Test : La Terre du Milieu : l'Ombre de la Guerre

La Terre du Milieu : l'Ombre de la Guerre - Xbox One

Genre : Action / Aventure avec un anneau

Date de sortie : 10 octobre 2017

Genre
Action / Aventure avec un anneau
Date de sortie
10 octobre 2017 - France
Edité par
Warner Bros. Games
Disponible sur
PC, PS4, Xbox One
Modes de distribution
Boutique
Xbox Live Arcade

Malgré quelques défauts, La Terre du Milieu : L'Ombre du Mordor a bénéficié à sa sortie d'une bonne réception publique et critique et il n'est donc pas étonnant de voir débarquer une suite trois ans après. Est-ce que cette suite est à la hauteur de son prédécesseur, sachant que l'effet bonne surprise n'est plus possible ? C'est ce qu'on va voir.

Test effectué à partir d'une version PS4

Vous avez sûrement déjà entendu parler du docteur Georg Faust : celui-là même qui a inspiré les écrits de Goethe. Toutes sortes de rumeurs couraient à son sujet. Certains disaient même qu'il avait passé un pacte avec le diable... Mais ce qui nous intéresse ici, c'est que beaucoup pensaient qu'il avait mis au point une formule très spéciale, une formule qui marche à tous les coups. Le concept est simple : vous avez une base, des mécaniques et, peu importe le contexte dans lequel elles sont, elles marcheront toujours.


Vous vous demandez sûrement quel est le rapport avec notre sujet ? Eh bien, quand La Terre du Milieu : L'ombre du Mordor est sorti il y a déjà trois ans de cela, il semblait directement issu de cette formule. Il était rempli de choses que l'on avait déjà vu des milliers de fois ailleurs. A tel point que si le jeu s'était appelé Arkham's Creed : Lord of the Rings, cela n'aurait choqué personne. Était-ce mal ? Absolument pas, car ce qui était fait était bien fait et, même si la plupart des mécaniques étaient vues et revues, la seule innovation qu'était le Nemesis System était suffisamment intéressante pour s'attarder sur le titre.

L'ombre au tableau

La première chose que l'on remarque dès le début de La Terre du Milieu : L'Ombre de la Guerre, c'est son aspect graphique. La série bénéficie d'un nouveau moteur graphique nommé le Firebird Engine et l'amélioration est flagrante surtout quand on compare les premières minutes du jeu réel avec son introduction reprenant des images du premier épisode. Cependant, même si l'amélioration est bien là, on reste tout de même en dessous des standards actuels, surtout pour les personnages humains alors que les orques, eux, sont très bien modélisés. Comme on parle de l'aspect technique, le mixage son est lui aussi problématique. On entend très bien durant les cinématiques, mais pendant les phases de gameplay les sous-titres seront indispensables si vous voulez entendre les dialogues et bien suivre la continuité de l'histoire. Car oui, n'oublions pas que nous sommes dans un jeu adapté des écrits de Tolkien et censé faire le lien avec le début du Seigneur des Anneaux, l'histoire devrait donc occuper une place très importante ici. 

La Terre du Milieu : l'Ombre de la Guerre

Bizarrement, si l'Acte 1 se révèle assez captivant avec des tenants et des aboutissants intéressants et des personnages principaux (toujours Talion, le Max Payne de la Terre du Milieu, et Celebrimbor, le roi elfe créateur de l'anneau de pouvoir) montrant du caractère et une certaine dualité, tout se termine avec sa fin. Après, le scénario devient de moins en moins intéressant à suivre et les personnages des coquilles vides plutôt clichées que l'on connaît bien. S'il fallait faire un résumé : Talion possède à présent un anneau de pouvoir lui permettant de contrôler les orques, il doit donc s'en servir pour bâtir son armée, prendre le contrôle des différentes régions et arrêter Sauron. D'ailleurs, attention au fan hardcore de l'univers de Tolkien car L'Ombre de la Guerre prend beaucoup de liberté avec les écrits originaux. Des libertés capables de vous faire sortir de vos gonds si vous êtes un inconditionnel de l'auteur. L'exemple le plus flagrant étant Arachné, ici capable de prendre la forme d'une femme pour parler à nos héros...

