Test : Yoshi's Crafted World

Yoshi's Crafted World - Nintendo Switch

Genre : Plate-forme de lézard

Date de sortie : 29 mars 2019

Genre
Plate-forme de lézard
Date de sortie
29 mars 2019 - France
Développé par
Nintendo
Edité par
Nintendo
Disponible sur
Nintendo Switch
Modes de distribution
Boutique
Nintendo eShop
PEGI
 Interdit aux moins de 3 ans

Nintendo continue de tranquillement sortir ses cartouches first-party sur sa Switch, histoire d’attirer toujours plus de joueurs (comme si elle avait besoin de ça, franchement !). Après The Legend of Zelda, Mario et Kirby, et avant Fire Emblem et Pokémon, c’est donc au tour de Yoshi de débarquer sur la console hybride via un certain Yoshi’s Crafted World.

Test effectué à partir d'une version Nintendo Switch

Sur l’île des Yoshis, on vénère une seule et unique chose : un soleil doté de plusieurs gemmes. C’est donc un peu la cata’ lorsque Bowser Jr. et Kamek viennent voler ces joyaux… pour les perdre aussi sec. Sans perdre de temps, les dinosaures envoient donc un émissaire chargé de retrouver et ramener ces gemmes à la maison. Voilà en ce qui concerne le scénario de Yoshi’s Crafted World, et il faudra se contenter de ça. Néanmoins, la série de Nintendo n’a jamais vraiment reposé sur sa narration pour accrocher les joueurs. A la place, elle mise avant tout sur de la plate-forme, quoi que plus accessible que celle d’un Mario, mais aussi sur de la collectionnite. Cet épisode ne déroge donc pas à la règle en proposant une histoire secondaire, même si quelques petits gags par-ci par-là pourraient sans doute plaire aux petits, qui est clairement le cœur de cible de cet épisode au vu de sa difficulté minimale (sauf peut-être sur les derniers niveaux) et de son aspect tout mignon.

Des dinos et des gemmes

Sur le fond, ce Yoshi’s Crafted World n’étonne pas vraiment, avec des éléments bien connus des fans de la série. Le dinosaure doit donc toujours, afin de compléter un niveau à 100%, ramasser toutes les fleurs, avoir au minimum 100 pièces d’or, avoir sa barre de vie au maximum et 20 pièces rouges. Autant d’éléments qui nécessitent une visite en profondeur de chaque level au lieu de rusher jusqu’à la ligne d’arrivée. Et le compteur de fleurs est assez important puisque chaque nouveau monde en nécessite un certain nombre pour être débloqué. Alors, on ne va pas se mentir, si l’on fait un peu attention durant notre progression on n’aura jamais besoin de refaire de vieux niveaux pour dénicher de nouvelles fleurs. Mais si jamais le besoin se fait ressentir, il est toujours possible d’en grappiller quelques unes en rejouant les niveaux ‘’à l’envers’’. Dans cet envers du décor, Yoshi doit trouver tous les Tipoochys et les ramener – avec un petit bonus s’il ne dépasse pas le chrono imposé. Une idée plutôt sympa puisqu’elle permet de découvrir chaque level sous un angle différent.

Yoshi's Crafted World

L’autre idée intéressante proposée ici par Nintendo est la présence des niveaux Défi, qui en proposent tous un différent. Se transformer en une sorte de mecha géant et exploser le plus de blocs possible, éliminer toutes les taupes que l’on voit ou encore passer à travers le plus d’anneaux : autant de défis proposés ici au joueur. Évidemment, plus le compteur est élevé à la fin et plus le joueur remportera de fleurs. De quoi varier un peu les plaisirs, ce Yoshi’s Crafted World proposant en dehors de ça un level design hélas assez basique. En dehors de quelques fulgurances, le joueur habitué ne sera jamais vraiment étonné durant sa progression. Ce qui est d’ailleurs aussi vrai en ce qui concerne les combats de boss, tous extrêmement simples. Les développeurs ont même repris certaines idées de Yoshi’s Woolly World, c’est dire ! Un level design assez simple donc, voire simpliste, mais qui a de grandes chances de plaire aux plus jeunes, moins expérimentés que les adultes.

