Test : Super Bomberman R

Super Bomberman R - Nintendo Switch

Genre : Bomberman

Date de sortie : 03 mars 2017

Genre
Bomberman
Date de sortie
03 mars 2017 - France
Développé par
Konami
Edité par
Konami
Disponible sur
Nintendo Switch
Parfois appelé
Bomberman Switch
Modes de distribution
Boutique
Nintendo eShop

Aborder un Bomberman aujourd’hui est un exercice difficile tant c’est un classique joué depuis plusieurs générations. Qu’est-ce que peut bien apporter une nouvelle licence en 2017 à un jeu à deux boutons ? Beaucoup plus qu’on ne pourrait le penser et, sur une console comme la Switch, il est plus que le bienvenu tant sa convivialité est quasi incontournable.

Test effectué à partir d'une version Nintendo Switch

Graine de terroriste

On ne présente plus Bomberman depuis le temps. Enfin si, un peu du coup : vous contrôlez un petit personnage qui peut générer des bombes à l’infini (d’où il les sort ne nous intéresse pas). Lesdites bombes détruisent certains murs, et vous pouvez améliorer la puissance (nombre de cases de déflagration) ainsi que le nombre de bombes que vous pourrez poser avant que la première n’explose. Ensuite, il y a les bonus (dont certains sont encore assez mystérieux), qui vont des gants pour pousser les bombes aux bombes qui traversent tous les murs (oui oui). Et tout ce joyeux bordel donne la licence Bomberman, dont le principe de base n’a pas beaucoup évolué depuis presque 35 ans.

Pourquoi changer une recette qui marche ? Justement, ici, les développeurs ne se sont pas posé cette question et se sont contenté de moderniser plus qu’autre chose. En effet, pas de révolution dans le genre, les joueurs de toujours comme les débutants pourront jouer en quelques secondes, sans avantager ni les uns ni les autres (même si les vieilles techniques de roublard marchent toujours).

bbmn
Comme d'habitude, c'est un immense bordel. Et heureusement !

Bomberman à Versailles

Pour le mode solo (auquel presque personne ne jouera, ne nous leurrons pas) : une histoire amusante avec des saillies assez adultes dans l’humour, des boss débiles et drôles à battre. Bref, tout ça fonctionne, mais on se rend vite compte que l’intérêt principal du jeu n’est pas là, même si l’on peut saluer l’effort fait pour fournir une campagne assez solide et amusante pour passer le temps entre les parties en multi. Le système de Game Over nous a paru un peu saugrenu : pourquoi utiliser 10 malheureuses pièces pour avoir à nouveau 7 vies et continuer à l’instant T alors qu’on les gagne 500 par 500 ? Au moins, ça rend la campagne peu pénalisante et permet d’accumuler des PO pour acheter costumes et arènes pour le multi. La campagne est jouable à 2 joueurs en co-op également, mais c’est plus du friendly fire qu’autre chose au bout de 10 minutes.

BBMN
La fratrie Bomberman s'apprête à aller casser des bouches à travers le système solaire. Thug.

Pour l’histoire, la famille Bomberman va botter le cul à nombre de boss dans un système solaire futuriste où chaque planète contient un type d’arène (briques, métal, jardins, etc) avec un boss final thématique, et ce jusqu’à arriver au boss de fin. Certaines nouvelles mécaniques d’arènes obligent parfois à réfléchir à deux fois avant de poser une bombe comme un bourrin. L’histoire est très simple, mais le côté Super Nana rend la campagne solo plutôt attractive au bout du compte.

Le jeu est en anglais, mais sous-titré en français. Après le désastre de Tank Troopers sur la question VF, c’était un soulagement de voir une bonne version anglaise avec sous-titres plutôt qu’une horrible version française. Les anglophones seront gratifiés de blagues plus fines, même si la traduction est très bonne, le texte VO restant beaucoup plus amusant.

Animation

Sex-bomb

Mais alors, où est donc ce fichu intérêt principal qu’on vous tease depuis deux paragraphes ? Le multi, pardi ! Basiquement, Bomberman est un jeu multi que tout le monde peut comprendre en quelques secondes. La Switch ? La convivialité faite console. Alors réunissez les deux et vous obtenez pour l’instant le meilleur jeu multi de la Switch. Le fait de pouvoir tout simplement amener la console et faire une partie à deux ou trois collègues sur le petit écran à la pause déjeuner, c’est là que la licence et la console prennent tout leur sens.

Pour plus de 3 joueurs, il semble relativement incontournable de jouer sur grand écran si on veut éviter une fracture de la rétine au bout de la 2ème partie. Les défauts majeurs (parce qu’il y en a presque toujours) : Bomberman au stick, c’est parfois frustrant, très souvent agaçant. Effectivement, à moins d’être richissime, il est peu probable que vous jouiez avec 6 manettes pro, et de ce fait avec le petit Joy-Con tout mignon vous devrez le diriger au joystick. Ce qui amène un peu trop souvent à une interprétation hasardeuse des diagonales (qui arrivent très régulièrement dans l’action) et donc à se faire péter soi-même comme un idiot. Pour la première fois, vous pourrez dire que c’est « la faute à la manette » de manière légitime.

Boss
Les boss ont de la gueule !

Également, il est peut-être dommage de ne pas avoir mis d’entrée de jeu toutes les arènes disponibles pour le multi, ce qui oblige à grinder le solo pour profiter de vraiment toutes. C’est du chipotage, mais sur un jeu autant axé sur la convivialité, il est presque frustrant de se voir refuser certaines choses sans raison particulière.

Dernière frustration : la caméra. Pourquoi avoir choisi ce foutu angle de 3/4 ? Résultat, on se retrouve à ne pas pouvoir voir certains obstacles, ou juste à poser sa bombe au mauvais endroit. Ce n’est pas non plus un défaut absolu, mais il assez important pour être souvent gênant. 

Article rédigé par M.Achille , le

Un vent de fraîcheur sur une licence qui ne vieillira jamais, ce Super Bomberman R sur Switch est l’un des incontournables de la console pour l’instant. Peut-être un petit peu cher sur le store, attendez un retour des versions en boite si elles sont épuisées lorsque vous hésiterez. Ultra fun et convivial, il ne souffre que de peu de défauts, rien qui n’empêche d’en profiter à fond avec vos amis. Son intérêt réside clairement dans la simplicité de son gameplay et la rapidité des parties.

Points positifs

  • Convivial
  • Campagne soignée
  • Efficace pour tout moment multi
  • Fluide

Points négatifs

  • La caméra
  • Maniabilité au joystick imprécise
  • Contenu à débloquer pour le multi

A propos de l'auteur

M.Achille

M.Achille

Maître des doges

Fan de Binding of Isaac, The Witness et Antichamber. J'aime les jeux (très) difficiles et qui font mal à la tête, ainsi que les périphériques lumineux.

J'aime beaucoup trop Overwatch.
Je ne joue que sur PC, parce qu'il y a Gang Beast et Rocket League.
Je n'aime pas partager ma manette, mais volontiers mon écran.
J'aime les jeux idiots, originaux, bref ce qui traîne sur itch.io.
J'aime mettre les gens mal à l'aise.
Je suis facile à corrompre avec un cookie.

Contacter

Commentaires

Jeux similaires