Vous l'aurez compris, La Terre du Milieu : L'ombre de la Guerre ne brille pas par son histoire qui peut aussi se résumer en : tuer orque, recruter orque. Il ne brille pas non plus par ses environnements. Open-world oblige, nous avons droit aux bugs habituels du genre. Problèmes de textures, blocages de PNJ, etc... Mais le plus flagrant ici, c'est la répétitivité. Même si l'on peut désormais visiter cinq régions, on a l'impression de toujours visiter la même avec un skin différent. Les bâtiments sont toujours les mêmes, les ruines toujours les mêmes, les forteresses, les camps... Tout est extrêmement répétitif. Et si on est libre d'effectuer une mission de la manière que l'on souhaite, on se retrouve souvent à toujours faire la même chose à cause du terrain variant peu.

La Terre du Milieu : l'Ombre de la Guerre

De l'ombre à la lumière

Mais ce problème d'environnement n'est pas suffisant pour ternir le point fort du titre : son gameplay. Oui, c'est par sa jouabilité que La Terre du Milieu : L'Ombre de la Guerre trouve son sens et même, de manière très surprenante, sa véritable histoire. Durant les 20-25 heures qui composent l'aventure, vous ne devrez que tuer et recruter des orques grâce à un système de combat très au point hérité de la série des Batman Arkham, mais chaque combat aura son histoire et cela grâce au Nemesis System. Le principe est le suivant : dans votre menu de guerre, vous sélectionnez une cible, étudiez son style de combat, ses forces et ses faiblesses. Une fois la cible atteinte, plusieurs options sont possibles. Si vous mourrez, l'orque montera en grade, sera plus dur à tuer et par la même occasion deviendra votre ennemi juré que vous pourrez éliminer par vengeance lors d'une mission vendetta. Vous pouvez aussi tuer l'orque, sachant que celui-ci pourra déjouer la mort, nourrir une immense haine contre vous et revenir se battre pour prendre sa vengeance. Vous pouvez le marquer pour qu'il porte votre trace, soit déshonoré auprès des siens et plus facile à tuer/recruter par la suite car cette marque et ce déshonneur auront semé un doute dans son esprit, qui se fera sentir dans sa force. Et enfin, vous pouvez recruter l'orque sachant qu'il est possible qu'il vous trahisse. Tout cela est renforcé par les interactions de début de combat. Un ennemi que vous avez décapité (oui, c'est étrange) peut revenir avec une prothèse (c'est magique, chut !), dire à quel point il a souffert et que c'est pour ça qu'il va tout faire pour se venger. 

La Terre du Milieu : l'Ombre de la Guerre

Ces petites histoires dans l'histoire deviennent vite plus intéressantes que le scénario principal et apportent la grande force du titre. Ce système permet aussi maintenant de nommer un garde du corps qui viendra vous défendre, de choisir des meneurs d'attaques pour vos prises de forteresses, améliorer vos troupes, entraîner vos capitaines, envoyer un espion infiltrer une forteresse ennemie ou encore envoyer un partisan tuer un orque ennemi à votre place. Les possibilités sont immenses et bien maîtrisées, chacun jouera à sa façon et vivra sa propre histoire. Tout le jeu repose sur ce système, vous devrez bâtir vos armées afin de prendre les forteresses et contrôler les régions. Ces prises de forteresses, bien qu'épiques, sont le seul moment ou le gameplay peut être un peu brouillon. Comme dit précédemment, la maniabilité est simple, un bouton pour attaquer, un autre pour contrer, un pour étourdir et un pour esquiver, cependant Talion attaque toujours l'ennemi le plus proche et il n'y a pas de lock. Lors d'une prise de forteresse, il y a beaucoup d'ennemis autour et cibler l'ennemi de son choix devient impossible. Tout devient assez fouillis à l'écran, dommage.

