Test : Mario Tennis Aces

Mario Tennis Aces - Nintendo Switch

Genre : Sport

Date de sortie : 22 juin 2018

Genre
Sport
Date de sortie
22 juin 2018 - France
Développé par
Nintendo
Edité par
Nintendo
Disponible sur
Nintendo Switch
Parfois appelé
Mario Tennis Switch
Modes de distribution
Boutique
Nintendo eShop
Site officiel
Site officiel
PEGI
 Interdit aux moins de 3 ans

Mario Tennis Aces est le huitième et dernier épisode de la série éponyme dont le premier opus, Mario’s Tennis, fut sorti en 1995 sur Virtual Boy. Ce nouvel épisode a la particularité de proposer un mode "Aventure" qui restait porté disparu de la série depuis un certain temps. Toujours développé par Camelot, Mario Tennis Aces a pour mission de rattraper les errances du Mario Tennis Ultra Smash qui n’avait pas convaincu, il y a trois ans, sur Wii U. Alors, Mario Tennis Aces, c’est plutôt une amortie raplapla dans le filet ou un coup gagnant long de ligne ?

Test effectué à partir d'une version Nintendo Switch

Attendu par les aficionados de la balle jaune, les fervents défenseurs de la Team Mario, ou les deux, Mario Tennis Aces s’ouvre sur un double Mario/Peach contre Bowser/Bowser JR. À faire pâlir n’importe quelle paire de la Team Lagardère. La balle de match jouée, c’est le moment où tel un Nelson Monfort sauvage sur le Philippe Chartier, Wario et Waluigi débarquent avec en leur possession la raquette la plus puissante du monde, trésor légendaire du temps de Rakhet. C’est sûr, ça pèse. Luigi, passant dans le coin, tel le bon waterboy qu’il est, est happé par la raquette maudite et transforme, au passage, Wario et Waluigi en esprits maudits avant que tout ce beau monde ne disparaisse dans une tornade. Investis d’une mission qui les dépasse un peu, Mario et Toad se mettent en route vers les ruines du temps de Rakhet afin de comprendre ce qu’il s’y trame et espérer y retrouver Luigi.

Bordermer Open

Le cadre une fois posé, c’est littéralement le mode "Aventure" qui ouvre le bal de ce Mario Tennis Aces. Donnant un peu d’épaisseur au jeu, ce mode fait surtout office d’un tutorial de quelques heures permettant, à la fin, d’en maîtriser tous les petits bouts de ficelle. À la manière d’un Mario de la dernière génération, vous vous déplacerez sur une carte, niveau par niveau, ces derniers pouvant être de plusieurs types : le match simple, le défi ou le combat de boss. La carte est scindée en 5 petites parties distinctes, chacune proposant un combat de boss duquel l’issue vous donnera accès à un objet nourrissant la trame principale de l’aventure (on évitera d’en dire plus).

Mario Tennis Aces

Chaque niveau, à la difficulté évidemment croissante, vous proposera d’aborder les différentes techniques de jeu de manière soit brute, à travers un match simple à remporter, soit de manière plus ludique, en terminant des défis qui sont au nombre de trois types différents : faire des retours gagnants directs, tenir un certain nombre d’échanges pour faire le plus de points possible et enfin viser un nombre déterminé de cibles en un temps défini. En fin de zone, vous serez opposé à un boss usant de techniques bien spécifiques qu’il faudra parer ou esquiver avant de contre-attaquer. La réussite d’un niveau pour permettra d’engranger des points d’expérience se traduisant en caractéristiques qui augmentent comme la rapidité de déplacement, la facilité d’interception ou la puissance des coups. Certains défis vous permettront également de débloquer une nouvelle raquette (qui dispose de ses statistiques propres). Vous débloquerez également les différents terrains (qui ne sont pas si nombreux que ça) au fil de votre progression. Il faut bien retenir que chacun de ces matchs, défis ou combats est calibré pour vous faire pratiquer des techniques spécifiques ou d’appréhender certaines mécaniques de jeu.

