Test : Hyrule Warriors : L'ère du Fléau - Nintendo Switch

Hyrule Warriors : L'ère du Fléau - Nintendo Switch
Partager
Le musô, c’est comme le vélo, ça s’oublie difficilement même quand on n’y a pas joué pendant 10 ans. Hyrule Warriors : L’Ère du Fléau est un préquel de The Legend of Zelda : Breath of the Wild développé par Koei/Omega et édité par Nintendo. Et oui, c’est un musô.

Test effectué à partir d'une version Nintendo Switch

Un musô après le boulot, c’est comme une bonne partie de squash mais dans le cerveau. On s’amuse à éclater tout ce qui passe devant notre museau à grands coups d’épée, massue et autre lance afin d’éradiquer des groupes d’ennemis par centaines. Koei Tecmo, les pros en la matière (à l’origine des Dynasty Warriors, la grande série des musô), avaient déjà sorti Hyrule Warriors à l’époque, leur appropriation de la série Zelda à travers ce genre de jeu. Épisode ayant connu un petit succès et étant considéré comme une très bonne fenêtre sur la saga, il n’en fallait pas plus pour qu’un nouvel épisode arrive et que, ô magie, Nintendo monte au créneau pour chapeauter ce dernier. C’est ainsi qu’a été annoncé Hyrule Warriors : L’Ère du Fléau, un musô qui, à la place de faire un pot-pourri de plusieurs épisodes de Zelda, se concentre à raconter un vrai bout d’histoire prenant une place très concrète dans le lore de la saga. Pour le coup, le jeu se déroule 100 ans avant les événements survenus dans The Legend of Zelda : Breath of the Wild, lorsque Link et Zelda rassemblent les prodiges pour se préparer à l’invasion du Fléau, menée par Ganon.


Alors qu’Hyrule Warriors : L’Ère du Fléau fera plaisir aux fans du genre musô, il est également destiné aux joueurs ayant retourné Breath of the Wild et particulièrement aimé leur aventure. Nintendo le sait, les fans de la saga de Miyamoto sont nombreux et feraient n’importe quoi pour avoir du Zelda à croquer sous la dent, de toute taille, consistance ou forme. Dès les premiers instants dans le jeu, on comprend bien qu’on arrive dans la meilleure crèmerie de Kyoto : tous les assets, personnages, voix, police d’écriture, petits sons d’ambiance, objets, mécaniques (et j’en oublie) sont repris de Breath of the Wild et, franchement, ça fait plaisir. Impossible de ne pas se sentir immergé dans cet Hyrule dès les premières missions effectuées, surtout qu’il va y en avoir une bonne quantité.

Hyrule Warriors : L’Ère du Fléau

Métro, musô, dodo

Pour ceux du fond près du radiateur, le concept du musô est assez simple. Vous vous baladez sur une carte en décimant des tonnes de monstres et en essayant d’y accomplir des objectifs divers et variés. Le hub de choix de mission est original ici puisqu’il prend la forme de la carte d’Hyrule (exactement comme dans la tablette sheikah de BOTW) et vous pourrez choisir entre des petites tâches « fillers » qui vous permettent d’engranger de l’expérience et des objets, ou de plus grosses missions faisant avancer l’histoire du jeu. La carte est également saupoudrée de requêtes de PNJ qu’il vous faudra satisfaire à l’aide d’objets à leur donner pour faciliter votre progression. Cette dernière est représentée par l’augmentation de votre santé, des coups supplémentaires dans vos combos ou encore des charges « d’ultis » supplémentaires. D’autres points essentiels au développement de vos protagonistes comme des forges, marchands et autres terrains d’entrainement sont aussi déblocables au fur et à mesure de votre avancée.

