Test : Empire of Sin - Nintendo Switch

Empire of Sin - Nintendo Switch

Empire of Sin - Nintendo Switch

Genre : Prohibition Simulator

Partager
J’ai deux passions dans la vie : l’alcool et les putes. Et quand un jeu me propose de m’y adonner, il m’est difficile de refuser l’invitation. Aujourd’hui, c’est Paradox Interactive qui tape dans le mille avec Empire of Sin. La question est maintenant de savoir si le titre se montre à la hauteur de la promesse de base.

Test effectué à partir d'une version PC


Empire of Sin

Empire of Sin nous plonge de le Chicago des années 20, en pleine période de prohibition. Il nous laisse le choix d’incarner un boss parmi la dizaine de disponibles. Chacun d’entre eux a une capacité de combat et des bonus spécifiques, mais c’est surtout la variété de leurs profils et leurs gueules qui nous a séduit. Irlandais, chinois, mexicains, français, italiens : la mixité culturelle est là, même si la star du show reste Al Capone, le mythique chef de gang de cette période. Le titre débute alors que vous arrivez en ville, avec un long dialogue avec votre chauffeur de taxi. Si certains trouveront cette séquence un peu longue, elle a le mérite de poser efficacement l’ambiance, l’un des principaux atouts du jeu.


Chicago, ton univers impitoyable

N’allez pas croire que vous êtes le premier à vous lancer dans la contrebande d’alcool et la prostitution à Chicago. La ville compte déjà son lot d’entrepreneurs et d’hommes d'affaires peu scrupuleux, et ils ne verront pas forcément votre arrivée d’un très bon œil. Il faudra donc vous imposer dans chaque quartier, les uns après les autres. La ville se divise en effet en plusieurs quartiers, qui constituent autant de maps dans lesquelles vous pouvez vous rendre en prenant un taxi. La construction de votre empire débute par l’ouverture de bars, ainsi que de brasseries pour alimenter ces derniers. Si le jeu vous permet aussi d’ouvrir des casinos et des maisons closes, c’est bel et bien la vente d’alcool qui vous rapportera le plus d’argent. Mais avant d’ouvrir le moindre “commerce”, il faut trouver un local. Et plusieurs solutions s’offrent à vous. La voie légale, tout d’abord, vous permet d’acheter des bâtiments. Ceci dit, en bon gros radin, nous avons privilégié une méthode plus économique, en délogeant les occupants de certains bâtiments, qu’il s’agisse de squatteurs ou de concurrents.

Empire of Sin

Un homme d’affaire avant tout

Empire of Sin ne se limite pas à une succession de combats. En fait, l’essentiel du jeu consiste à gérer votre empire, qu’il s’agisse de vos établissements, que vous pouvez améliorer, ou de vos relations avec les autres gangs. Si bien que tout un pan du gameplay du titre s’apparente à un 4X, comme Civilization, par exemple. L’aspect diplomatique est bien développé : vous pouvez négocier des accords commerciaux, vous accordant de petites réductions de coûts sur les améliorations de vos bâtiments, des pactes de non-agression ou de défense, etc. Sans être une référence du genre, l’aspect diplomatie du titre offre un éventail de possibilités intéressant, et surtout suffisant. En effet, nous ne nous sommes aucunement senti limités par cet aspect.

Notons tout de même un petit plus sympathique : la mise en scène de réunions avec les autres chefs de gangs. A certains moments, selon vos actions, les chefs de gangs demanderont à vous voir, et libre à vous d’accepter ou non. Ces petites réunions donnent lieu à des cut-scènes prenant la forme de dialogues interactifs. L’effort de mise en scène est bienvenu, malheureusement on se rend vite compte que, suivant le contexte de la réunion, ce sont toujours les mêmes réponses qui vous sont proposées, ce qui limite vite leur intérêt.

Empire of Sin

“Tu prends l’argent ou le plomb ?”

Quand vous laissez plusieurs gangs s’épanouir dans une ville, il y a forcément un moment où ça coince. Et Chicago ne fait pas exception à la règle. Lorsque l’entente n’est plus possible, il est temps d’imposer sa vision par les armes. Les combats se déroulent au tour par tour, mettant l’accent sur la stratégie, un peu à la manière d’un XCOM. Et, comme dans le titre Firaxis, une bonne utilisation de la vigilance vous mettra à l’abri du danger, la plupart du temps. Le système de combat est classique, mais cette recette, éprouvée, a déjà montré son efficacité à de multiples reprises. Et cela ne change pas ici : les fans du genre ne seront pas dépaysés, mais les combats sont efficaces. Nous déplorons néanmoins quelques petits bugs et comportements étranges. Le plus gênant est, sans aucun doute possible, les déplacements aléatoires de vos unités lorsque vous lancez une attaque au corps à corps, car cela rend impossible d’anticiper la position de votre équipier à l’issue de l’action.

