Test : Warriors Orochi 3 Hyper

Warriors Orochi 3 Hyper - Wii U

Genre : Action

Date de sortie : 30 novembre 2012

Genre
Action
Date de sortie
30 novembre 2012 - France
Développé par
Omega Force
Edité par
Tecmo Koei
Disponible sur
Wii U
Modes de distribution
Boutique
PEGI
 Interdit aux moins de 12 ans

Chez Koei, la série des Dynasty Warriors tient une place à part. Bien que son succès soit sans commune mesure avec celui d'un certain Call of Duty ou d'autres blockbusters plus modestes en terme d'intentions de ventes, le noyau dur de fans s'étant regroupé autour de la série assure à chaque épisode qui sort des ventes respectables. Si bien que l'éditeur, surfant sur le succès de sa série, en créa une autre dans la même veine : Samuraï Warriors. Cette dernière connaissant elle aussi un certain succès, un cross-over était apparemment inévitable. C'est ainsi que Warriors Orochi a vu le jour. Cette année, le troisième épisode est sorti sur les consoles HD, avant de revenir dans une édition hyper sur Wii U. Compte rendu du massacre.

Test effectué à partir d'une version Wii U

 
 
Pourtant ça ne commence pas si mal, avec une cinématique bien dynamique illustrant une bataille dantesque impliquant un gros démon à huit têtes, d'où le Orochi du titre. Les héros ont trop la classe si on fait abstraction de leur design over-cliché à la limite du ridicule. Et la vidéo est une véritable claque si on aime les univers en plastique. On atterri ensuite sur le menu principal qui, de par son design, nous ramène tout droit dans les année 90. Mais à ce stade, vous avez déjà dû comprendre que c'est le cadet des défauts du jeu. On lance la tentative de Mode Histoire pour partir à l'aventure. L'habillage de ce dernier est pour le moins minimaliste, les séquences narratives se présentant sous la forme d'artworks des personnages surgissant de nulle part pour nous balancer des lignes de dialogues qui, en plus d'être totalement inintéressantes, sont sous-titrées uniquement en anglais. Tout ça pour dire que seuls trois grands combattants ont survécu à l'invasion, et qu'ils décident d'unir leurs forces pour attaquer le démon dans sa tanière. C'est la première mission du jeu, alors on y va gaiement. On avance en explosant la centaine de soldats ennemis qui se présentent à nous, jusqu'à ce qu'on se rende compte que ces derniers restent plantés là, comme des cons, sans nous attaquer. Alors on trace à travers les troupes de l'opposition qui n'en proposent pas forcément, de l'opposition. Heureusement, on est quand même obligé de dézinguer quelques lieutenants pour ouvrir quelques portes. Sans quoi le niveau se torcherait en deux minutes. Tout ça pour dire qu'on taule magistralement l'armée du démon ainsi que le démon lui-même. Là dessus, on nous dit qu'on se prend une grosse branlée et qu'il faut évacuer... What the fuck ?! C'est alors que Kaguya, une sorte de déesse mystique, apparaît pour nous proposer de retourner dans le passé pour nous entrainer et en profiter pour changer le cours des évènements ayant conduit à cette... Vic-faite ? Cons comme des balais, les trois héros ont du mal à comprendre ce que leur propose la demoiselle, mais ils acceptent quand même.
 

Plus on est de fous, plus on ris... Enfin, la plupart du temps.

Warriors Orochi fait donc parti de ces jeux qui vous opposent à des centaines de soldats décérébrés, un peu à la manière d'un Dynasty Warriors. Pour venir à bout de tout ce petit monde, vous disposez d'attaques normales, chargées et spéciales. Vous pouvez aussi parer, mais cela sera rarement utile. Avant chaque mission, vous pouvez constituer votre équipe en fonction de la situation et, surtout, de vos préférences. Il est possible de changer de personnage à tout moment, d'une pression sur l'une des gâchettes. Ce qui occasionnera un type d'attaque particulier si vous prenez ou infligez des dégâts à ce moment-là. De même, lorsque vous remplissez les conditions requises, une pression simultanée sur les deux gâchettes provoque une méga-attaque de la mort qui met à profit les trois guerriers, tuant tous les ennemis touchés par celle-ci.
Sur le papier, on est plutôt bon. On a déjà vu pire en tout cas. Seulement, dans la mise en pratique, ça ne suit pas. En plus de l'I.A. lamentable citée plus haut, la gestion de la caméra est des plus mauvaise. C'est simple, il n'y en a pas. Elle suit votre personnage sans s'adapter le moins du monde à vos changements de direction. Autrement dit, si vous faites demi-tour, la caméra restera devant vous, montrant ce qu'il y a derrière vous. Si ce n'est pas franchement gênant lors des déplacements, cela devient vite gênant, voire pénible, en combat. En effet, il arrive fréquemment que l'on ne voit pas où l'on tape, et que nos coups chargés et spéciaux manquent leur cible. À côté de cela, les conditions de victoire, ou de défaite, sont assez obscures. Et il est particulièrement frustrant de perdre alors qu'on tatane du manant à la chaîne depuis vingt minutes. D'autant plus qu'une défaite est sanctionnée par un retour direct au menu principal, vous obligeant à vous retaper l'intégralité du niveau, temps de chargement et cinématiques inclus.
Concernant la version Wii U, l'utilisation du gamepad laisse également à désirer. Hormis la possibilité de se téléporter d'un point à l'autre de votre camp, chose totalement inutile vu qu'il est minuscule, il peut, durant les missions, soit afficher la même chose que la télé (super utile), soit la carte de la zone. Mais même ça, il n'est pas foutu de le faire correctement, cette dernière n'offrant pas une lisibilité suffisante comparée à celle qui est à l'écran de jeu. Oui, même dans ce cas là, la map reste sur la télé, en occupant une sacrée portion. Certainement pour masquer la misère technique. Mais on y reviendra plus tard. La fonctionnalité spécifique à la Wii U la plus intéressante reste sans aucun doute le multi en local allouant un écran à chaque joueur. Encore faut-il trouver un pote prêt à subir le jeu avec vous.
 

