Test : Aokana : Four Rhythms Across the Blue - Nintendo Switch

Aokana : Four Rhythms Across the Blue - Nintendo Switch
Partager
Déjà bien pourvue en visual novel, il faut dire que son format nomade se prête particulièrement bien au genre, la petite Nintendo Switch en accueille désormais un nouveau : Aokana : Four Rhythms Across the Blue. Déjà disponible sur PC (ainsi que sur PS Vita au Japon), ce titre sortira un peu plus tard cette année sur PlayStation 4, mais nous n'allons pas attendre aussi longtemps pour vous en parler.

Test effectué à partir d'une version Nintendo Switch

Dans le monde d'Aokana : Four Rhythms Across the Blue (que nous allons dès à présent appeler simplement Aokana pour des raisons évidentes de flemme absolue), les scientifiques ont fait une découverte incroyable : utiliser la gravité pour faire voler les gens. Grâce aux Grav Shoes, tout un chacun est en effet désormais capable de voler comme bon lui semble, le tout en toute sécurité. Forcément, il n'aura pas fallu attendre longtemps pour qu'un sport tournant autour de cette invention voie le jour. Baptisé Flying Circus, il se base sur un système de points à marquer en touchant le dos de son adversaire et / ou en se déplaçant d'une bouée à l'autre, les bouées volantes venant délimiter le terrain de jeu.
 

Fly me to the Moon

Vous l'aurez sans doute déjà compris, Aokana est avant tout un visual novel traitant de sport, et donc plus précisément du Flying Circus. De ce côté-là, il n'y a franchement rien à redire, l'auteur ayant apporté un soin tout particulier à la description de ce sport afin de le rendre crédible, détaillant les règles ou encore les différentes tactiques à utiliser pour remporter la partie. L'utilisation des Grav Shoes en dehors du Flying Circus répondent également à certaines règles, notamment pour éviter les accidents aériens, et tout cela combiné rend l'univers d'Aokana profond et cohérent, en plus d'être réellement intéressant à découvrir. Un bon point donc, et une bonne base de départ.
 
Aokana : Four Rhythms Across the Blue

Car, bien entendu, le titre de Sprite ne s'arrête pas en si bon chemin et propose aussi un aspect romantique, comme on peut rapidement s'en douter au vu de la jaquette du titre. Le joueur incarne un certain Masaya – hélas seul personnage à ne pas avoir eu droit au doublage -, lycéen ayant décidé de tourner le dos au Flying Circus pour une raison inconnue. Mais il ne va pas avoir le choix et se replonger dedans puisqu'il va devenir le coach du club de son lycée afin d'aider ses amies à jouer correctement. Ces fameuses jeunes femmes sont au nombre de quatre, ce qui représente quatre routes à suivre et donc quatre histoires d'amour différentes en fonction de qui on a envie de dragouiller.
 
Aokana : Four Rhythms Across the Blue

Bikini Sports Ponchin

Si tout l'univers d'Aokana se montre rafraîchissant, les histoires proposées ici sont quant à elles plutôt classiques pour le genre, voire même pour n'importe quel manga et / ou anime. On retrouve ainsi le héros torturé par son passé, la jeune demoiselle timide et naïve, l'amie un peu trop honnête (et constamment affamée), et ainsi de suite. Évidemment, on n'échappe pas non plus au traditionnel fan service, à base de boobs un peu trop proéminents, de petites culottes par-ci par-là  (pantsu !) ou encore de positions suggestives. Un fait impossible à ignorer puisque le jeu indique dès son lancement que tous les personnages ont 18 ans minimum, ce qui ne laisse donc pas franchement de place au doute quant aux artworks auxquels ont aura droit durant la partie.
 
Aokana : Four Rhythms Across the Blue

Que l'on apprécie ou non cet aspect, force est de constater qu'Aokana se laisse vraiment suivre avec plaisir. Les histoires, bien qu'assez clichées, sont relativement bien écrites et les personnages principaux se montrent suffisamment attachants pour que l'on ait envie d'en apprendre plus sur eux. Bien entendu, il faut parler anglais pour suivre ce visual novel, aucune traduction française n'étant de la partie, comme bien souvent pour le genre. Précisons par ailleurs qu'il s'agit là d'un visual novel pur et dur, avec donc très peu d'interactions, alors attendez-vous à des kilomètres de dialogues à lire sans avoir rien à faire d'autre, même si quelques choix sont aussi de la partie pour orienter le joueur vers telle ou telle route.
 
Aokana : Four Rhythms Across the blue

Jet girls

Niveau réalisation, Aokana est clairement dans le haut du panier. Nous ne sommes certes pas au niveau d'un World End Syndrome, mais les artworks sont malgré tout très jolis, les personnages tous très mignons et les cinématiques réussies. D'ailleurs, rajoutons à ce sujet que ce titre est découpé en épisodes, un peu à la manière d'un anime (ce qui n'est pas très étonnant quand on sait qu'Aokana est aussi un anime) : à la fin de chaque épisode, on a un petit teaser du prochain, et au début de chaque épisode on a droit à une petite cinématique ainsi qu'à un titre. Il n'y a rien non plus à redire sur le doublage japonais ou sur la bande-son, qui se montre variée et plutôt réussie.
Si l'on peut regretter un côté très cliché et du fan service qui ne plaira pas à ceux qui préfèrent éviter ça, Aokana : Four Rhythms Across the Blue reste une très bonne pioche pour tous les fans de visual novel. La réalisation est un sans faute ou presque (pas de traduction française), les personnages sont attachants et l'écriture se montre suffisamment convaincante (voire profonde au vu des détails accordés au Flying Circus et aux Grav Shoes) pour que l'on ait envie d'en voir le bout.
01 septembre 2020 à 11h01

Par

Points positifs

  • Réalisation au top
  • Le Flying Circus et les Grav Shoes, très détaillés et cohérents
  • Personnages attachants
  • Histoire prenante

Points négatifs

  • English only
  • Du fan service qui risque de déplaire
  • Tout de même très cliché

Gribouillé par...

Shauni Chan

Shauni Chan

Caution féminine

Détentrice d'un Baccalauréat P (pour ''platformer'') option Sonic the Hedgehog, Shauni Chan a ensuite obtenu avec brio sa licence en Nintendo, spécialisation The Legend of Zelda. Elle est devenue par la suite Docteur ès RPG japonais grâce à sa note maximale lors de l'épreuve Tales of.

Twitter : Shauni_Chan

Revenir en haut