Test : LEGO Worlds

LEGO Worlds - Xbox One

Genre : Constructions en briquettes

Date de sortie : 08 mars 2017

Genre
Constructions en briquettes
Date de sortie
08 mars 2017 - France
Développé par
TT Games
Edité par
Warner Bros. Games
Disponible sur
PC, PS4, Nintendo Switch, Xbox One

Après avoir ''legotisé'' pas mal de licences cinématographiques (Harry Potter, Le Seigneur des Anneaux, Star Wars...), le studio TT Games a finalement décidé de revenir aux fondamentaux de la marque Lego, à savoir : place à l'imagination et à la liberté. Avec Lego Worlds, qui a d'ailleurs déjà eu droit à un early access sur PC, les développeurs vont donc chasser sur les terres de Minecraft. Ne reste plus qu'à voir si le tout est aussi réussi que le titre de Mojang.

Test effectué à partir d'une version PS4

Mais avant de pouvoir laisser libre cours à son imagination, le joueur doit maîtriser toutes les mécaniques de ce Lego Worlds, qui se montre très différent des autres épisodes Lego. Et pour ce faire, les développeurs ont tout de même rajouté une sorte de mode Histoire, avec un narrateur, qui se pose donc en gros tutoriel. Bon, bien entendu, inutile de s'attendre à un scénario poussé : un astronaute tombe sur une planète et ambitionne de devenir un constructeur confirmé. Il va ainsi voguer de planète en planète et aider les habitants sur place afin de récupérer des briques jaunes. De quoi s'occuper un bon moment, puisque pas moins de 100 briques jaunes sont nécessaires pour pouvoir accéder à un mode totalement libre. Il est malgré tout plus que conseillé de ne pas prendre ce mode Histoire à la légère puisqu'il permet de maîtriser les nombreux outils mis à la disposition du joueur. Le premier d'entre eux, celui qui est d'ailleurs le plus utilisé, est l'appareil de découverte. Comme son nom l'indique, il permet de découvrir de nouveaux éléments. Concrètement, il suffit de le pointer vers quelque chose que l'on voit pour la première fois (un arbre, un PNJ, un animal, etc) et de valider pour le rajouter dans la liste d'objets utilisables. Une seconde validation permet pour sa part de l'acheter (en échange d'argent récupéré en brisant des éléments du décor), et donc de pouvoir s'en servir autant que désiré. Un habitant vous demande de lui amener un poulet ? Pas de souci, il suffit de le découvrir, l'acheter puis le dupliquer. Easy. Certains objets ne peuvent toutefois être découverts qu'une fois une quête achevée, et d'autres encore sont à récupérer dans des coffres.

Lego Worlds

Childhood memories

Mais cet outil n'est évidemment pas le seul, et d'autres éléments permettent de créer ou modifier à peu près tout ce que l'on veut. Un appareil permet ainsi de modifier la structure du sol, en créant des bosses ou des trous (et bien plus, la personnalisation étant très poussée), un second de peindre en envoyant des balles de peinture, un autre encore d'enregistrer n'importe quoi pour le ressortir à l'identique (utile pour les grosses constructions comme les maisons), et ainsi de suite. Sans oublier évidemment la construction brique par brique, un peu plus longue et fastidieuse mais permettant de vraiment créer l'objet de ses rêves. A ce sujet, précisons qu'absolument toutes les briques Lego sont disponibles dans Lego Worlds, tout comme tous les personnages, animaux et autres. Inutile en revanche de chercher des éléments venant de licences extérieures, elles ne sont ici pas représentées. Malgré tout, il y a déjà de quoi faire, le contenu de ce titre étant tout particulièrement généreux. Offerts très rapidement au joueur, tous ces outils sont qui plus est extrêmement faciles à prendre en main et permettent de s'amuser immédiatement. Et la magie opère d'ailleurs tout de suite : entre les possibilités apportées par les différents outils et les constructions à récupérer dans le titre, on ne sait pas vraiment où donner de la tête. Vais-je me construire une maison toute neuve ? Ou vais-je plutôt copier celle d'un PNJ ? Et pourquoi pas la copier mais la customiser selon mes goûts ? Et pourquoi pas créer des douves peuplées d'alligators ?

