Dungeon of the Endless

Dungeon of the Endless - Nintendo Switch
Switch
Partager
Couronné de succès sur PC, Dungeon of the Endless s'offre une nouvelle jeunesse avec une arrivée sur les Switch et PS4.

Test effectué à partir d'une version Nintendo Switch

Développé par Amplitudes Studio et sorti sur PC en 2014, Dungeon of the Endless est un mélange de dungeon crawler et de tower defense saupoudré de rogue-like dans lequel les joueurs incarnent une équipe rescapée du crash de leur vaisseau spatial. Ils doivent protéger leur générateur et le transporter jusqu’à la surface en combattant des vagues de monstres pour atteindre la sortie. Le jeu est attendu le 15 mai 2020, notamment sur la Switch, et c’est d’ailleurs cette version qui a été testée par votre serviteur.

Attention chérie, ça va couper !

La vie, c’est un peu comme une boîte de chocolat : on ne se sait jamais sur quelle engeance des confins de l’univers on va tomber. Après le crash de leur capsule de sauvetage dans les profondeurs de la planète Auriga, les rescapés s’extirpent de la carcasse de métal qui leur sert de refuge et se mettent en quête de devoir transporter le cristal d’énergie du vaisseau jusqu’à la surface, douze étages plus haut. Chaque étage est un labyrinthe obscur qu’il vous faudra explorer afin de trouver l’ascenseur qui vous mènera au niveau supérieur.

Dungeon of the Endless
« Dis Jean-Louis, tiens je n’avais jamais vu cette loupiote clignoter rouge, t’as bien pensé à resserrer le krrrrrrrr… ? »

Ouvre-moi la porte, toi qui as la clef

Sortir de la capsule nécessite d’ouvrir une porte, et ouvrir une porte c’est l’inconnu, et l’inconnu on ne sait pas ce que c’est, du coup on ouvre ou pas ? Oui, mais… chaque ouverture de porte équivaut à passer un tour et contribue aussi à vous rapprocher de l’ultime but de chaque niveau : trouver la sortie, y ramener le cristal. Chaque tour vous permet d’accumuler des ressources qui vous serviront à améliorer vos personnages et votre système de défense des pièces que vous traverserez. Chaque pièce renferme potentiellement des êtres, objets ou événements qui vous sont de prime abord inconnus : essaims de monstres, emplacements pour y construire des défenses ou encore des caches d’équipements. Par-dessus tout, vous pourrez récupérer de la ‘Brume’ qui vous permettra d’amplifier l’alimentation de votre cristal.

Dungeon of the Endless

La beauté de Dungeon of the Endless réside dans l’intrication subtile, mais néanmoins brutale, des différentes mécaniques de jeu. En tant que dungeon crawler/rogue-like, c’est un donjon généré procéduralement duquel il faut trouver la sortie en se déplaçant de pièce en pièce et où la mort vous attend à chaque recoin. Il faut cependant pouvoir maintenir l’alimentation de ces pièces pour éviter qu'elles ne génèrent des monstres. Ces mêmes salles alimentées en énergie peuvent alors accueillir vos tours de défense et de soutien pour votre équipe, à la manière d’un tower defense. Vous serez évidemment limité en énergie, malgré votre récolte de Brume, ce qui vous demandera une approche circonspecte de la gestion des risques. Inévitablement, vous serez poussé au combat et vers la sortie, plus ou moins vite... Chaque aspect du jeu vous demandera de la pratique et une approche stratégique, la moindre erreur pourra déclencher l’apocalypse sur votre équipe.

Enrico Macias
Malheureusement Enrico, "lui-qui-ouvre-la-porte" n’est pas un personnage jouable


Après une franche réussite sur PC et avoir taillé sa réputation parmi les spatio-nerds adeptes du rogue-like hybride, Dungeon of the Endless valide complètement son portage sur Switch, simple et efficace, agréable à jouer en mode portable comme en docké. Sur le fond, les sensations offertes par cette version sont toujours aussi bonnes : vous allez rager, vous allez pester, vous allez mourir et vous allez aimer.
14 mai 2020 à 14h09

Par

Points positifs

  • Le principe de jeu est simple et les mécaniques diaboliques
  • Portage très réussi sur Switch
  • Musique et ambiance prenantes
  • Plein de personnages
  • Grande rejouabilité

Points négatifs

  • Mieux vaut tard que jamais sur Switch
  • La chance semble jouer un rôle prépondérant
  • Histoire peu développée
Revenir en haut