Test : Nexomon : Extinction - PS4

Nexomon : Extinction - PS4

Nexomon : Extinction - PS4

Genre : Capture de monstres

Partager
Comme toute licence (ou genre) qui fonctionne du tonnerre, Pokémon a eu le droit au fil des années à ses copies plus ou moins réussies. L'une des dernières en date se nomme Nexomon : Extinction et est disponible sur PC et consoles. Alors, cet élève (qui a eu déjà un premier épisode il y a quelques années) dépasse-t-il le maître ?

Test effectué à partir d'une version PS4

Si l'inspiration est plus qu'évidente, Nexomon : Extinction parvient malgré tout dès le départ à s'éloigner quelque peu de la série Pokémon grâce à deux choses : son humour et sa faculté à briser le quatrième mur. Le titre est à peine lancé que l'on ressent déjà ces aspects, qui seront là tout au long de l'aventure essentiellement grâce à la présence de la mascotte qui accompagne le joueur. Un compagnon qui n'hésite pas à critiquer ouvertement les clichés du genre, comme par exemple le fait que l'on rentre souvent chez des inconnus dans un RPG et que ces derniers ne réagissent jamais, et qui aura toujours un petit mot pour faire sourire. Évidemment, toutes les blagues ne font pas toujours mouche mais, globalement, l'humour est assez réussi, à plus forte raison si vous êtes un habitué du genre et que ces clichés seront familiers pour vous.
 

Alors, ça n'a RIEN A VOIR

D'ailleurs, l'écriture se montre globalement très réussie et est même bien plus intéressante à suivre que celles des derniers épisodes de Pokémon. Ici, on retrouve quelque chose de plus mature que ce que fait la concurrence, avec en plus des personnages qui ont (presque) tous quelque chose d'intéressant à dire. Les PNJ ont même souvent des anecdotes concernant le monde de Nexomon : Extinction, ce qui est toujours bienvenu pour renforcer le background et le lore d'un titre, et de nombreuses quêtes annexes sont à découvrir. Cerise sur le gâteau à ce niveau-là, le tout est intégralement traduit en français, oui messieurs-dames ! Dommage en revanche de constater que de nombreuses coquilles sont présentes, voire que des mots n'ont carrément pas été traduits ou que certaines phrases n'ont absolument aucun sens.
 
Nexomon : Extinction

Mais, bien entendu, le cœur d'un tel jeu reste son système de combat. Ici, on se retrouve sur du grand classique, avec du un contre un et des attaques au tour par tour, avec la possibilité de capturer le monstre ennemi. En revanche, les habitués de Pokémon auront un petit choc en se lançant dans ce titre puisqu'il propose un challenge auquel ils ne sont sans doute pas habitués. Ainsi, si les derniers épisodes de la série de Game Freak sont d'une facilité déconcertante (ce qui n'a pas toujours été le cas même si la difficulté des premiers épisodes n'était pas insurmontable), ce n'est clairement pas le cas de Nexomon : Extinction qui ne fera absolument aucun cadeau aux joueurs. Les adversaires attaquent fort, les dresseurs n'hésitent pas à changer de Nexomon en cours de route ou à utiliser des objets, et ainsi de suite.
 
Nexomon : Extinction

Extinction des feux

Bien entendu, le joueur peut (et doit) aussi utiliser des objets mais, là encore, Nexomon : Extinction se montre délicat puisque tout ça revient vite cher, et l'argent a bien du mal à rentrer. Il faut donc bien prendre garde à ne pas consommer rapidement tout son stock, et donc à se rendre souvent chez un médecin pour faire soigner l'équipe ou encore à utiliser des cristaux de soin placés ça et là sur la map. La bonne gestion de l'inventaire est un élément essentiel pour survivre dans le monde du jeu de Vewo Interactive, mais aussi pour attraper un maximum de bestioles. La capture, justement, se montre plus ''active'' que dans un Pokémon puisque, une fois le Nexotrap envoyé, le joueur doit effectuer un petit QTE. Un QTE dont, honnêtement, on ne voit pas trop l'intérêt puisque le réussir ne certifie pas une capture.
 