La Terre du Milieu : L'Ombre de la Guerre

Même si le système de combat est classique et le même que celui du précédant opus, il a tout de même aussi été revu. Ainsi, il y a maintenant plus d'armes, une lance est désormais disponible en plus de l'épée, de l'arc et de la dague.  La maniabilité gagne en profondeur à chaque fois que l'on débloque une compétence grâce à l'arbre beaucoup plus grand que dans le premier épisode. Il est aussi possible d'améliorer son équipement grâce à des gemmes ou tout simplement du loot récupéré suite à un combat. Une pièce d'équipement plus faible peut maintenant être démantelée afin de gagner de l'argent qui servira à améliorer une autre pièce ou vos armées. Les gemmes peuvent aussi être fusionnées afin de devenir plus efficaces et, si vous n'êtes pas du genre à aimer l'amélioration via fusion et démantèlement, pas de problème, l'équipement peut aussi être amélioré via des défis directement disponibles dans la description des objets. Et si vous n'aimez ni les défis, ni les gemmes, pas de problème, il vous suffira de tuer des orques afin de ramasser du meilleur équipement. La fonction de ramassage automatique s'avère d'ailleurs très vite indispensable car il est bien difficile de ramasser un objet tout en combattant une armée entière. Vous pourrez ainsi très bien vous préparer avant vos batailles ou tout simplement avant d'explorer la Terre du Milieu et découvrir tout son contenu. Car du contenu, il y en a énormément : si le jeu peut se terminer en 20-25 heures, il faudra au moins le double de ce temps afin de tout explorer.

Article rédigé par Mystère Mask , le

La Terre du Milieu : L'Ombre de la Guerre est l'exemple même du problème du fond et de la forme. Si la forme n'est clairement pas au point, il n'y a rien à dire sur le fond. C'est d'ailleurs assez étrange : on aurait pu penser que cette suite allait gommer les défauts du premier épisode. Eh bien non ! Ces défauts sont toujours là. Par contre, ce qui faisait sa force a été amélioré. C'est un choix assez compréhensible car après La Terre du Milieu : L'ombre du Mordor, les choses qui restaient en tête étaient son gameplay et le Nemesis System et, comme on dit, il vaut mieux se concentrer sur ses forces plutôt que sur ses faiblesses.

Comme son prédécesseur, La Terre du Milieu : L'Ombre de la Guerre n'est pas parfait mais il apporte de bonnes améliorations à la formule d'origine. Si vous avez aimé le premier opus, vous aimerez le second. Si vous n'avez jamais joué au premier, celui-ci a de quoi vous convaincre quand même car, en fait, le principal défaut de La Terre du Milieu : L'ombre de la Guerre, c'est d'un peu trop ressembler à son aîné.

Points positifs

  • Nemesis System amélioré
  • Gameplay au poil
  • Beaucoup de contenu
  • Plus beau...

Points négatifs

  • ... Mais toujours en dessous des standards actuels
  • Histoire inintéressante
  • Personnages creux
  • Répétitivité des envirionnements

A propos de l'auteur

Mystère Mask

Mystère Mask

Inventeur du claquement de porte

Né en 1823 mais immortel grâce à un pacte passé avec Nicolas Cage, ce gus a eu l'idée de génie de faire breveter le claquement de porte, ainsi il empoche des royalties à chaque fois que dans le monde une porte se ferme un peu trop brutalement. C'est pour ça qu'après six titres de champion du monde poids lourd de Mahjong acrobatique il a décidé de se cloîtrer dans son chateau de Bavière dans lequel il peut passer ses journées à jouer à tout ce qu'il trouve et partager son avis... Même si personne n'en veut.

Contacter

Commentaires