Preview : Bravely Default II - Nintendo Switch

Bravely Default II - Nintendo Switch
Partager
Lancée par Square Enix en 2012 (au Japon), la série des Bravely Default compte à ce jour deux opus sortis sur 3DS. Pour ce Bravely Default II (hé oui, parce que le second épisode s'appelait Bravely Second... c'est compliqué), les développeurs ont décidé de passer à autre chose en sortant leur bébé sur la Nintendo Switch. En attendant cette sortie, nous avons pu passer quelques heures en compagnie de cette nouvelle itération, et voici nos premières impressions.
Contrairement à ce que son nom pourrait laisser croire, Bravely Default II n'est pas une suite au premier épisode. L'aventure se situe en effet dans un monde inédit et met donc en scène de nouveaux héros. Dès le départ, le joueur rencontre donc Seth, jeune homme échoué sur une plage et retrouvé par la princesse Gloria et son fidèle allié Sloan. Tous deux vont alors lui expliquer qu'ils sont à la recherche de cristaux bien spécifiques, car ces derniers risquent d'entraîner des catastrophes... Rapidement rejoints par l'érudit Elvis et la mercenaire Adele, tout ce beau monde – qui s'entend immédiatement très bien et donne lieu à quelques échanges plutôt croustillants - va donc partir à l'aventure aux quatre coins du monde pour... hé bien, tenter de sauver le monde.

Seth et les cristaux perdus

La première chose que l'on constate dans Bravely Default II, c'est sa magnifique direction artistique. Tout comme les deux épisodes précédents, les environnements dessinés à la main sont sublimes et les personnages ''chibi'' sont très mignons. On retrouve donc ici la patte de la série, mais cette dernière ne se ressent pas uniquement là. Ainsi, le système de jobs est de retour, avec la possibilité d'en équiper un en principal et un autre en secondaire. Là encore, il y en a pour tous les goûts, du mage noir au free-lancer en passant par le voleur, et bien plus encore. Chaque job dispose de ses capacités propres, de son équipement dédié ainsi que de ses bonus passifs ou actifs. Par exemple, le free-lancer débloque bien vite la capacité de savoir combien de coffres se trouvent dans les environs.

Bravely Default II

Côté combats, nous sommes toujours sur du tour par tour, avec le petit twist apporté par les commandes Bravely et Default. Bravely permet de consommer plusieurs points d'action d'un coup afin de lancer plusieurs attaques en une seule fois, ce qui est évidemment risqué puisque le personnage ne pourra alors plus jouer durant plusieurs tours. La commande Default permet pour sa part de se mettre en défense et de récupérer des points d'action. Le reste est pour sa part plus classique : attaque simple ou spéciale, magie, utilisation d'objets, fuite, etc. A chacun de gérer sa stratégie comme il l'entend, en pesant le pour et le contre au niveau des risques, sachant que les ennemis peuvent en faire de même. Et croyez-nous, certains ne s'en priveront pas... au risque de perdre des joueurs en cours de route.

Bravely Default II

Du sang et des larmes

En effet, Bravely Default II se montre particulièrement ardu. Si les petits combats contre les mobs sont en général plutôt aisés, c'est une toute autre paire de manches concernant les boss, qui peuvent d'une simple attaque mettre toute votre équipe au tapis, et ce même en mode de difficulté Facile ! Autant dire qu'il va falloir faire du grinding et farmer sévère pour rester au niveau, ce qui risque de déplaire à ceux qui ont totalement mis de côté ce genre de RPG old school. D'autant plus que le gain de niveau, que ce soit pour le personnage ou son job principal, ne restaure en rien les points de vie et les points de magie, et que les objets ne se ramassent pas par milliers. Old school, on vous dit.
 
 
 
Ces quelques heures passées en compagnie de Bravely Default II sentent plutôt bon, à l'exception de cette difficulté particulièrement salée qui risque de déplaire à certains, ainsi que de la présence de temps de chargement assez longs. La direction artistique est magnifique, l'alchimie entre les personnages semble fonctionner (on attendra évidemment d'en savoir plus pour en parler, ce qui concerne aussi l'histoire) et le système de combat – et tout ce qui tourne autour des jobs - fonctionne très bien. Bref, on a hâte de découvrir ce titre en entier, même si l'on risque de perdre des heures à farmer...
09 février 2021 à 15h03

Par Shauni

Gribouillé par...

Shauni

Shauni

Celle qu'on ne voit pas

Détentrice d'un Baccalauréat P (pour ''platformer'') option Sonic the Hedgehog, Shauni a ensuite obtenu avec brio sa licence en Nintendo, spécialisation The Legend of Zelda. Elle est devenue par la suite Docteur ès RPG japonais grâce à sa note maximale lors de l'épreuve Tales of.

Twitter : Shauni_Chan

Revenir en haut