Test : The Witcher III : Wild Hunt

The Witcher III : Wild Hunt - Xbox One

Genre : RPG

Date de sortie : 19 mai 2015

Genre
RPG
Date de sortie
19 mai 2015 - France
Développé par
CD Projekt RED
Edité par
Bandai Namco Entertainment
Disponible sur
PC, PS4, Xbox One
Modes de distribution
Boutique

Le paysage était magnifique. J’avais l’impression de faire face à une magnifique peinture peignant un coucher de soleil qui se reflétait dans un lac. A sa gauche se trouvait une tour en ruine qui renforçait le sentiment mélancolique de la scène. Je n’avais qu’une envie, enfourcher mon cheval et galoper les cheveux au vent pour jouir sans concession de ce cadeau que la nature m’offrait. Jusqu'à ce moment fatidique où je me rendis compte que ce n'était pas moi qui était dans ce rêve, mais Geralt. Moi, j'étais dans mon salon en train de cuire dans mon appartement parce que la fin du printemps nippon se faisait un peu trop chaleureuse. Moi, j'étais en train de jouer à The Witcher 3.

Test effectué à partir d'une version PC

Vous l’aurez compris, cette introduction n’a aucune prétention littéraire, mais était juste un moyen de démontrer peut-être le point le plus important de ce test, celui qui pour moi caractérise cette expérience de jeu sur The Witcher 3 : l’immersion.
Lorsque l’on commence une partie, le temps cesse d’exister. On entre dans un univers parallèle dans lequel on va vivre des aventures uniques, épiques. Tout est là pour vous capturer et ne plus vous relâcher. Il est difficile de dire au revoir, pour plusieurs raisons.


C'est bôôôôô

Les graphismes. La version testée est une version PC où toutes les options sont poussées au maximum. Cela implique deux choses. On ressent moins le downscaling qui a fait tant parler de lui (mais dont on se fout un peu), et le patch 1.04 qui fut disponible beaucoup plus rapidement sur cette plate-forme évitant ainsi l’avalanche de bugs que les consoleux ont connue. Lecteur consoleux, pensez à enlever un point dans la note de « réalisation ».
Les graphismes donc, sont tout bonnement magnifiques. Surtout les lumières qui arrivent à installer une atmosphère hypnotisante où le ciel s’embrase et repeint le monde avec un orange magnifique. Seuls les éléments de décors un peu banals comme l’herbe nécessitent encore quelques progrès pour arriver à la perfection.
Les efforts ont été portés sur les personnages. Les visages sont surprenant de réalisme et très détaillés. Le must étant les yeux qui sont pleins de vie, ce qui est rare dans le jeu vidéo. Au lieu de rester vide sans bouger durant les dialogues on peut les voir s’animer, cligner, s'étonner, réagissant à ce que notre interlocuteur raconte. Un vrai progrès ! 


Which heure is it ?

Les musiques ! Depuis le premier épisode, la série nous a habitués à des thèmes merveilleux utilisant des instruments traditionnels polonais pour insuffler de l’exotisme à l’univers. Ce point participe grandement à renforcer l'immersion. L’univers de The Witcher est atypique car il s'écarte un peu des standards classiques de la fantasy en proposant un bestiaire plus proche de la mythologie de l’est. Les musiques qui utilisent ces instruments peu communs accentuent l’effet de dépaysement et renforcent ainsi l’immersion. Un peu à l’image de Red Dead Redemption qui nous happait dans l’ouest profond américain et qui pouvait dévorer nos dimanche après-midi comme un trou noir engloutirait l’espace temps. 
Cet univers est extrêmement cohérent. Un travail méticuleux a été fait sur chaque personnage et sur chaque événement que Geralt va traverser. La moindre quête secondaire peut avoir des répercussions sur la principale et s’entrechoque avec d’autres quêtes subsidiaires. Tout est, en quelque sorte, lié et tout parait logique. Cela donne une harmonie à l’univers qui influence notre manière de jouer. Jamais je n’ai volé dans les maisons des paysans durant les premières heures de jeu car cette cohérence me faisait culpabiliser si je le faisais. Pourtant rien ne nous en empêche. L'écriture est excellente et c’est un véritable plaisir de suivre l’histoire de chacune des quêtes, principales ou non. Ici pas de « va me cueillir cinquante fleurs », mais de réelles motivations. La plus nulle des quêtes secondaires surclasse même certaines principales d’autres jeux. Le dernier titre qui m’a bluffé sur ce point fut Fallout New Vegas. Gage de qualité.


