Test : It Takes Two - PS4

It Takes Two - PS4
Partager
Après avoir exploré avec plus ou moins de succès le jeu entièrement coop' avec A Way Out, Josef Fares et son studio Hazelight retentent le coup avec It Takes Two. Cette fois-ci, point d'univers réaliste et de taulards en cavale puisqu'il est question d'une aventure bien plus fantasque à l'humour omniprésent et traitant des relations de couple.

Test effectué à partir d'une version PS4

May et Cody ont décidé de divorcer. Bon, il n'y a pas mort d'homme, mais le coup est tout de même rude à encaisser pour leur petite Rose. Mais pas de panique : elle a la solution. Ou en tout cas elle le croit. Munie du livre d'un certain Dr. Hakim, destiné à rabibocher les amoureux, elle émet le souhait que ses parents se réconcilient et verse une petite larmichette sur deux petites poupées. Ni une ni deux, les parents se retrouvent enfermés dans ces jouets, May prenant la forme d'une marionnette de bois et Cody d'une poupée d'argile. Immortels sous cette forme, tous deux vont devoir parcourir le long chemin qui se dresse devant eux, rempli de pièges et de rencontres plus ou moins amicales, pour retrouver leur fille et réussir à retourner dans leur corps d'origine.

C'est toujours mieux à deux

Tout comme A Way Out, It Takes Two est donc uniquement jouable en coopération. Évidemment, le mieux reste de jouer en local sur le même canapé, mais les développeurs ont tout de même eu la bonne idée d'inclure un Pass Ami particulièrement sympathique, d'autant plus en ces temps de distanciation sociale et de confinement. Ainsi, si vous n'avez d'autre choix que de jouer en ligne, sachez qu'une seule copie du jeu est nécessaire, à condition tout de même d'être sur le même support. En clair, si l'un de vos amis achète la version PS4, vous pouvez en profiter sans débourser un kopek sur votre propre PS4 avec lui. S'il vous invite, bien entendu. Mais ça, ce n'est pas de notre ressort, débrouillez-vous entre vous.

It Takes Two

Contrairement à d'autres titre jouables en coopération mais à la base développés pour le solo, comme par exemple les LEGO, It Takes Two repose donc entièrement sur des mécaniques mettant à profit les deux joueurs. Concrètement, tout ça repose sur des niveaux regorgeant de puzzles nécessitant la coopération de May et Cody. Cela peut prendre la forme d'éléments sur lesquels interagir ensemble, par exemple un levier nécessitant le poids des deux personnages pour être abaissé, ou d'énigmes utilisant l'aptitude de l'un pour faire progresser l'autre. Car, régulièrement, tous deux sont équipés d'objets nécessaires à leur progression. L'intérêt de ce titre reposant sur sa découverte, nous ne dévoilerons ici que les deux premiers : un marteau et des clous. May doit par exemple détruire des bouteilles venant leur barrer le chemin grâce au marteau et Cody planter des clous destinés à servir de plates-formes.

It Takes Two

Two and a half couple

Si, pris toutes indépendamment, les techniques de coopération ne sont pas innovantes (d'autant plus que certaines d'entre elles reviennent plusieurs fois dans le jeu), elles sont néanmoins menées d'une main de maître dans It Takes Two. C'est un réel plaisir de progresser à deux dans ce titre, et ce plaisir se renouvelle à chaque niveau, chaque nouvel ''équipement'' se débloquant, chaque énigme à résoudre, chaque bonne idée de level design. De quoi compenser le manque absolu de challenge du dernier né de Hazelight, qui n'oppose absolument aucune résistance : les énigmes sont hyper simples, les checkpoints très nombreux et la mort n'est jamais une pénalité puisque l'on revient quasi immédiatement à l'endroit de notre mort. Précisons tout de même que ce n'est en aucun cas un défaut ici puisque It Takes Two mise clairement sur l'accessibilité et le côté feel good d'une aventure à parcourir à deux sans se prendre la tête, histoire de passer un bon moment durant la petite dizaine d'heures nécessaires pour en voir le bout.

It Takes Two

Un côté feel good qui se ressent par ailleurs aussi dans le scénario du titre de Josef Fares. Certes, on traite ici de quelque chose de pas bien rigolo puisqu'il s'agit d'un couple ayant décidé de divorcer et d'une enfant qui en subit les conséquences. Néanmoins, l'humour est omniprésent et fonctionne particulièrement bien grâce au très bon jeu d'acteur des doubleurs de May et Cody. Durant toute l'aventure, tous deux ne cesseront de discuter afin de tantôt se reprocher des choses issues de leur passé plus ou moins récent (''C'est toi qui a cassé l'aspirateur ?!'' ''Oui, mais toi tu ne l'a jamais réparé alors que tu l'avais promis !''), tantôt se féliciter sur quelque chose qu'ils viennent de faire ou se mettre d'accord sur à peu près tout ce qui concerne leur fille. Clairement, on retrouve là quelque chose de crédible par rapport au genre de discussions que pourrait avoir un couple ayant ses hauts et ses bas.