Qui peut le plus, peut le moins. Mais c'est pas une raison pour s'en contenter.

Techniquement, le bilan n'est pas plus flatteur. On vous a déjà parlé des cinématiques, mais en jeu, c'est pas mieux. Si la modélisation des personnages principaux n'est pas mauvaise, sans être toutefois au niveau des standards actuels, les ennemis ont en revanche été modélisés à l'arrache. Et en plus, ils ont tous la même gueule. On a différents types d'ennemis, bien sûr, mais le bilan est le même dans tous les cas, à l'exception des leaders d'unités. Et comme si cela ne suffisait pas, pour enfoncer le clou, ils ont une fâcheuse tendance à apparaître à deux mètres de vous, comme par enchantement. Ce qui est plutôt curieux, c'est pas comme s'il y avait des masses de trucs à afficher. Les décors sont littéralement vides. Et qui plus est, les textures sont baveuses au possible. Pour vous la faire courte, on se croirait revenus sur PlayStation 2, la HD en plus. Et que ce soit sur PS3 ou Wii U, le bilan est le même. Il n'y a pas de différence notable entre les deux versions à ce niveau là.
Là où le titre tire son épingle du jeu en revanche, c'est au niveau des personnages jouables à débloquer. Leur nombre est tout simplement énorme. Et le casting comporte quelques personnages au design original. On retiendra notamment celui qui se bat avec un pinceau à lavis géant. On l'imagine bien calligraphier la gueule de ses ennemis. Cependant, l'immense majorité du casting est convenu. On a de frêles soldats qui se battent à l'épée, des montagnes de muscles (et de graisse) qui manient la masse, et de jeunes jouvencelles en fleur à moitié dévêtues qui attaquent au couteau.
Pour les modes de jeu, le titre ne se montre pas aussi généreux. Outre le story mode déjà évoqué plus haut, on a droit à un free mode qui permet de rejouer les niveaux du mode histoire. Chose qu'il est déjà possible de faire dans ledit mode. Autrement dit, le free-mode n'apporte rien de plus et ne sert à rien. On note aussi la présence d'un éditeur de niveau sans grand intérêt, parce que trop limité. La version Wii U comporte bien un mode duel prenant la forme d'un jeu de combat, mais rien de bien transcendant non plus.
 

Article rédigé par pattoune , le

Les équipes de Tecmo Koeï ne se sont pas foulées pour nous pondre se Warriors Orochi 3. Restant bien sagement sur leurs acquis, les développeurs nous livrent une copie dégueulasse du point de vue technique, et ennuyeuse et répétitive pour ce qui est du gameplay. Alors que reste-t-il pour sauver le titre ? Son casting étoffé ? Les voix japonaises originales? Le fan-service ? Si ces qualités (bien que la dernière n'en soit pas vraiment une) sont bel et bien là, elles ne suffisent pas à faire un jeu, loin de là. Alors oui, les fans y trouveront certainement leur compte. Mais ils apprécieraient encore plus si on leur donnait un jeu à jour techniquement parlant, avec des graphismes actuels, une I.A. digne de ce nom et un gameplay un peu plus varié. Les autres devront passer leur chemin.

Points positifs

  • Les doublages originaux, en japonais.
  • Un casting bien fourni.

Points négatifs

  • Très moche.
  • Répétitif.
  • Gestion de la caméra infecte en combat.
  • Scénario insipide.
  • Personnages creux.
  • Le Free-mode qui ne sert à rien.
  • Exploitation foireuse du gamepad.
  • Il y en a eu deux avant celui-là.
  • Je continue ?

A propos de l'auteur

pattoune

pattoune

Ours savant

Davantage ours que savant, ce con n'a pas compris que l'hibernation c'est en hiver. Résultat, il reste cloitré dans sa grotte à longueur d'année. Ce qui arrange bien du monde. Mais ce n'est pas un mauvais bougre. Il est même plutôt drôle à l'occasion. C'est souvent à ses dépens mais chut, il faut pas le dire. Ayant été récemment rattrapé par l'eau courante et l'électricité, il est désormais en mesure, après avoir difficilement assimilé les bases de l'hygiène corporelle, de nous livrer tests, news et autres contenus enchanteurs. Il nous reste plus qu'a espérer qu'il ne lui vienne pas l'idée de faire prendre un bain à son PC... Trop tard.

Contacter

Commentaires