Mario Tennis Aces

Car si ce Mario Tennis Aces recherche une forme de renouveau de la licence, les développeurs de chez Camelot n’ont pas hésité à reprendre certaines micro-formules et mécaniques ayant plutôt réussi aux épisodes précédents, notamment le coup sauté d’Ultra Smash. Dans Aces, chaque bouton de votre manette représente un type de coup. Il y a le coup à plat qui est droit, lourd et assez rapide, le coup lifté, plus lent mais plus bombé qui rebondit plus haut au contact du sol ou encore le coup slicé qui lui est lent, mais rase le filet et a un rebond très bas. Enfin, les classiques amortis et lobs se jouent avec le même bouton, mais le coup change selon l’inclinaison du joystick. L’orientation des balles se fait selon votre position sur le court, votre temps de charge de frappe et la direction que vous allez impulser à votre coup, de quoi étendre votre jeu et déployer une certaine forme de stratégie entre les lignes. La grande nouveauté de cet épisode est l’implémentation d’une jauge d’énergie en haut à droite de l’écran qui manquait cruellement par le passé. Chaque coup concentré (en maintenant la touche enfoncée) permet de générer de l’énergie qui s’accumule dans votre jauge. Dès que vous avez un peu d’énergie de côté et que votre adversaire fait un coup un poil loupé qui rebondit de trop, une étoile apparait au sol et vous permet d’activer un puissant coup sauté. À ce moment, vous aurez quelques secondes (le temps que votre énergie s’épuise) pour viser un endroit dans le camp derrière le filet et porter un coup hors d’atteinte de votre adversaire. Il faut savoir que lorsque votre jauge d’énergie est complètement pleine, vous pourrez déclencher ce coup quand bon vous semble, même si votre adversaire réussit une parfaite attaque de votre côté.

Mario Tennis Aces

D’une fine intelligence, les développeurs de Camelot ont introduit des petites mécaniques permettant de contrer cette puissante attaque en employant un timing parfait et une bonne coordination entre déplacement et coup porté. Tout d’abord, la pression d’un bouton vous permettra de ralentir le temps en contrepartie de la consommation de votre énergie accumulée. Cette action vous permettra d’anticiper plus facilement la trajectoire d’un coup puissant et de mieux vous placer. Une pression directionnelle sur le joystick et vous pourrez également faire un saut dans la direction de la balle à renvoyer et, à condition d’avoir le bon timing, repousser la boule jaune dans l’autre camp. Pour finir, la mécanique d’interception est centrale dans ce gameplay utilisant la mécanique de gestion de l’énergie. En effet, lorsque votre adversaire réalise un coup sauté, vous aurez la possibilité de le renvoyer proprement à condition de faire une interception parfaite. Pour ce faire, il faudra taper la balle dans le meilleur des timings, lorsque cette dernière arrive à vos pieds juste après le rebond. Dans le cas contraire, vous renverrez la balle de manière approximative et abimerez un peu plus votre raquette. Quoi ? Je lis la surprise dans vos yeux. Oui, il sera possible de détruire les raquettes de vos adversaires et inversement. Après plusieurs interceptions ratées, votre raquette est détruite, vous faisant ainsi perdre le point. Pour un match, vous aurez plusieurs raquettes à votre disposition et, une fois la totalité de ces dernières détruite, vous perdrez le match par forfait.

Un jeu taillé pour le Online

Pour rassurer les Ayatollahs habitués à astiquer les lettres d’or de Nintendo au chiffon de soie, cette mécanique de gestion de l’énergie fait de Mario Tennis Aces un pur jeu issu des traditions du géant de Kyoto : facile à comprendre, mais difficile à maîtriser. Il en prend d’ailleurs tout son élan en multijoueur lorsque l’on a fini d’affronter ces I.A. qui restent soit lentes au possible au niveau le plus faible, ou impossibles à duper dans les niveaux avancés. Certains matchs sur certains types de terrains frôlent l’injustice à chaque balle envoyée vers ces satanés robots sans âme. L’exemple le plus marquant se cristallise sur un terrain pourvu d’un mât en son centre. Lorsque la balle le touche, elle est déviée, prenant le joueur à contre-pied. L’humain se fait avoir à 100% du temps, l’I.A., elle, ne bouge jamais, imperturbable et renvoie toujours la balle sans sourciller. Ce genre de situation tend à rester très frustrante seul en local, mais toutefois savoureuse en multi. Contre l’I.A., certaines de ces inextricables situations par la manière douce vous forceront à utiliser différentes techniques comme celle de lui briser toutes ses raquettes et de lui faire comprendre qui est le vrai seigneur de la terre battue. Quoi qu’il en soit, malgré quelques répétitions et une histoire anecdotique, le mode "Aventure" est un tutorial de luxe vous permettant, une fois terminé, d’avoir toutes les armes pour vous défendre dans les deux autres modes de jeu proposés par Mario Tennis Aces.

