Test : The World Ends With You - Final Remix

The World Ends With You - Final Remix - Nintendo Switch

Genre : Action-RPG

Date de sortie : 12 octobre 2018

Genre
Action-RPG
Date de sortie
12 octobre 2018 - France
Développé par
Jupiter
Edité par
Square Enix
Disponible sur
Nintendo Switch
Modes de distribution
Boutique
Nintendo eShop

Après l'avoir sorti sur DS en 2008 puis quelques années après sur mobiles, Square Enix ressort une nouvelle fois son RPG un peu atypique The World Ends With You. Pour l'occasion, cette version est rebaptisée Final Remix et propose du contenu supplémentaire, essentiellement sous la forme d'un scénario inédit. L'occasion en tout cas pour tous ceux qui l'avaient loupé à l'époque de se rattraper.

Test effectué à partir d'une version Nintendo Switch

Comme dit juste au-dessus, The World Ends With You est un RPG quelque peu atypique, et ce dans plusieurs domaines. Tout d'abord sur son aspect graphique. Le chara-design est très ciselé, les environnements vivement colorés et le tout fait penser à une sorte de mix entre Jet Set Radio et Kingdom Hearts. Ce mélange fonctionne très bien et, qui plus est, il suffit d'un simple coup d’œil entre les versions 2008 et 2018 pour voir à quel point le boulot de remasterisation a été fait avec amour. Les sprites sont beaucoup plus détaillés, les couleurs sont encore plus fashys et les décors sont un peu plus remplis. Quant à la fluidité, elle n'est jamais prise en défaut. Et on a envie de dire ouf au vu du gameplay de ce RPG, et plus spécifiquement ses combats, qui sont là encore vraiment différents de ce qu'on peut trouver d'ordinaire pour un titre de ce genre. D'ailleurs, précisons d'emblée à ce niveau-là que de la coopération est désormais de la partie, histoire de profiter à deux.

To the end of the world

Neku, le héros, se réveille amnésique en plein centre de Shibuya, quartier branché de Tokyo. Sur l'une de ses mains, un compte à rebours. Dans l'autre, un badge lui permettant de lire dans les pensées des gens. Le temps d'emmagasiner tout ça, le héros fait la rencontre de Shiki, jeune femme lui demandant de passer un pacte avec elle pour s'occuper des ''Noises''. Et ce sont ces Noises qu'il faudra combattre pendant tout le titre. Vous êtes un habitué des RPG ? Oubliez tout ce que vous savez, The World Ends With You opère de manière tout à fait différente. Au fil de l'aventure, Neku récupère toujours plus de badges qui sont en fait des attaques à utiliser soit via l'écran tactile, soit via les Joy-Con : colonne de glace, traînée de feu, coupe horizontale, etc. Chacun possède un gameplay spécifique et, une fois le bon badge équipé – sachant que le héros peut en équiper plusieurs à la fois – il suffit d'effectuer le bon mouvement pour que l'attaque se déclenche. Par exemple, la traînée de feu nécessite de tenir son doigt appuyé sur l'écran puis de le faire glisser. Si ce n'est pas forcément très simple à comprendre à l'écrit, ce gameplay s'emmagasine immédiatement une fois le jeu en main.
 
The World Ends With You - Final Remix

Pourquoi s'équiper de plusieurs badges ? Tout simplement parce qu'une attaque lancée demandera quelques secondes pour se recharger et être lancée de nouveau. Un élément à bien prendre en compte puisque Neku ne peut rien faire sans ces badges, si ce n'est sprinter pour éviter les attaques des Noises. Il peut en revanche compter sur l'aide de Shiki, qui elle aussi possède ses badges. Là encore, il faut que sa jauge soit remplie pour pouvoir ''l'invoquer'' mais, une fois dans l'arène, elle se montre bien utile. Il est même possible de lancer une méga-attaque en sa compagnie. Au bout de plusieurs invocations, le taux de synchronisation atteint les 100%. Une fois le badge de la jeune femme activé, un mini-jeu chronométré se lance alors : plusieurs cartes apparaissent, chacune avec un symbole (rond, étoile, etc). Le joueur doit trouver, plusieurs fois de suite, les symboles demandés. Tant qu'il réussit, cela fait grimper le compteur et, une fois le chrono à zéro, la méga-attaque se lance, sachant qu'elle fera plus de dégâts si le compteur est élevé. Là encore, ce n'est pas aisé à expliquer à l'écrit, mais le joueur comprend immédiatement une fois que ce mini-jeu s'affiche sous ses yeux.
 
