Test : L'aventure Layton : Katrielle et la Conspiration des Millionnaires

L'aventure Layton : Katrielle et la Conspiration des Millionnaires - Nintendo Switch

Genre : Enigmes

Date de sortie : 08 novembre 2019

Quel twist ! Quel virage à 360 degrés mes amis ! Après un nombre conséquent d’épisodes du fameux jeu à énigmes mettant en scène le grand Professeur Layton, voilà qu’il disparaît pour laisser la place à sa fille, Katrielle, qui a d’abord pris la température sur 3DS avant d’être portée sur Nintendo Switch dans L’Aventure Layton : Katrielle et la Conspiration des Millionnaires. Du coup, quid de cette version « améliorée » ?

Test effectué à partir d'une version Nintendo Switch

Dans la famille Layton, après le père, Hershel, voici la fille, Katrielle. Comme le professeur, c'est une férue d'énigmes et elle a même décidé d'ouvrir sa propre agence de détectives en plein cœur de Londres afin de résoudre le plus de mystères possible. Elle dispose même de son assistant, que l'on peut aisément couronner roi de la friendzone, ainsi que d'un compagnon canin ayant la capacité de parler mais frappé d'amnésie. Et qui dit détective privé dit affaires à résoudre, et le scénario de ce nouvel épisode s'articule entièrement autour de ce système. C'est d'ailleurs là le premier point faible de cette aventure, à savoir son côté ''épisodique''. Si l'on n'a rien contre ce système, qui colle d'ailleurs bien aux supports mobiles, on regrette qu'il n'y ait pas de vrai fil rouge venant faire le lien entre toutes ces affaires, si ce n'est que la plupart mettent en scène un millionnaire différent. Résultat, on se retrouve devant une histoire décousue et assez peu intéressante, qui est heureusement portée par des personnages hauts en couleurs. On apprécie d'ailleurs tout particulièrement les échanges entre les deux compagnons de Katrielle, délicieusement idiots (les échanges, pas les compagnons). En ce qui concerne la demoiselle, en revanche, c'est... un peu plus compliqué. Le personnage de Katrielle n'a pas vraiment de profondeur et elle est surtout présentée comme un ogre sur pattes, lunatique et appréciant tout particulièrement faire la sourde oreille.

Layton Holmes

On ne va pas se mentir : cette héroïne est relativement agaçante, voire désagréable. Pire, les développeurs ont voulu faire d'elle une femme forte et indépendante, mais le tout est tellement maladroit qu'elle est surtout condescendante. Dommage. C'est d'autant plus dommage que cette Aventure Layton se montre très bavarde, comme les autres épisodes de la série d'ailleurs. Si l'on ne tombe certes pas dans le total visual novel, il y a tout de même pas mal de dialogues, que ce soit avec des personnages secondaires ou principaux. Le tout permet de progresser dans les affaires et de débloquer des indices menant à la résolution – plus ou moins loufoque - de ces dernières. Ainsi, chaque dossier touche a sa fin lorsque Katrielle a trouvé suffisamment d'indices pouvant aider sa réflexion. Ne vous attendez toutefois pas à quelque chose de similaire à un Ace Attorney, tout se fait ici de manière totalement automatique. Pas de preuves à fournir ni de questions à répondre, le joueur n'est que spectateur de la résolution de ces affaires. Là encore, c'est dommage : pourquoi mettre en scène l'obtention d'indices si le titre fait tout par lui-même ? Bref, là encore, il y a de la déception. Mais qu'à cela ne tienne : un Professeur Layton, c'est avant tout un jeu proposant des énigmes. Alors en avant pour les énigmes !

L'aventure Layton : Katrielle et la Conspiration des Millionnaires

Effectivement, les puzzles et autres casse-têtes représentent encore une fois le cœur du jeu. Certaines sont nécessaires à la progression du scénario, d'autres sont données par des personnages secondaires, d'autres encore sont à trouver dans les décors, tout comme les pièces S.O.S. (permettant de débloquer jusqu'à quatre indices par énigme) – ces dernières se cachant d'ailleurs toujours dans les mêmes endroits. Plusieurs sortes d'énigmes sont ainsi proposées (et la plupart sont facultatives), misant par exemple sur la logique ou le calcul. De ce côté-là, le constat est aussi, hélas, mitigé. Certains types reviennent ainsi plusieurs fois, d'autres souffrent d'un énoncé par toujours très clair (Problèmes de traduction ? Le mystère reste entier), d'autres encore demandent de réfléchir en dehors du cadre classique. Un dernier élément qui n'est certes pas gênant en soi, mais qui est mal exécuté ici, la faute au fait que lorsque plusieurs réponses sont possibles, une seule est acceptée. Difficile de rentrer dans les détails ici pour des raisons évidentes de sales spoils, mais sachez qu'il vous faudra souvent ne pas vraiment faire confiance à l'énoncé. Résultat, on tente des réponses, on perd des Picarat (qui ont une incidence sur la fin des événements), on utilise des pièces S.O.S... Pour finalement se rendre compte que la résolution de l'énigme n'était pas forcément en rapport avec l'énoncé. Frustrant au possible.