Yoshi's Crafted World

Oeufs brouillés

Dans cette optique, il est aussi possible de jouer en coop’ histoire d’aider les plus jeunes. Deux Yoshis peuvent ainsi parcourir l’aventure… en se gênant toujours mutuellement. Contrairement à d’autres jeux, les développeurs ont décidé ici de ne pas permettre à chacun de passer ‘’à travers’’ l’autre. Si cela peut être utile lors de certains passages, c’est plus agaçant qu’autre chose la plupart du temps : si l’on saute à proximité de l’autre on va automatiquement lui atterrir dessus, avaler par erreur l’autre Yoshi lui fait perdre tous ses œufs, il n’est pas rare de lancer un projectile sur l’autre alors que l’on voulait l’envoyer ailleurs, et ainsi de suite. Pour le coup, on conseillera donc de jouer essentiellement en solo, l’aventure se montrant bien plus agréable. Les moins skillés pourront toujours se tourner vers le fameux mode Relax afin de passer plus facilement les niveaux même si, comme dit précédemment, la difficulté de ce Yoshi’s Crafted World frôle le néant absolu. Nous n’avons par exemple pas perdu une seule vie durant notre test et n’avons jamais rencontré le moindre souci de bout en bout. La véritable difficulté viendrait plutôt de l’envie de finir tous les niveaux à 100%, d’avoir tous les costumes (à débloquer dans des machines contre des pièces d’or) ou encore d’accéder aux requêtes des PNJ.

Yoshi's Crafted World

Lorsque l’on ouvre un nouveau monde, composé de différents niveaux, on fait en effet la rencontre d’un personnage. Une fois tous les niveaux de son monde terminés, ce dernier demandera d’y retourner afin de retrouver un ou plusieurs objets bien précis. Une recherche qui demande un peu plus d’attention de la part du joueur, qui devra alors faire un peu plus gaffe, notamment aux arrières-plans. C’est d’ailleurs l’une des jolies réussites de Yoshi’s Crafted World : son aspect visuel. Les mondes visités sont tous plus mignons les uns que les autres, les différents plans regorgent de détails (et aussi parfois de surprises) et les environnements sont souvent évolutifs, avec des décors faits de carton et de papier qui se plient, se déplient, se transforment en autre chose. Bref, de ce côté-là, Nintendo ne déçoit pas, même si l’on peut constater un certain aliasing lorsque l’on y regarde de plus près. Quant à la B.O., elle n’étonne guère avec toujours les mêmes bruitages mignons et des pistes plus ou moins semblables tournant un peu en rond.

Article rédigé par Shauni Chan , le

S’il n’étonnera jamais le fan de jeux de plates-formes, surtout made in Nintendo, que sa difficulté frôle le zéro absolu et que son mode coop’ est plus agaçant qu’amusant, Yoshi’s Crafted World reste tout de même plutôt séduisant. Son aspect visuel est toujours aussi mignon, avec des décors sur plusieurs plans et évolutifs, et sa progression reste plaisante, même si l’on aurait aimé un peu plus de challenge. Pour en avoir, il faudra se tourner vers tous les éléments à récupérer dans chaque niveau pour réaliser le 100%, ce qui permet aussi de faire grimper une durée de vie en dehors de ça un peu faiblarde.

Points positifs

  • Visuellement très joli
  • Quelques idées de gameplay intéressantes
  • Des environnements évolutifs et plein de détails
  • Pas mal de choses à rechercher dans les niveaux

Points négatifs

  • Beaucoup trop facile
  • Level design vraiment basique
  • On aurait aimé un peu plus de musiques différentes
  • La coop’ où les deux Yoshis se gênent mutuellement...

A propos de l'auteur

Shauni Chan

Shauni Chan

Caution féminine

Détentrice d'un Baccalauréat P (pour ''platformer'') option Sonic the Hedgehog, Shauni Chan a ensuite obtenu avec brio sa licence en Nintendo, spécialisation The Legend of Zelda. Elle est devenue par la suite Docteur ès RPG japonais grâce à sa note maximale lors de l'épreuve Tales of.

Contacter

Commentaires