Mario Tennis Aces
Outre le mode libre qui permet de jouer en local ou en ligne contre des vraies personnes, le mode tournoi n’offre que peu de contenu (trois coupes différentes) et peu de challenge pour ceux qui débouleront rapidement après avoir terminé le mode "Aventure". Non, une fois votre maîtrise de la raquette et de l’interception acquise, il ne vous restera plus qu’à filer en ligne pour botter les fesses de tous les misérables ramasseurs de balles qui viendront vous faire un front contre front. Le test de cette alternative lors de la démo début juin nous avait particulièrement emballé et laisse présager de bonnes séances d’allers-retours sur la résine dès le 22 juin (les serveurs sont actuellement vides). Notre seule interrogation concerne la rejouabilité du jeu une fois le haut niveau atteint et notamment lorsque les très bons joueurs vont s’opposer. Peut-être que les limites du gameplay et des mécaniques se révèleront à ce moment.

Enfin, côté technique, c’est du Nintendo très propre. Les animations sont chiadées, c’est beau, lisse et fin et notamment en mode portable ou rien n’est à reprocher. En mode dock, on regrettera quelques petites baisses de FPS sur la carte du mode "Aventure", mais jamais en plein match. Pour ce qui concerne du pool des personnages disponibles, il est correct et on fait confiance à Nintendo pour intégrer de nouvelles tronches au fur et à mesure de l’avancée dans l’année (Koopa et Bloups arriveront respectivement en juillet et août tandis que Diddy Kong, Birdo et Paratroopa sont programmés pour après le mois de septembre). On regrettera cependant le manque de relief dans le gameplay entre les différents protagonistes (si ce n’est l’animation de leur super coup sauté et différents styles de jeu) ainsi que le design de certains personnages. En effet, la forme de Chomp par exemple (qui n’a pas de pied) limite la visibilité de la balle arrivant au corps-à-corps et il est difficile d'avoir un bon timing dans les interceptions.

Mario Tennis Aces

Article rédigé par Lorris , le

Pourvu d’un gameplay renouvelé, tranchant et calibré pour le multi, Mario Tennis Aces parvient à trouver le bon équilibre entre découverte, appréhension et maîtrise de ses différentes mécaniques. Le mode "Aventure" tant attendu fait plutôt office d’un gros tutorial que d’un réel mode solo accompli et velu, mais prépare admirablement bien pour le vrai jeu qui vous attend : celui de la rage, du sang et des pleurs, en ligne, contre d’autres raquetteux en manque de compétition.

Points positifs

  • La prise en main à la Nintendo
  • L’aspect technique du jeu
  • La jauge d’énergie
  • Le mode Aventure, enfin
  • Le multi en ligne ou à plusieurs en local
  • Le système d’interception
  • La durabilité des raquettes

Points négatifs

  • Le manque de terrains
  • L’absence de vraies différences originales entre les personnages
  • Le mode Tournoi au contenu famélique
  • L’I.A. soit trop injuste, soit trop stupide
  • Encore l'interrogation de la rejouabilité à haut niveau

A propos de l'auteur

Lorris

Lorris

Fin limier du mot

Nonobstant les ouï-dires et les non-dits de ceux qui pensent que non et de ceux qui estiment que oui, Lorris demeure un génie incompris. Utilisant constamment un langage profane qui sied à sa caste de jeune kikoo-gamer-du-web, ce candide éphèbe qui newse, teste, et previewte n'est finalement qu'un esprit brillant parmi les autres cucurbitacées qu'il tient pour collègues. Sinon, Lorris est une âme modeste, offrant son corps pour partager avec délectation et frivolité sa passion qui l'anime dans le manoeuvrage du joystick et non pas du droit de cuissage comme certains butors le feraient entendre.

Contacter

Commentaires