Empire of Sin

Bienvenue dans la famille

Chaque membre de votre équipe a ses propres armes et capacités. Il tiendra donc à vous de recruter une équipe qui sied à votre style de jeu et vos besoins. Mais ne comptez pas avoir le choix parmi toute une ribambelle de soldats anonymes pour trouver votre bonheur. Ici, vous avez un nombre fini d’hommes (et femmes) de main disponibles, chacun ayant un background et une personnalité propre, et il faudra remplir certains critères pour pouvoir les recruter. Concrètement, il vous faudra avoir une notoriété suffisamment élevée et le portefeuille assez rempli pour payer leur avance. Une fois dans votre équipe, les gangsters ont la possibilité d’apprendre de nouvelles capacités, mais contrairement à ce qui est devenu la norme aujourd’hui, l’évolution des personnages ne repose pas sur un système d’expérience et de points de compétence. Ici, c’est le temps qui permet à votre équipe d’évoluer, ce qui rend le farm impossible.

 
Les membres de votre gang vous donneront une mission. L’occasion pour vous d’en apprendre plus sur eux tout en vous assurant de leur loyauté. Et si vous décidez de ne pas les aider, ils risquent de quitter votre groupe. Sachez aussi que les différents gangsters que vous recrutez se connaissent entre eux. Ils ont donc des relations d'amitié, d’amour ou de haine déjà existantes avec d’autres candidats au recrutement. C’est un facteur à prendre en compte pour éviter les mauvaises surprises. Cette caractérisation des membres de votre équipe leur donne un côté réellement attachant. Ce qui, combiné à la mort permanente, ajoute une réelle tension aux combats. Et la perte d’un membre de l’équipe nous touche, au-delà du simple gameplay.

Empire of Sin

Je me taperais bien une pute, là

Si le gameplay de Empire of Sin est riche, sa principale force reste son ambiance délicieusement rétro. La bande-son, et la direction artistique de façon générale, nous plonge dans les années 20. Et c’est un véritable bonheur, tant cette époque est rare dans le jeu vidéo. L’exemple le plus probant reste sans doute les maisons closes, lieux mythiques de cette époque révolue que nous ne connaissons qu’au travers d'œuvres cinématographiques et télévisuelles. Et force est de constater que le titre restitue parfaitement les lieux, en tout cas tels qu’ils sont représentés dans l’imaginaire collectif. Malheureusement, il est impossible de se taper les putes.

Empire of Sin

Sale histoire

Si, plus haut, nous comparions le titre à Civilization et XCOM, il serait injuste de le limiter à cela. Car avec son architecture en monde ouvert, le dernier né de Paradox propose un système de quêtes similaire à ce que l’on peut voir dans des jeux de rôles classiques, avec une vraie trame narrative variant en fonction de vos choix. Suivant que vous décidiez de suivre une personne plutôt qu’une autre, vous débloquerez tout un pan de scénario tout en occultant une autre version de l’histoire, ce qui offre une bonne rejouabilité au titre. Il y a différents types d’objectifs et on n'échappe évidemment pas aux quêtes FedEx, même si la plupart des missions sont intéressantes. Et puis, si vous ne voulez pas les faire, libre à vous de les ignorer.

Nous avons tout de même pu noter quelques défauts sur cet aspect du jeu, en terme de lisibilité principalement. En effet, certaines missions timées sont mal (ou pas) indiquées comme telles. Ainsi, un membre de notre équipe a quitté le groupe car nous n’avons pas fait la mission qu’il nous avait confiée dans les temps alors que rien n’indiquait que nous avions un temps limité pour la faire. Et ce n’est qu’un exemple, car des missions sont régulièrement ratées de cette manière.

Empire of Sin

Empire of Sin fait un boulot remarquable pour restituer l’ambiance des années 20, et il y parvient de bien belle manière. C’est avec énormément de plaisir que l’on se plonge dans cette époque : les personnages sont bien campés et l’histoire proposée se laisse suivre agréablement. En plus de cela, le gameplay est riche, varié et profond, et seuls quelques petits bugs et problèmes d’interface viennent ternir le tableau. Mais pour être tout à fait honnête avec vous, nous sommes aisément passés au-dessus de ça pour apprécier les qualités du titre... Et elles sont nombreuses. Il est vrai qu’Empire of Sin n’invente rien, mais ce qu’il fait, il le fait bien. Et c’est bien cela le plus important.
01 décembre 2020 à 12h44

Par

Points positifs

  • L'ambiance, très réussie
  • Un gameplay riche et varié
  • Visuellement agréable
  • Le système de combat, éprouvé mais efficace
  • Le système de quêtes et la scénarisation, classiques mais bienvenus
  • Les gangsters et le système de relations, bien vu

Points négatifs

  • N'invente pas grand-chose au final
  • Pas mal de bugs quand même
  • Manque de lisibilité sur certains aspects
  • La répétitivité de certaines cut-scenes
  • On ne peut pas baiser les putes

Gribouillé par...

pattoune

pattoune

Ours savant

Davantage ours que savant, ce con n'a pas compris que l'hibernation c'est en hiver. Résultat, il reste cloitré dans sa grotte à longueur d'année. Ce qui arrange bien du monde. Mais ce n'est pas un mauvais bougre. Il est même plutôt drôle à l'occasion. C'est souvent à ses dépens mais chut, il faut pas le dire. Ayant été récemment rattrapé par l'eau courante et l'électricité, il est désormais en mesure, après avoir difficilement assimilé les bases de l'hygiène corporelle, de nous livrer tests, news et autres contenus enchanteurs. Il nous reste plus qu'a espérer qu'il ne lui vienne pas l'idée de faire prendre un bain à son PC... Trop tard.
Revenir en haut