The World Ends With You - Final Remix

La musique adoucit les moeurs

Quoi qu'il en soit, ce gameplay, bien qu'assez différent de ce que l'on connaît, fonctionne incroyablement bien. On prend le pli tout de suite ou presque, et l'on prend un certain plaisir à tuer tous ces Noises dans ces affrontements vraiment défoulant (même si parfois un peu fouillis lorsque pas mal d'ennemis se pressent à l'écran). Mais si la prise en main est immédiate, la masterisation est bien plus longue, et il faudra tout de même un peu d'expérience avant de totalement maîtriser tout ça (notamment durant les combats de boss qui demandent des stratégies spéciales), d'enchaîner les attaques de badges de manière optimale, c'est-à-dire en en gardant toujours une activable pendant que les autres se rechargent. En revanche, on a noté quelques petits soucis niveau technique, à savoir au niveau de la reconnaissance parfois aléatoire en version tactile et du pointage pas toujours fin avec les Joy-Con. Rien qui vienne totalement entacher le plaisir de jeu, mais il fallait tout de même le souligner. Par ailleurs, l'utilisation des badges est récompensée puisque, après chaque combat, ces derniers gagnent de l'expérience aussi bien que les deux héros. De quoi les améliorer au bout d'un moment et de les rendre plus efficaces, sauf évidemment si le joueur préfère essayer chaque nouveau badge qu'il lootera (il y en a plusieurs centaines à récupérer dans le titre, mais seulement six emplacements actifs en combat).
 
The World Ends With You - Final Remix

Comme dit précédemment, le premier badge obtenu par Neku lui permet de lire dans les pensées des gens. Un élément important puisqu'il permettra parfois de progresser dans l'histoire en obtenant des indices si jamais le joueur est bloqué. Honnêtement, ça n'arrive pas bien souvent, puisque The World Ends With You reste hyper cloisonné et les embranchements dans les rues de Shibuya ne sont pas vraiment nombreux. Mais, parfois, il est obligatoire de sonder les PNJ, histoire de récupérer des mots-clés. Une fois appris, ces mots-clés seront à appliquer dans les pensées d'un personnage précis afin de faire avancer l'histoire. Par exemple, un ingé son a oublié ce qu'il doit aller acheter ? Il vous suffit de trouver le mot adéquat, par exemple ''micro'', et de lui souffler pour qu'il s'en souvienne et file acheter le fameux micro. Un élément de gameplay vraiment intéressant, même si l'on aurait aimé qu'il soit un peu plus présent. Enfin, c'est encore via ce même premier badge – encore lui – que le joueur pourra voir où sont les Noises, histoire de lancer les affrontements. Là encore, c'est une bonne idée, surtout pour ceux qui en ont un peu marre d'avoir des combats se lançant aléatoirement toutes les dix secondes, venant casser le rythme de l'aventure.
 
The World Ends With You - Final Remix

Un jour sans fin

Là où The World Ends With You est aussi atypique, c'est sur son ambiance globale. Le titre de Square Enix se déroule donc à Shibuya, le quartier branché de la jeunesse tokyoïte. Alors, forcément, cela se ressent, notamment au niveau de l'importance accordée aux vêtements ainsi qu'aux musiques. Neku et Shiki peuvent ainsi acheter tout un tas d'habits différents leur octroyant différents bonus... mais aussi des malus, s'ils choisissent mal leurs fringues. Et les achats sont d'ailleurs souvent récompensés, parfois par des soldes, parfois par des réductions lorsque le joueur est fidèle au même magasin. Certains endroits vendent par ailleurs de la nourriture, permettant notamment de faire monter le taux de synchronisation avec les autres personnages (car Shiki ne sera pas la seule à venir aider Neku dans sa quête). Enfin, la musique est également très importante (les plus anglophones auront compris que les Noises sont en fait des bruits parasites) et la bande-son se montre d'ailleurs à la hauteur, avec différents styles présents même si celui qui revient le plus reste la J-Pop. Pour peu que l'on apprécie le genre, la B.O. de ce titre est un vrai régal.
 
