictif
  • L’ergonomie s’en sort bien
  • Adapté à tous types de joueurs
  • Le format convient bien à la Switch

Points négatifs

  • L’action est confuse par moments
  • Décors pas assez variés
  • Les sorts ne claquent pas visuellement
  • Le déplacement peut être frustrant

Gribouillé par...

Lorris

Lorris

Fin limier du mot

Jean-Claude Van Damme au corps, Jean-Claude Dusse dans la tête. C'est parfois l'inverse.

Twitter : @Yolorris

Revenir en haut