Lego Worlds

Néanmoins, il faut avant tout passer par la case résolution de quêtes avant d'en arriver là. Si, sur le papier, ce gros tutoriel semble être une bonne idée puisque permettant de maîtriser les outils du jeu, dans les faits ce mode est malgré tout assez long – pour rappel, il faut obtenir 100 briques dorées, soit en les trouvant dans le décor, soit en s'occupant d'un monstre particulier, soit en résolvant des quêtes (là encore, la liberté est de mise via de nombreux moyens de les résoudre), sachant que certaines ne peuvent pas être remplies dans l'immédiat. Il arrive en effet parfois qu'un PNJ demande un objet particulier qui ne peut pas être découvert sur sa planète, et que le joueur n'a pas encore rencontré dans son aventure. Il lui faut alors la mettre de côté pour revenir plus tard. Ce qui n'est de toute façon pas vraiment un problème puisque la recherche de nouveaux objets devient rapidement addictive. Elle se fait d'ailleurs par thèmes, puisque chaque planète visitée dans Lego Worlds baigne dans un univers spécial. Le monde des marécages permet ainsi de débloquer les zombies et les crocodiles, celui des bonbons d'obtenir des décorations sucrées et colorées, celui des volcans des herbes calcinées, et ainsi de suite. Un élément qui semble tout bête mais qui donne toujours envie d'en voir plus et de découvrir toujours plus de planètes, appelées ingame des ''biomes''. D'autant plus que, même si les thèmes finissent par revenir, des items inédits restent en permanence à récupérer. De quoi s'étonner pendant des heures et des heures de tout le contenu proposé. Précisons par ailleurs que tous ces biomes sont générés aléatoirement en début de partie, deux joueurs ne fouleront donc pas du pied les mêmes niveaux.

Lego Worlds

Tout est super génial... ?

Extrêmement et immédiatement fun sur le fond, Lego Worlds souffre en revanche de pas mal de problèmes sur la forme. Si les habitués de TT Games savent que leurs jeux souffrent de bugs et autres soucis techniques, ce nouvel opus ne déroge pas à la règle. Les temps de chargement sont assez longs, les PNJ sont souvent bugués – obligeant à recharger la partie afin de pouvoir valider leurs quêtes, il est parfois impossible pour d'obscures raisons de prendre un outil dans le menu radial, les ralentissements sont fréquents... Mais le pire reste tout de même la caméra, qui alterne entre la première et la troisième personne en fonction des situations. Souvent mal placée, elle se bloque constamment dans les murs lorsque le joueur se trouve dans des endroits exigus et elle gêne énormément la lisibilité lorsqu'il s'agit de créer des constructions de A à Z ou encore de terraformer le sol... Un problème qui est encore amplifié lorsque l'on joue en coopération en local, l'écran étant alors scindé en deux. Un autre problème lié à la réalisation de ce Lego Worlds est l'inventaire. Mal foutu, il est loin d'être intuitif et fait perdre un temps fou au joueur lorsqu'il cherche un élément bien particulier. Dommage, car ce simple petit problème ôte une partie du fun, et les joueurs les moins patients auront tôt fait de bâcler leurs constructions au lieu de les peaufiner à l'extrême, ce qui est pourtant le cœur du jeu. A condition évidemment qu'ils parviennent jusqu'au mode Libre : entre un mode Histoire longuet et des quêtes qui se ressemblent un peu toutes, le tout devient vite assez répétitif...

Article rédigé par Shauni Chan , le

Généreux dans son contenu, facile dans sa prise en main et bourré de potentiel, Lego Worlds réussit à atteindre son but premier : le fun. Une fois lancé dans le titre, difficile de ne pas retomber en enfance, à l'époque où l'on jouait avec un sceau de Lego plutôt qu'avec une manette, d'autant plus qu'il y a toujours quelque chose de nouveau à découvrir dans les nombreux mondes disponibles et que les outils mis à disposition du joueur sont très faciles à utiliser. Malgré tout, le nouveau soft de TT Games est pénalisé par sa répétitivité et par de nombreux soucis de réalisation, à commencer par un inventaire vraiment mal foutu, des problèmes de caméra, des bugs et autres temps de chargement parfois longuets. Assez gênants, tous ces soucis viennent ôter une partie du fun, et seuls les plus patients y trouveront leur bonheur pendant des heures et des heures.

Points positifs

  • Une liberté totale qui laisse libre cours à l'imagination
  • Un contenu plus que généreux
  • Prise en main et fun immédiats
  • Jouable en coop et en multi, offline et online
  • Toujours de nouvelles choses à découvrir

Points négatifs

  • Des soucis techniques pénalisants
  • Une inventaire mal foutu
  • Répétitif
  • Impossibilité de construire des véhicules
  • Des problèmes de caméra, et donc de lisibilité
  • Un mode Histoire peut-être un peu trop long avant de pouvoir faire ce que l'on veut

A propos de l'auteur

Shauni Chan

Shauni Chan

Caution féminine

Détentrice d'un Baccalauréat P (pour ''platformer'') option Sonic the Hedgehog, Shauni Chan a ensuite obtenu avec brio sa licence en Nintendo, spécialisation The Legend of Zelda. Elle est devenue par la suite Docteur ès RPG japonais grâce à sa note maximale lors de l'épreuve Tales of.

Contacter

Commentaires