Test : Little Nightmares

Little Nightmares - Xbox One

Genre : Action / Aventure

Date de sortie : 28 avril 2017

Genre
Action / Aventure
Date de sortie
28 avril 2017 - France
Développé par
Tarsier Studios
Edité par
Bandaï
Disponible sur
PC, PS4, Xbox One
Modes de distribution
Boutique
Xbox Live Arcade

Pour la présentation du jeu, Namco Bandai avait mis les grands moyens : invités à nous échapper avec la petite Six dans une crypte parisienne lors d’un mini escape game, on en attendait d’autant plus du jeu. Et croyez-nous, on n’a pas été déçus.

Test effectué à partir d'une version PC

Six pieds sous terre

Développé par un studio suédois, Little Nightmares vous met dans la peau de Six, un étrange enfant (fille ou garçon, pas d’indices). Rien de traumatisant dans les premières minutes, mais très vite vous allez comprendre que rien ne va dans ce monde : couleurs malsaines, musique glauque, sound design oppressant… Tout est fait pour vous faire vivre une expérience unique.


Soyez prévenus, ce n’est pas une expérience pour tout le monde. Presque rien n’est explicite, presque tout est laissé à la supposition. Entre Poe et Lovecraft, l’univers nous embarque dans une virée malsaine d’environ 3h à la difficulté bien dosée. Votre quête ? Sortir de cet enfer. Et il sera difficile de vous parler de cette aventure sans trop entrer dans les détails, car le moindre spoil peut vous gâcher le plaisir de la découverte.
 
Boucher
Qu'il est mignon tout plein !

Six ma tante en avait...

Niveau gameplay, nous sommes à mi-chemin entre plate-forme et infiltration. Il faut dire que, pour se défendre, Six ne dispose pas de beaucoup de choix… Se cacher et courir. La discrétion et l’inventivité seront vos atouts. Mais se cacher de quoi, me direz-vous ? Sans vous spoiler cette (assez courte) aventure, quelques monstres vont venir la peupler, et il ne fera pas bon tomber entre leurs mains. Là où un Binding of Isaac va se montrer graphiquement violent, Little Nightmares va tout en finesse vous faire suer des fesses pendant toute l’histoire.

Monstre
Ces moments qui vous font faire de l'huile avec vos fesses.

Si nous devions retenir un élément de ce jeu, c’est bien qu’on ne se sent jamais en sécurité. Que ça soit par le level design grandiose ou les timings très serrés pour échapper aux situations perpétuellement tendues, vous n’aurez pas le temps de respirer dans ce monde peuplé de cauchemars malsains. Car rien ne tombe dans l’extrême, tout est dans le détail. Quoi de plus traumatisant qu’une salle remplie de chaussures d’enfants après avoir traversé une salle emplie de corps empaquetés ? Nous allons de tableau en tableau, de l’écœurement au grotesque, du gras à la sueur, de Bosch à Dante, jusqu'à un final magistral.

LNChaussures
Vous la sentez, l'angoisse ?

Six quatre ice

Alors oui, le jeu souffre de quelques lacunes techniques (des objets qui traversent le sol, des monstres qui activent des animations en décalé ou encore de violents drops de FPS sans raison apparente), mais on s’en fiche clairement. Critiquer le jeu là-dessus serait comme aller écouter un récital de piano scotchant et sortir en disant « c’était bien hein, mais c’est dommage le fa# au lieu du sol dans la 88e mesure du 2e mouvement », ça s’appelle être un grincheux. Ça ne coupe pas l’immersion, et le jeu est une telle œuvre artistique que pointer les petits défauts ne ferait aucun sens.

Bonne ambiance
"Vous pourriez étendre votre linge ailleurs..."

Il est plus que probable que nous allons relancer une partie, histoire d’attraper tous les petits cônes furtifs et de casser toutes les statues, voir si la fin monumentale offre quelques alternatives. Nous avons ici affaire à une perle vidéo-ludique, que ce soit dans la conception, les graphismes ou la musique. Ce genre de jeu qui permettra de faire taire les critiques acerbes de cet art, car oui, avec Little Nightmares, le jeu est élevé au rang d’art.

Article rédigé par M.Achille , le

Clairement une claque pour cette première partie d’année. Little Nightmares est un honneur fait au jeu vidéo, tant le soin apporté à tous les détails permet de démontrer que les parties moins connues dans un jeu sont tout aussi importantes : chara-design, level design, sound design… Une courte aventure qui se suffit à elle-même. Pour faire simple : accrochez votre estomac et votre cœur, et foncez.

Points positifs

  • Magnifique
  • Unique
  • Prenant

Points négatifs

  • Drops de FPS
  • Court (mais pas vraiment un défaut non plus)

A propos de l'auteur

M.Achille

M.Achille

Maître des doges

Fan de Binding of Isaac, The Witness et Antichamber. J'aime les jeux (très) difficiles et qui font mal à la tête, ainsi que les périphériques lumineux.

J'aime beaucoup trop Overwatch.
Je ne joue que sur PC, parce qu'il y a Gang Beast et Rocket League.
Je n'aime pas partager ma manette, mais volontiers mon écran.
J'aime les jeux idiots, originaux, bref ce qui traîne sur itch.io.
J'aime mettre les gens mal à l'aise.
Je suis facile à corrompre avec un cookie.

Contacter

Commentaires