Nexomon : Extinction

Quant aux affrontements en eux-mêmes, s'ils se montrent plus difficiles que chez la concurrence directe, ils sont aussi paradoxalement moins stratégiques. C'est surtout au niveau des éléments que la différence se fera, un Nexomon feu n'ayant par exemple aucune chance face à un Nexomon eau, alors que certaines aptitudes permettent dans un Pokémon de retourner la situation. Le système de PP n'existe par ailleurs pas dans ce titre, qui opte pour une jauge de fatigue et, bien entendu, un Nexomon se fatiguera plus vite s'il utilise ses capacités les plus puissantes. Sachant qu'une bestiole peut avoir jusqu'à quatre capacités, il s'agit donc de bien prendre garde à avoir un panel d'attaques suffisamment varié pour ne pas se retrouver à plat après cinq coups surpuissants. Un petit équilibrage serait ici bienvenu d'autant plus que, comme dit précédemment, les items coûtent cher et l'on ne peut pas vraiment s'offrir le luxe d'en utiliser après chaque combat (et encore moins pendant)...
 
Nexomon : Extinction

Le vaste monde et ses dresseurs qui veulent vous dépouiller de votre argent

On apprécie en revanche la liberté accordée au joueur. Dans Nexomon : Extinction, on peut en effet aller dès le départ où bon nous semble, en tout cas dès que l'on a récupéré notre starter (au choix parmi neuf, tout de même !). Bien entendu, un chemin tout tracé est prévu, mais il est tout à fait possible de flâner où bon nous semble en attendant de se lancer dans la prochaine quête. Ce qui est d'ailleurs plutôt encouragé puisque l'exploration permet de récupérer de petits cadeaux, comme des objets, de l'argent ou encore des matériaux permettant par la suite de crafter. Une exploration qui permet également de découvrir le level design intelligent du jeu, ainsi que sa patte graphique old school et colorée très mignonne, même si certains environnements sont moins convaincants et d'autres un peu trop chargés, ce qui n'aide pas la lisibilité. Quant aux Nexomon en eux-mêmes, ils sont relativement inégaux, certains très inspirés et d'autres plutôt plats.
S'il est loin d'être parfait, la faute notamment à un équilibrage un peu pété et à une réalisation assez inégale, Nexomon : Extinction est une alternative solide à Pokémon. Son histoire est intéressante à suivre, son humour fait souvent mouche, son système de combat est solide et la liberté dans l'exploration est plus qu'appréciable. Néanmoins, ce titre est à réserver aux joueurs aguerris, le challenge proposé ici n'étant clairement pas adapté aux plus jeunes ou aux habitués des derniers jeux de Game Freak.
29 septembre 2020 à 15h04

Par

Points positifs

  • L'humour, qui brise souvent le quatrième mur
  • Gros bestiaire (presque 400 bestioles)
  • La liberté dans l'exploration
  • Traduction française intégrale...
  • Système de combat classique et efficace...

Points négatifs

  • Un challenge relevé et pas toujours bien équilibré
  • Réalisation en dents de scie
  • Les objets sont très chers et l'argent se fait rare
  • ...Mais de grosses coquilles
  • ...Mais très peu tactique

Gribouillé par...

Shauni Chan

Shauni Chan

Caution féminine

Détentrice d'un Baccalauréat P (pour ''platformer'') option Sonic the Hedgehog, Shauni Chan a ensuite obtenu avec brio sa licence en Nintendo, spécialisation The Legend of Zelda. Elle est devenue par la suite Docteur ès RPG japonais grâce à sa note maximale lors de l'épreuve Tales of.

Twitter : Shauni_Chan

Revenir en haut