It Takes Two

Song 2

Entendons-nous bien : il ne s'agit pas ici d'un scénario incroyable, mais il fonctionne tout de même très bien grâce à ces dialogues et ces personnages loufoques. Car May et Cody ne sont pas les seuls présents en jeu, bien entendu. On peut par exemple compter sur le très étrange Dr. Hakim dont les interventions sont particulièrement absurdes (et toujours ponctuées d'une petite note de guitare façon flamenco), sur des objets qui sont vivants dans cette réalité alternative ou encore sur une flopée d'animaux plus ou moins amicaux. Évidemment, tout ce beau monde évolue dans un univers décalé bien que reposant sur des lieux réalistes, comme la cabane à outils ou le jardin, avec donc forcément un côté Chérie, j'ai retréci les gosses. Autant de zones remaniées à la sauce jeu vidéo et qui ne sont d'ailleurs pas sans rappeler l'ambiance que pourrait proposer un Pixar, rien que ça.

It Takes Two

It Takes Two fait également du très bon boulot en ce qui concerne sa réalisation, même si l'on peut regretter deux ou trois choses, comme une caméra parfois capricieuse ou l'absence de voix françaises (VOSTFR seulement) qui pénalisera les non-bilingues durant certaines phases un peu tendues durant lesquelles May et Cody discutent. Les environnements sont très jolis et bourrés de détails, rendant d'ailleurs l'aspect très dirigiste assez frustrant puisque l'on aurait aimé pouvoir explorer plus librement tout ça. Les animations sont particulièrement détaillées, ce qui vient renforcer encore un peu le côté Pixar, le tout est fluide et les musiques sonnent juste et en accord avec l'ambiance du moment, qu'elle soit un peu tendue pendant les phases de boss ou plus chill dans les phases plus posées.

It Takes Two

L'avis de Mystère Mask

It Takes Two est un vrai jeu en coopération. Là où d’autres titres utilisent le jeu à plusieurs comme un mode, ici c’est une vraie aventure que l’on vit à deux. Ça se ressent de partout, que cela soit dans les interactions entre les personnages ou dans les mécaniques de jeu. Véritable histoire que Pixar ne renierait pas, c’est avec plaisir qu’on parcourt les différents niveaux et que l’on découvre l’univers bien travaillé, en local ou en ligne. On finit même par s’attacher à ces petits personnages bavards. Le thème abordé est certes simple, mais il est fait avec justesse et c’est ce qui compte. It Takes Two est de loin l’une des meilleures aventures à faire en coopération, avec les autres titres du même auteur.
 
 
 
 
 
 
 
 
It Takes Two est une vraie belle réussite, un très bon titre à parcourir à deux en local ou en ligne avec un ami (avec un seul exemplaire du jeu, qui plus est !). L'alchimie entre les deux héros fonctionne très bien et on apprécie de les entendre se chamailler puis se réconcilier tout en explorant ce monde à l'ambiance très Pixar créé par les développeurs d'Hazelight. Les énigmes ne sont à aucun moment difficiles et rien n'est réellement innovant mais les mécaniques de gameplay en coopération sont réalisées à la perfection. Si l'on rajoute à ça une réalisation impeccable, un humour omniprésent et un côté très feel good, on obtient un must have de la coop'.
01 avril 2021 à 13h54

Par

Points positifs

  • Un univers très Pixar
  • L'alchimie entre May et Cody
  • Les mécaniques de gameplay en coop' réalisées à la perfection
  • Le plaisir de la découverte présent du début à la fin
  • Un excellent doublage anglais
  • Une réalisation impeccable
  • Drôle et très feel good

Points négatifs

  • Une caméra parfois capricieuse
  • Pas de VF (uniquement VOSTFR)
  • Ne cherchez pas le challenge

Gribouillé par...

Shauni Chan

Shauni Chan

Celle qu'on ne voit pas

Détentrice d'un Baccalauréat P (pour ''platformer'') option Sonic the Hedgehog, Shauni Chan a ensuite obtenu avec brio sa licence en Nintendo, spécialisation The Legend of Zelda. Elle est devenue par la suite Docteur ès RPG japonais grâce à sa note maximale lors de l'épreuve Tales of.

Twitter : Shauni_Chan

Revenir en haut