Des quêtes à n'en plus finir

Du coup, il est difficile de juger la véritable durée de vie du jeu. Faites le jeu en ligne droite vous en aurez pour une trentaine d’heures de jeu. Mais vous perdriez tout l'intérêt d’un tel titre. Certes l’histoire est excellente et encore plus pour ceux qui ont lu les livres, car beaucoup de références y sont faites, certains personnages importants comme Doudou proviennent des nouvelles de Adam Sapkowski, mais vous passeriez à côté de l’essence du jeu si vous ne vous laissez pas happer. Car il y a de quoi faire, les quêtes secondaires se divisent en trois types, les normales, les contrats qui vous demandent d'enquêter et de trouver un monstre avant de décider de l’occire ou non, et les chasses aux trésors qui vous proposent de retrouver la trace de certains witcher d’autres écoles que la votre afin de trouver des plans pour pouvoir les crafter des armures de qualités. Même ce dernier type de mission est outrageusement intéressant car il vous permet en général d’en apprendre plus sur le background du jeu et sur vos collègues que vous traquez à travers lettres et messages laissés par ces derniers.
Le nombre de quêtes secondaires est juste époustouflant, il n’est pas rare de se faire une session de jeu dédié aux quêtes secondaires pour réduire leur nombre et de se retrouver après 3 heures avec le double à faire. Ça peut même être décourageant de temps en temps. Mais encore une fois, leur qualité d'écriture rend la tache agréable et sûrement pas redondante. Car The Witcher 3 est avant tout une histoire diablement bien écrite qui va vous tenir en haleine tout du long. 


Choix Cornéliens

The Witcher, c'est l'histoire d'un Sorceleur qui est censé ne rien ressentir. Lors de leur formation ces derniers sont amputés de toute émotion. Cela implique que dans tout conflit, dans toutes situations, ils resteront neutres. Du moins en théorie car notre Geralt a créé son propre code afin de rester le plus "juste" possible. Concrètement, vous allez être amené à faire des choix et à assumer leurs conséquences. Comme l'univers de The Witcher est un univers mature, ces choix ne seront pas forcement entre quelque chose de bien et quelque chose de mal. Souvent même, vous allez devoir choisir "Le moindre Mal" (The Lesser Evil), thème qui est cher à la série, que ce soit le jeu vidéo ou les livres. C'est même le titre d'une des nouvelles. Selon vos choix l'histoire évoluera différemment pour vous proposer une fin parmi une dizaine possible. 

Article rédigé par Wildchoc , le

Connaisseur ou non connaisseur, si vous êtes un minimum amateur de mondes ouverts et de jeux de rôle, The Witcher 3 est fait pour vous. Cela faisait longtemps qu'un jeu n'avait pas proposé une telle qualité d’écriture qui va vous faire oublier la réalité afin de vivre des aventures à couper le souffle. Si vous êtes encore là après avoir lu ces lignes c'est que vous n'avez rien compris ! Sortez, allez l'acheter, posez un mois de congé, et partez visiter les terres de Velen en tant que Sorceleur, chasseur de monstres.

Points positifs

  • L’écriture et la cohérence de l'univers
  • Les musiques exotiques utilisant des instruments traditionnels polonais
  • La beauté du jeu
  • La mythologie qui est différente du "Tolkienisme" habituel
  • L'arbre de talent et sa gestion originale
  • La richesse des chose à faire

Points négatifs

  • L'inventaire et sa gestion encore à perfectionner
  • L'arbre de talent et sa gestion originale mais qui peut être frustrante
  • Quelques bugs encore présents

A propos de l'auteur

Wildchoc

Wildchoc

Tanuki lubrique

Le wildchoc sauvage est un petit animal farouche au poil soyeux. Passionné de jeux vidéo il ne sort que très peu souvent pour subvenir à ses besoins naturels tels que se nourrir et se reproduire. Il est cependant facile d'en capturer un en faisant résonner à l'extérieur de sa tanière une douce musique Chip tune. Pourquoi en attraper un ? Ils font en général de très bon coussins.

Contacter

Commentaires