Test : Go Vacation

Go Vacation - Nintendo Switch

Genre : Mini-jeux de vacances sportives

Date de sortie : 27 juillet 2018

Genre
Mini-jeux de vacances sportives
Date de sortie
27 juillet 2018 - France
Développé par
Bandai Namco Entertainment
Disponible sur
Nintendo Switch, Wii
Modes de distribution
Nintendo eShop

Nintendo et les party games, c'est une longue histoire d'amour. Et avec une Switch permettant de jouer facilement à plusieurs, il était logique de voir sortir et ressortir des titres allant dans ce sens. C'est le cas de Go Vacation, développé par Bandai Namco et sorti une première fois sur Wii en 2011. N'ayant à priori pas rencontré le succès escompté à l'époque, ce jeu tente à nouveau sa chance pour cet été 2018.

Test effectué à partir d'une version Nintendo Switch

Go Vacation, c'est la promesse pour le joueur d'avoir l'impression de partir en vacances virtuellement s'il n'en a pas la possibilité dans la vraie vie de la vérité véritable. Il peut ainsi se rendre sur l'île Kawawii via son Mii ou tout autre avatar pour s'adonner à tout un tas d'activités variées divisées en plusieurs grosses stations dont la montagne ou la plage. Au total, une cinquantaine de mini-jeux sont disponibles, histoire de varier les plaisirs. Ou pas. Car dans les faits, on se rend bien vite compte que l'on ne va pas vraiment s'éclater comme prévu. Même si certaines activités tirent légèrement leur épingle du jeu, la plupart se montrent soit soporifiques, soit trop courtes, soit trop faciles... Soit les trois. Par exemple, le beach-volley. Sympa ça, le beach-volley, non ? Non. Le titre déplace lui-même les personnages, même celui du joueur, qui doit donc uniquement appuyer au bon moment pour faire une passe ou smatcher. Le tout via une lenteur abominable. Bon, et une course de quad, c'est cool ça ? Hein ? A condition d'aimer aller presque toujours tout droit, de ne pas vouloir de sensation de vitesse et de ne pas s'inquiéter de l'I.A. mollassonne, oui pourquoi pas... Alors oui, le tout est fait pour être joué à plusieurs, mais même dans ce cas les dés sont pipés dès le départ. Il suffit de prendre la tête de la course dans les premières secondes pour être à peu près sûr de ne jamais être rattrapé par les autres. On a déjà vu plus passionnant.
 

Voyage au bout de l'ennui

Normalement, à ce stade là, vous devriez déjà savoir qu'il ne faut pas acheter Go Vacation. Mais encore, s'il n'y avait que ça ! Le titre Bandai Namco semble fini à la va-vite sur bien trop d'éléments. Les temps de chargement, par exemple, sont affreusement nombreux, puisqu'ils se lancent dès que l'on rentre ou sort d'une activité. Ils ne sont certes pas bien longs (même si certaines activités durent encore moins longtemps !), mais leur nombre casse bien vite le rythme - déjà mou - de l'ensemble. Niveau rythme, d'ailleurs, le joueur courageux prendra bien vite le pli de se téléporter directement à l'activité suivante, puisque s'y rendre à pieds prend un teeeeeemps affreusemeeeeent looooooooooong ! Le Mii court très lentement et il n'est pas possible de sprinter, tout juste de monter sur un quad ou un jet-ski pour aller plus vite. Et que dire des commandes, franchement mal foutues ? Le titre laisse le choix aux joueurs entre des commandes simples (un seul Joy-Con) ou complètes (deux Joy-Con). Pour le coup, les simples sont VRAIMENT simples, avec la plupart du temps deux boutons, voire trois si on est un peu fou-fou. Avec bien sûr de la reconnaissance de mouvements de temps à autres, comme le surf qui demande de baisser d'un coup sec le Joy-Con pour faire une figure. Quant aux complètes, elles proposent également peu de boutons, et souvent bien mal désignées, comme le bouton Y pour faire avancer un véhicule. L'enfer.
 
Go Vacation

Même la réalisation de Go Vacation semble être partie en vacances. Avec une sortie à l'époque sur Wii, on ne va pas se mentir : c'est assez moche. Les environnements manquent de détails, le design des personnages est assez spécial et les PNJ apparaissent et disparaissent aléatoirement sans raison. On pourrait continuer encore longtemps comme ça, mais il est inutile de s'acharner sur ce pauvre titre qui n'a demandé à personne d'être déterré 7 ans après sa sortie initiale. A la place, évoquons plutôt les à-côtés qui, ironiquement, se montrent légèrement plus intéressants que le cœur du titre, à savoir les mini-jeux. On pense ainsi à la possibilité d'avoir sa propre maison à customiser, à celle d'avoir un animal de compagnie ou de prendre en photo ceux de l'île, aux trésors cachés ça et là à débusquer ou encore à l'arrivée de quelques petites activités par rapport à l'opus Wii. Quelques légers points positifs mais clairement pas de quoi succomber, voire même re-succomber pour ceux qui l'avaient subi à l'époque...

Article rédigé par Shauni Chan , le

On ne va pas y aller par quatre chemins, Go Vacation n'est vraiment pas terrible. Vilain visuellement, mou, bourré de temps de chargement, proposant des activités à la fois soporifiques et peu maniables, il ne parvient malheureusement jamais à faire mouche, que ce soit tout seul ou à plusieurs. Bref, un party game bien vite oubliable, ce qui est dommage pour une console comme la Switch, destinée avant tout au multi.

Points positifs

  • Beaucoup d'activités
  • Plusieurs ambiances à découvrir
  • Quelques nouveautés par rapport à la Wii

Points négatifs

  • Pas bien beau
  • Les commandes de l'enfer
  • Les temps de chargement de l'enfer
  • On s'ennuie quand même pas mal

A propos de l'auteur

Shauni Chan

Shauni Chan

Caution féminine

Détentrice d'un Baccalauréat P (pour ''platformer'') option Sonic the Hedgehog, Shauni Chan a ensuite obtenu avec brio sa licence en Nintendo, spécialisation The Legend of Zelda. Elle est devenue par la suite Docteur ès RPG japonais grâce à sa note maximale lors de l'épreuve Tales of.

Contacter

Commentaires