Preview : Wolfenstein : The New Order

Wolfenstein : The New Order - Xbox One

Genre : FPS

Date de sortie : 20 mai 2014

Genre
FPS
Date de sortie
20 mai 2014 - France
Développé par
Machine Studios
Edité par
Bethesda Softworks
Disponible sur
PC, PS3, PS4, Xbox 360, Xbox One
Modes de distribution
Boutique

Jouable à l'E3 dernier, Wolfenstein : The New Order ne nous avait pas laissé un souvenir impérissable. Pas tellement joli, terriblement classique et bourrin dans son gameplay, je crois qu'on peut parler de déception sans trop se mouiller. Pourtant, après quelques heures en sa compagnie sur Playstation 4, on a envie de dire "hé, c'est cool !".

 
 
Bethesda a retenu beaucoup de choses de son expérience assez désastreuse à l'E3 2013. Pour dire les choses le plus simplement du monde, le titre s'est racheté une ligne de conduite. Avec quelques coups de main extérieurs, notamment d'ID Software, Wolfenstein : The New Order s'est distingué à bien des aspects lors de notre petite escapade à naziland. Tout d'abord graphiquement, le jeu est bien plus beau que ce qu'il laissait présager. Sans être une tarte next-gen (rappelons-le, tant qu'un jeu sortira aussi sur old-gen, ne vous attendez pas à une révolution), il devient très honnête. Basiquement, il est plus joli que Call of Duty et peut-être un peu moins que Battlefield 4 sur PS4 et Xbox One.
 

Un jeu qui va faire Furher ?

La première bonne surprise de cet épisode de Wolfenstein, c'est qu'il semble être doté, tenez-vous bien, d'un scénario. Oui, avec des gens qui l'ont écrit, des twists, des scènes difficiles et tout et tout. Le truc, c'est que comme celui-ci est une bonne surprise, on n'a pas tellement envie de vous le dévoiler. Sachez juste qu'après environ une heure et demie d'un jeu plutôt classique de guerre, avec des tas de scripts dans tous les sens, vous apprenez que vous venez simplement d'en finir avec l'intro. Et c'est à partir de ce moment là que les choses deviennent intéressantes. Violent, sans concession, il nous rappelle à quel point les nazis sont méchants. Et ne s'expriment qu'en beuglant très fort accessoirement, c'est fascinant.
 

Back dans les bacs, du old school à l'ancienne

Loin de se positionner en simulation de shoot, Wolfenstein est plutôt classique dans son gameplay et semble même le revendiquer. Allez, on pourrait même dire fucking old school. Ne cherchez pas, par exemple, de recul avec les armes, en revanche, manipuler un flingue, voire une mitrailleuse dans chaque main est une option beaucoup plus envisageable. On renouera avec pas mal de bonnes habitudes tellement oubliées dans les FPS. Il faut bien prendre le temps de fouiller tous les cadavres que vous laissez derrière vous puisque chaque munition est précieuse. Et puis, petit bonheur simple, c'est le retour des médikits et autres armures. Peut-être que cela ne vous dit pas grand chose si comme moi vous ne pétiez pas vos boutons d'acnée sur Duke Nukem 3D, mais fut un temps où il fallait ramasser sa vie dans les FPS et où celle-ci ne remontait pas comme par magie parce que vous vous êtes planqué comme un rat 5 secondes derrière une grosse caisse. Il faudra aussi ramasser de l'armure d'ailleurs, pour vous assurer plus de protection. Rassurez-vous tout de même, lorsque vous frisez la mort, votre vie remonte toute seule après quelques secondes pour arriver à un total de 20. Ce qui n'est pas beaucoup mais vous laisse suffisamment de marge pour éventuellement arriver à trouver un médikit.
 

Ça tire tout nazimuth

Autre très bonne surprise que nous avons pu constater lors de cette prise en main : la construction des niveaux. Bourrés de surprises en tous genres, on ne pourra que vous conseiller vivement de les explorer à fond. Par exemple, il n'est pas rare de trouver un passage secret qui vous économisera de longues heures de fight, et ce dès les premiers instants de jeu. Une mission, clairement en hommage au fameux château Wolfenstein, nous a par exemple montré un bien sympathique secret. Si l'on bouge l'épée d'une armure de décoration, elle fait basculer un tableau pour ouvrir un passage secret. Celui-ci permet de se balader dans tout le niveau derrière les murs. Equipé d'un flingue avec un silencieux, vous pourrez ainsi réaliser toute la mission en mode "discret", zigouillant par les interstices des murs les nazis et autres cyber-dobermen. En terme de durée de vie, une quinzaine d'heures de scénario sont prévues pour l'aventure principal. Quant au multijoueur, il n'est pas prévu. Une décision tout de même très singulière pour un FPS, mais si le paquet est mis sur le solo, tant mieux.
 

Article rédigé par JoKeR , le

Au final, si le style de jeu est assez old school pour rappeler de bien bons souvenirs aux vieux de la vieille tels que moi, on est en droit de se demander comment sera reçu le jeu par le jeune public, celui qui a connu majoritairement des FPS dans la veine de Call of Duty. Wolfenstein : The New Order semble s'être vraiment bien racheté par rapport à ses prémices, et il est passé de futur flop à "hey cool, why not !". Rendez-vous en mai prochain pour un jugement définitif.

A propos de l'auteur

JoKeR

JoKeR

Rédac' Chef / Touriste.

Passez votre chemin, ce mec est un con. Avis de merde, méconnaissance générale du sujet et pleins pouvoirs sur le site, ce mec est un imposteur. Regardez, je me suis emparé de son compte pour écrire sa bio et à mon avis il ne s'en apercevra jamais ce naze.

Contacter

Commentaires