The World Ends With You - Final Remix

On parle, on parle, mais on n'a même pas encore survolé le scénario. Neku, Shiki et tous les autres se retrouvent en fait dans un Shibuya alternatif créé par une mystérieuse association composée de Reapers. Des mecs assez peu sympathiques, puisqu'ils obligent des gens apparemment choisis au hasard à participer à un petit jeu de la mort. Le principe est simple : tous les jours, ils reçoivent sur leur téléphone un objectif plus ou moins énigmatique à atteindre. Une fois la chose lancée, un compte à rebours s'affiche sur leur main et à eux de s'en occuper avant la fin du chrono. Ils n'y parviennent pas ? Alors ils sont effacés, donc éliminés de la surface de la Terre. Évidemment, le jeu ne se montre pas si simple et des barrières plus ou moins difficiles sont souvent de la partie. Il est ainsi parfois nécessaire de tuer un certain nombre de Noises, parfois un type vraiment spécifique de Noises, et ainsi de suite. Les joueurs peuvent heureusement se regrouper pour s'aider, comme ce que font Shiki et Neku en début de partie, même si ce dernier rechigne un peu, le jeune homme n'aimant pas vraiment dépendre d'autrui.
 
The World Ends With You - Final Remix

Final Switch

Assez sympa à suivre, le scénario de The World Ends With You progresse qui plus est presque sous la forme cool d'une bande-dessinée, les dialogues – un peu trop longs et nombreux parfois, mais heureusement tous en français – s'affichant sous forme de bulles. Les différents protagonistes principaux sont par ailleurs globalement assez attachants, même si au premier abord on pourrait les croire superficiels. Cette version Nintendo Switch, baptisée pour rappel Final Remix, propose qui plus est un scénario supplémentaire et inédit, histoire de pousser ceux qui l'ont apprécié à l'époque à ressortir la carte bleue. Nommé A New Day, ce chapitre supplémentaire propose de découvrir quelques petites choses en plus – dont des personnages, mais aussi et surtout de s'attaquer au jeu des Reaper en version hardcore puisqu'il faudra sortir de Shibuya en à peine 24 heures. Autant dire que le challenge est de taille pour tous ceux qui veulent le relever... Ce contenu supplémentaire reste toutefois assez court, mais vient agréablement augmenter une durée de vie qui, en fonction de la manière de jouer de chacun, tournera autour des 15 à 20 heures, assez court pour un RPG tout de même. Néanmoins, vu qu'il est répétitif sur le fond, ça passe tout de même bien.

Article rédigé par Shauni Chan , le

Si vous n'avez jamais joué à The World Ends With You, ce Final Remix est une excellente session de rattrapage. Le gameplay du RPG de Square Enix, à l'époque sorti sur DS, fonctionne extrêmement bien sur Switch et s'adapte aussi bien au tactile qu'aux Joy-Con, malgré quelques soucis d'ordre technique. Les combats sont toujours aussi nerveux et jouissifs, même si un peu fouillis parfois et surtout répétitifs, la remasterisation a été faite avec amour, la bande-son est vraiment sympa et l'ambiance dans laquelle baigne le soft, bien qu'atypique, reste très agréable. Cerise sur le gâteau, on peut jouer en coop' et le tout est traduit en français. Si vous êtes branché fringues, J-Pop, Japon, RPG et gameplay un peu originaux, voilà un titre qui devrait vous occuper quelques heures.

Points positifs

  • Vraiment très joli
  • La B.O. (à condition d'aimer la J-Pop)
  • Les combats à base de badges, une bonne idée
  • L'ambiance Shibuya, peu exploitée dans les jeux
  • Un scénario en plus
  • Entièrement traduit en français

Points négatifs

  • Combats parfois fouillis
  • La maniabilité pas toujours simple, surtout aux Joy-Con
  • Des dialogues de temps à autres trop longs et nombreux
  • Quelques petits soucis au niveau du tactile parfois
  • Un peu court pour un RPG (mais puisqu'il est répétitif sur le fond, ça passe)

A propos de l'auteur

Shauni Chan

Shauni Chan

Caution féminine

Détentrice d'un Baccalauréat P (pour ''platformer'') option Sonic the Hedgehog, Shauni Chan a ensuite obtenu avec brio sa licence en Nintendo, spécialisation The Legend of Zelda. Elle est devenue par la suite Docteur ès RPG japonais grâce à sa note maximale lors de l'épreuve Tales of.

Contacter

Commentaires