Hyrule Warriors : L'ère du Fléau

Des personnages, il y en a : vous retrouverez tous les héros de Breah of the Wild, et notamment les fameux prodiges que vous pourrez jouer et dont vous pourrez apprécier toutes les capacités. Sur ce point, Koei, Omega et Nintendo se sont fait plaisir avec une vraie cohérence dans la construction des personnages et leurs attaques, respectant l’histoire et les caractéristiques de chacun. Par exemple, Zelda utilisera toute la puissance d’une tablette sheikah pour frapper ses ennemis (en générant notamment le sort d’énergie cinétique), Link profitera de son épée et de ses attaques dévastatrices au corps à corps tandis que Mipha mettra à profit sa lance et ses sorts d’eau (pour une Zora, c’est l’évidence même). En plus des attaques spécifiques aux personnages, vous pourrez utiliser une roue de sort générant un tronc commun de sort à tous les protagonistes : il y a notamment une attaque aimantée ou encore la possibilité de générer des bombes sheikah. Ces attaques sont pratiques puisque, lorsqu’elles sont utilisées au bon moment, placent un contre sur les plus gros ennemis (comme les lieutenants, les boss ou mini-boss) et permet de les affaiblir plus rapidement.

Hyrule Warriors : L'ère du Fléau

Wild rampage

La prise en main et les contrôles, bien que plutôt confortables, restent très classiques pour du musô. Les déplacements sont globalement assez rigides, les enchaînements des attaques (peu ou prou) toujours les mêmes, et les murs invisibles sont légion tout comme votre impossibilité à enjamber ou sauter au-dessus des obstacles (même si, certes, tous les personnages peuvent planer). C’est l’ADN de ce genre de jeu : vous forcer à foncer dans le tas et tracer votre route dans les groupes d’ennemis qui vous font face. Le rythme du jeu est toutefois assez entraînant même si les missions annexes se multiplient rapidement et peuvent paraître répétitives lorsqu’on les enchaîne un peu trop. Cette progression est entraînée au rythme d’une difficulté croissante, les ennemis gagnants en puissance tout comme les boss qui surviendront ici et là durant l’aventure.

Hyrule Warriors : L'ère du Fléau

Si le musô permet toujours cette jouissance d’éclater des tonnes d’ennemis en même temps, la Switch en mode docké tire sévèrement la tronche quand la multiplication des effets arrive à l’écran. En effet, selon l’environnement dans lequel vous jouez et l’action qui se déroule face à vous, le jeu va saccader pour la console posée sur le dock. En mode portable, toutefois, c’est nettement plus sympa à jouer et les ralentissements sont beaucoup moins nombreux et les animations paraissent plus fluides.

Hyrule Warriors : L'ère du Fléau
Le musô a encore frappé ! Cette fois, c’est The Legend of Zelda : Breath of the Wild qui en prend pour sa pomme avec la super idée d’utiliser le genre pour en faire un préquel à l'un des meilleurs jeux de la décennie. Si le tout est parfaitement cohérent à l’univers Zelda et au respect de la marque de chez Nintendo, c’est aussi extrêmement jouissif et plaisant à jouer. On aura beaucoup aimé la possibilité de prendre le contrôle de ces personnages emblématiques et de pouvoir goûter à leur toute puissance sur ces faiblards moblins. On regrettera toutefois les ralentissements survenus en mode « dock » de la console à certains moments et la répétitivité de certaines missions. Pour le reste, que vous aimiez Breath of the Wild, que vous aimiez les musô ou bien les deux, cet Hyrule Warriors : L’Ère du Fléau, c’est un grand oui.
18 novembre 2020 à 15h00

Par

Points positifs

  • C’est toujours aussi jouissif
  • Un prequel de BOTW en musô… miam !
  • La possibilité de jouer différents personnages
  • Les attaques personnalisées (et très stylées !) de chaque protagoniste
  • Le travail sur les animations
  • La durée de vie et la rejouabilité
  • Les réarrangements musicaux

Points négatifs

  • La répétitivité de certaines missions quand on les enchaîne
  • Dur à avaler si on n’aime pas le musô

Jeux similaires

Black Future '88

Travis Strikes Again : No More Heroes

Daemon X Machina

  • Genre : Action de Mecha
  • Date de sortie France : 13 septembre 2019
  • Développé par : Marvelous AQL
  • Edité par : Nintendo

Gribouillé par...

Lorris

Lorris

Fin limier du mot

Jean-Claude Van Damme au corps, Jean-Claude Dusse dans la tête. C'est parfois l'inverse.

Twitter : @Yolorris

Revenir en haut