L'aventure Layton : Katrielle et la Conspiration des Millionnaires

Retour en Laytonie

Avec le nombre d'énigmes disponible dans cette Aventure Layton, il y a de quoi faire pendant un bon paquet d'heures, d'autant plus qu'elles sont toutes rejouables dans le menu – à l'exception de celles abandonnées qui nécessitent de retourner sur les lieux de leur découverte. Au fur et à mesure de la progression, divers mini-jeux plus ou moins intéressants se débloquent même, histoire de rajouter encore un peu de contenu varié. L'un demande de créer un Menu Parfait (entrée, soupe, plat, dessert) pour divers personnages, l'autre propose de placer correctement des objets dans un magasin afin d'en vendre le plus possible et enfin un dernier met le chien dans une sorte de labyrinthe, le joueur devant l'amener d'un point A à un point B via le moins de coups possible. Des petits à-côtés plutôt sympathiques et misant eux aussi sur la réflexion, même si les nouveaux niveaux ne se débloquent pas assez rapidement. Toujours concernant le contenu annexe, il est possible de modifier l'ameublement de l'agence de détective histoire d'améliorer son feng shui, ou encore de changer les vêtements de Katrielle (ce qui débloque de nouvelles énigmes), mais seulement en échange d'éléments bien spécifiques. Bref, de petites choses certes annexes, mais plutôt agréables à découvrir.

L'aventure Layton : Katrielle et la Conspiration des Millionnaires

L'Aventure Layton : Katrielle et la Conspiration des Millionnaires reprend la même réalisation que n'importe quel épisode du Professeur Layton. On retrouve ainsi de jolis décors en 2D très colorés ainsi que des personnages en 3D aux particularités physiques souvent... spéciales. Un rendu graphique à la direction artistique plus qu'agréable, qui profite par ailleurs parfois de cinématiques très réussies. Les musiques restent en retrait, mais c'est plutôt une bonne chose pour ne pas trop déconcentrer les petites cellules grises carburant sur les nombreuses énigmes du titre. Les doublages (en français, tout comme les sous-titres) sont en revanche en dents de scie, avec des acteurs plus ou moins convaincants et surjouant plus ou moins, mais l'on apprécie par contre les jeux de mots effectués sur leurs noms, bien trouvés. Bref, là encore, comme pour les énigmes, comme pour les dialogues, comme pour les affaires : on ressent un certain trou dans les finitions. Ce qui ne serait pas catastrophique pour une nouvelle licence mais voilà, il y a déjà toute une flopée d'épisodes sortis sur DS et 3DS, ce qui rend ces soucis un peu incompréhensibles.

Une version Switch pas forcément indispensable

Après quelques heures, bien tassées, passées dans ce nouveau Layton, on peut dire qu’aucune grosse nouveauté ne permet de renouveler le gameplay ou de donner un peu plus de profondeur aux enquêtes. Il s’agit là d’un portage qui met en avant les améliorations esthétiques et le lissage graphique généré par la puissance accrue de la Switch, mais ni l’itinérance de la console, ni son utilisation au stylet ne lui donneront un vrai avantage vis-à-vis de la 3DS qui le faisait déjà. Tout ce qu’on peut dire, c’est qu’il est toujours agréable (et préférable) de jouer en mode portable afin de profiter de ces différents outils. En effet, la recherche d’indices et la navigation deviennent vite lourdingues en mode « docké », et on se contentera d’agiter le stick à travers l’écran jusqu’à mettre le doigt sur les différents points d’intérêt.

En sus d’un affinage graphique, cette version Switch est accompagnée de quelques ajouts permettant de légèrement densifier l’expérience globale offerte par le jeu. Vous pourrez participer aux annexes, offrant quelques mini-jeux sympathiques à faire entre deux stations de métro. Sinon, cette version dilue son nouveau contenu un peu partout dans la cartouche avec de nouveaux objets à collecter (comme de nouvelles tenues et de nouveaux meubles pour votre agence de détective) ainsi la possibilité de vous atteler aux défis quotidiens. On notera également l’arrivée d’énigmes inédites dont certaines ne s’affranchissent pas des problèmes d’énoncés mentionnés plus tôt dans le test.

Article rédigé par Lorris , le

Au final, cette version Switch de L’Aventure Layton : Katrielle et la Conspiration des Millionnaires pourra séduire les amateurs de la saga qui n’avaient pas eu l’occasion de s’y atteler sur 3DS. Pour les autres, elle reste une version bien trop avare en termes de contenus supplémentaires et, il faut le dire, il s'agit d'un épisode estampillé « Layton » moins réussi que les opus précédents. On saluera toutefois la direction artistique du titre, toujours très mignonne, ainsi que la densité du jeu de base (même si certaines énigmes sont très tirées par les cheveux et que le titre reste très bavard, des fois pour ne rien dire).

Points positifs

  • Des énigmes supplémentaires
  • Lissage graphique plaisant
  • L’itinérance de la Switch toujours bienvenue
  • Des énigmes agréables
  • Direction artistique toujours aussi mignonne
  • Des mini-jeux plutôt sympas
  • Bonne durée de vie
  • Quelques personnages hauts en couleur

Points négatifs

  • Les énoncés des énigmes toujours bizarres
  • Le mode « dock » pas super pratique
  • Pourquoi mettre un système d'indices si le jeu résout lui-même les affaires ?
  • Katrielle, une héroïne désagréable
  • Pas de réelle histoire fil rouge

A propos de l'auteur

Lorris

Lorris

Fin limier du mot

Jean-Claude Van Damme au corps, Jean-Claude Dusse dans la tête. C'est parfois l'inverse.

Contacter

Commentaires