Test : Marvel's Spider-Man : Miles Morales - PS5

Marvel's Spider-Man : Miles Morales - PS5
Partager
Miles Morales est un adolescent de 17 ans qui, comme Spider-Man l'original, s'est fait inoculer des pouvoirs d'araignée via morsure non consentie. Pouvoirs, responsabilités et questionnements d'adolescents, tels sont les maîtres-mots de ce stand-alone du line-up de lancement de la PlayStation 5.

Test effectué à partir d'une version PS5

Spider-Man : Miles Morales est l'un des tous premiers titres PlayStation 5 à voir le jour. Celui-ci n'est pas tout à fait exclusif à la nouvelle génération, à savoir qu'il sort aussi sur PS4, c'est vrai. Ce n'est pas non plus vraiment un jeu à part entière puisque c'est un stand-alone, une extension du jeu Spider-Man original d'Insomniac Games sorti il y a quelques années sur Playstation 4 et dont vous pouvez retrouver le test ici. Les possesseurs de PS4 pourront donc profiter de l'extension, tandis que les heureux acheteurs de la PS5 auront droit à une version remasterisée, plus adaptée à la nouvelle génération.

Morales, webmaster de Harlem.com

Nous sommes donc toujours à New-York, mais cette fois dans la peau de Miles Morales, un adolescent afro-latino New Yorkais que vous avez pu découvrir par petits clins d'œil dans l'histoire originale et ses DLC. Ceux qui connaissent le Spider-verse, l'univers étendu de Spider-Man, connaissent très bien Miles Morales et savaient que, tôt ou tard, nous serions amenés à en prendre les commandes. Spoiler alert si vous n'avez pas fait le précédent Spidey, abstenez-vous, merci. Dans cette version de Spider-Man, Miles a perdu son père dans le jeu original. Lorsque nous en prenons le contrôle, nous découvrons le plus simplement du monde la découverte de ses pouvoirs, le fait que Peter Parker soit son mentor, et l'acquisition de son tout premier costume. Vous êtes directement un jeune héros parfaitement autonome au début de cette histoire.

Marvel's Spider-Man : Morales

Harlem Webtrotters

Ce stand-alone est soigné, et c'est un plaisir. Il est d'ailleurs suffisamment généreux pour que de nombreuses personnes puissent être tentées de le prendre pour une suite, et c'est d'ailleurs ce qui était évoqué par le public lors de son annonce. En terme d'histoire, le storytelling est assez efficace, et malgré un petit ventre mou au milieu de l'aventure, son début et sa fin sont très prenants à vivre. Miles est un personnage plutôt attachant, et même si les (très bonnes) blagues de Peter Parker manquent beaucoup, on prendra beaucoup de plaisir à découvrir son entourage et ses traits de caractère qui parfois diffèrent et parfois rejoignent ceux de son mentor.

Marvel's Spider-Man : Morales

Toile + moi + lui, plus tous ceux qui le veulent

En terme de gameplay, c'est assez généreux pour un stand-alone. Les principales différences entre Spider-Man l'original et Miles se situent, outre le caractère un peu plus taquin de Parker, dans la manifestation de quelques pouvoirs différents chez le successeur. Celui-ci est capable de générer de la bio-électricité, ainsi que de devenir invisible pendant quelques secondes. À partir de là, les résultantes en terme de gameplay sont plutôt malignes. La bio-électricité permet de frapper un peu plus fort, notamment les ennemis qui se planquent derrière des protections, et de faire sauter des trucs. L'électricité offre aussi la possibilité de relancer le courant ou l'annihiler à certains endroits, et donc de résoudre des énigmes en fonction de la situation. Enfin, le camouflage invisible offre la part belle à l'infiltration, puisqu'il devient tout de même assez simple d'échapper à la vigilance des gardes.

Marvel's Spider-Man : Morales

Miles en fait des kilomètres (vous l'avez ?)

Morales se parcourt en une huitaine d'heures en ligne droite, mais si vous décidez de réaliser tous les défis proposés, vous en aurez facilement pour une bonne quinzaine. Comme dans le jeu original, ces défis sont plutôt chouettes dans l'ensemble, et abominablement addictifs, notamment pour pouvoir récolter toutes les jolies tenues différentes. Miles n'est pas relié à la fréquence de la police, mais son meilleur pote lui a concocté une appli "Araignée sympa du quartier", grâce à laquelle les habitants de Harlem déclarent les crimes. Très bonne idée, et vraiment dans l'air du temps. Un stand-alone plutôt cool donc, mais quid de la démo technique que l'on attendait ? Alors c'est un jeu de début de génération, qui plus est qui est un remake de jeu PS4. En d'autres termes, on ne pense pas qu'il s'agisse véritablement de la démo technologique attendue, mais cela reste visuellement très très agréable. Spider-Man passe donc en véritable 4K, et propose un choix atrocement draconien : 60 images par secondes, ou 30 mais avec le fameux ray-tracing, cette technologie avancée de rendu de lumière si jolie.

Marvel's Spider-Man : Morales

Pouvoir de la 4K et responsabilité du ray-tracing

Les différences entre Miles Morales avec et sans ray-tracing sont assez importantes et bluffantes. Les reflets sur les objets deviennent précis et réalistes, les lumières deviennent naturelles et évidentes. Pourtant, faire le choix du ray-tracing pour un titre comme Spider-Man n'est pas forcément évident car, honnêtement, valser entre les buildings en 60 fps est d'une jouissance assez indescriptible. D'autant que le jeu reste vraiment très très beau, et quand on se balade à 60 images par seconde, pas le temps de s'arrêter admirer le paysage. Testez, et faites votre choix. Une chose est certaine, il est réellement très frustrant, en début de génération, de devoir faire un choix entre graphismes et fluidité. Même si les deux choix sont tous les deux très jolis visuellement et parfaitement jouables, choisir, c'est renoncer. Et même si l'on sait à quel point la 4K et le ray-tracing sont gourmands, on espère que la maîtrise de développement des prochains titres permettra d'éviter de tels choix, à titre tout à fait personnel.

Enfin, cette aventure permet aussi de tester ce que donne la manette DualSense de la PS5 en action dans un jeu qui n'est pas prévu pour lui rendre spécialement hommage, contrairement à Astro Bot. Si ce n'est effectivement pas un game changer, la DualSense s'en sort plutôt bien côté immersion. Elle permet d'effectivement mieux ressentir pas mal d'effets d'énergie, de vitesse, de vibrations... Sans être indispensable, elle constitue un véritable plus.

Marvel's Spider-Man : Morales
Spider-Man : Miles Morales est un stand-alone de choix. Généreux en terme de contenu, il se renouvelle sur le terrain du gameplay sans trahir le jeu original et offre une vitrine visuelle solide. Un bon moyen de renouer avec l'un des titres les plus chouettes de 2018 sur PS4 et une manière de démarrer la New Gen du bon pied sur PS5.
06 novembre 2020 à 14h09

Par

Points positifs

  • Généreux pour un stand-alone
  • Renouvellement sympa dans le gameplay
  • Storytelling réussi
  • Visuellement très chouette
  • 60 FPS en se balançant dans Harlem, la vie
  • Le Ray-Tracing, la vie

Points négatifs

  • 60 FPS ou ray-tracing, pas les deux à la fois. Snif
  • Les blagues de Peter manquent un peu
  • Plus de boss fights, peut-être ?

Gribouillé par...

Lorris

Lorris

Fin limier du mot

Jean-Claude Van Damme au corps, Jean-Claude Dusse dans la tête. C'est parfois l'inverse.

Twitter : @Yolorris

Revenir en haut