Test : Sackboy : A Big Adventure - PS4

Sackboy : A Big Adventure - PS4
Partager
Alors, bien sûr, il y a plein de héros muets. Gordon Freeman de Half-Life, Link de The Legend of Zelda, ou encore l'inénarrable Bernardo de Zorro. Mais il en est un trop choupinou dont on entend vraiment trop peu parler, c'est Sackboy. Et il revient pour une Big Adventure pour fêter le lancement de la PS5 (avec aussi une disponibilité PS4). On en dit quoi ?

Test effectué à partir d'une version PS5

LittleBigPlanet, c'est la licence créée par Media Molecule pour PlayStation 3 et alimentée par la puissance créatrice des gens. L'intérêt principal du titre, outre une physique assez cool de jeu de plates-formes, était la création de contenu via des outils assez chouettes. Des niveaux à créer de A à Z, des personnages à customiser de la tête aux pieds, etc. Après le développement de LittleBigPlanet 2, Media Molecule a passé le relais de la licence à Sumo Digital pour le 3ème opus, ainsi que pour celui-ci, Sackboy : A Big Adventure. Ceux-ci avaient plutôt transformé l'essai sur le 3ème épisode, et le studio revient donc logiquement pour ce nouveau titre (après avoir pris le temps de commettre Crackdown 3 sur Xbox One). Du coup, on ne va pas se mentir, on était un peu fébriles pour ce nouveau jeu.
 

De toutes les matières, c'est la laine qu'elle préfère

Au commencement, il y eu LittleBigPlanet. Son univers, c'est l'Imagi-Sphère, un patchwork de mondes super rigolos. Et dedans, il y a le monde de Sackboy, le petit chevalier maillé qui est un héros tout désigné pour sauver tous ses potes depuis que le méchant Vex a débarqué. Lui, c'est un genre de Joker pas bien sympathique qui, visiblement, a décidé de réduire tout ce monde qui fait la part belle à l'imaginaire en esclavage. Sackboy, toujours muet mais définitivement attachant, doit donc récolter des orbes, concentrés d'émerveillement et de créativité, pour détruire les barrages de Vex et débloquer des ponts entre les mondes. Cinq mondes à visiter, cleaner et parcourir, tel un héros de laine mythique pour libérer l'Imagi-Sphère du méchant Vex.
 
Sackboy : A Big Adventure

Il n'y a que la Maille qui m'aille

Le début du jeu ne plaide pas vraiment en la faveur de Sackboy : A Big Adventure. Un petit peu mou, pas bien original, Sackboy donne l'impression que la formule a touché quelque peu ses limites. SABA, oui je vais l'appeler comme ça dorénavant, commence donc sans grande surprise. De la plate-forme assez simple voire simpliste, des musiques un peu passe-partout, les premiers moments sont un petit peu poussifs. Et puis, comme avec une période de rodage, SABA prend son rythme de croisière. L'ambiance sonore devient plus agréable, voire carrément inspirée, avec par exemple des tubes à succès réinstrumentalisés pour l'occasion. La plate-forme devient plus intéressante, notamment grâce, comme dans les épisodes précédents, à un jeu avec la physique très efficace.
 
Sackboy : A Big Adventure

Sackboys don't cry

SABA s'étend sur une bonne dizaine d'heures de jeu pour être parcouru de manière basique, mais il aura l'intelligence de vous faire pas mal vous creuser les méninges pour venir à bout de toutes ses énigmes. Comme dans les précédents épisodes, on s'acharnera dans chaque niveau à trouver les fameuses orbes via un game design plutôt inspiré dans l'ensemble. SABA propose aussi d'arboder le jeu à plusieurs. C'est souvent plus simple, parfois plus compliqué quand votre compagnon est une burne, mais forcément plus convivial. Du reste, certains niveaux ne sont accessibles qu'en coopération. C'est une fois de plus plutôt efficace dans l'ensemble, plus on est de fous, plus on rit. Vous pourrez aussi réaliser des "défis de chevaliers maillés", des parcours à réaliser en un minimum de temps, afin de vous comparer le score avec les autres joueurs à coups de double décimètre.
Sackboy : A Big Adventure est un bon petit jeu de plates-formes. On peut peut-être accuser la formule de commencer à atteindre ses limites, mais force est de constater qu'on passera toujours du bon temps, surtout à plusieurs. Les aventures de Sackboy sont agréables à parcourir, parfois même excellentes, même si l'on sent que celles-ci auraient peut-être besoin d'un petit coup de renouveau.
13 novembre 2020 à 10h43

Par

Points positifs

  • La physique est très cool
  • Sackboy, trop mimi
  • Le jeu à plusieurs, toujours plus fun
  • Une formule qui fonctionne toujours, mais...

Points négatifs

  • ... qui commence un peu à s'essoufler

Gribouillé par...

Shauni Chan

Shauni Chan

Celle qu'on ne voit pas

Détentrice d'un Baccalauréat P (pour ''platformer'') option Sonic the Hedgehog, Shauni Chan a ensuite obtenu avec brio sa licence en Nintendo, spécialisation The Legend of Zelda. Elle est devenue par la suite Docteur ès RPG japonais grâce à sa note maximale lors de l'épreuve Tales of.

Twitter : Shauni_Chan

Revenir en haut