Test : Tropico 6

Tropico 6 - Xbox One

Genre : City-builder

Date de sortie : 27 septembre 2019

Genre
City-builder
Date de sortie
27 septembre 2019 - France
Edité par
Kalypso Media
Disponible sur
PC, PS4, Xbox One
Modes de distribution
Boutique
Xbox Live Arcade

Déjà disponible sur PC depuis un bon bout de temps, Tropico 6 est désormais de sortie sur Xbox One et PlayStation 4. Une version console que nous nous sommes évidemment empressés d’essayer. Après tout, pourquoi seuls les possesseurs PC auraient le droit de jouer les dictateurs ?

Test effectué à partir d'une version PS4

Avec Tropico 6, on prend les mêmes et on recommence : les habitués ne seront donc pas surpris de retrouver El Presidente, dictateur gérant son petit empire au cœur des Caraïbes, le tout dans des époques évoluant au fur et à mesure (Guerres Mondiales, Époque Coloniale, etc). Jeu de gestion de son état, Tropico demande donc de mettre en place toute une chaîne de production afin d’exporter des biens et de rentrer de l’argent, les éléments les plus transformés coûtant bien entendu plus cher. Par exemple, on ira bien vite construire une usine à rhum à côté d’un champ de sucre, le rhum se vendant à un meilleur prix. A ce principe de base se rajoute bien entendu la politique, avec la gestion des différentes factions (religieux, communistes…) et des rebelles lorsqu’il y en a. Enfin, il est aussi important d’être en bons termes avec la population, les habitants de Tropico pouvant éjecter El Presidente durant des élections s’ils ne sont pas assez heureux (les rustres).

Make Tropico great again !

Vous l’aurez sans doute déjà compris si vous êtes un habitué de la série : ce n’est pas avec ce nouvel opus que vous perdrez vos marques. Si quelques petites nouveautés sont de la partie, les changements ne sont pas suffisamment importants pour bouleverser totalement la manière d’appréhender une partie, mais nous y reviendrons plus tard. Au sujet des nouveautés, donc, il y a tout d’abord la Crique des Pirates. En échange de points (qui augmentent au fur et à mesure), les bougres peuvent partir faire des raids qui prennent un certain temps. Au bout de plusieurs mois ingame, ils ramènent ainsi des immigrés, de l’argent, des matières premières (peaux, bananes, etc) ou encore des bâtiments étrangers célèbres comme la Tour Eiffel ou le Taj Mahal, rien que ça ! Il est même possible sous certaines conditions de faire d’autres petites choses pas très catholiques, comme aller saboter d’autres superpuissances afin de faire plaisir à certaines factions.

Tropico 6

Si les raids peuvent sembler au premier abord relativement secondaires, et servir essentiellement à ramener de l’argent, les éléments que les pirates ramènent peuvent aussi se montrer particulièrement utiles lorsque certaines matières premières manquent sur les îles du joueur. Vous ne pouvez pas créer de plantations de sucre afin de créer du rhum ? Il vous suffit d’envoyer vos pirates en chercher et l’usine tournera ensuite à plein régime une fois le bateau de retour au quai ! Une bonne manière de créer toujours plus de choses à exporter, surtout dans les cartes où les matières premières viennent à manquer, et donc de ramener de l’argent en plus. De l’argent qu’El Presidente pourra détourner et placer sur son compte en Suisse via le négociant, l’autre ''grosse'' nouveauté de ce Tropico 6. Une nouveauté néanmoins en demi-teinte puisque l’homme remplace en fait le système de dynastie.

Tropico 6

Parce que c'est notre projet !

Régulièrement, le négociant va ainsi proposer à El Presidente différentes petites choses en échange de l’argent placé sur ce compte en banque secret. Il est par exemple possible de débloquer un plan qui aurait autrement coûté plus cher, voire un nouveau décret, ou encore de flatter les relations avec l’une ou l’autre des factions. Un changement bienvenu et qui peut parfois réellement sauver la mise du joueur. Enfin, Tropico 6 a décidé de s’étendre puisque la ‘’république’’ du dictateur peut désormais s’étaler sur plusieurs îles. Un changement qui vient un peu chambouler la manière de jouer puisque cela permet de créer des ponts et autres tunnels creusés dans les montagnes. Mais cela risque aussi de rallonger le temps que mettent les citoyens à rejoindre leur travail : il faut donc revoir sa gestion à ce niveau-là, en construisant par exemple des habitations à côté des différents bâtiments, voire en créant des lignes de bus ou de métro, sous peine de voir une réduction drastique de sa production. Mais pas de panique, on apprend bien vite à régler les quelques soucis qui peuvent apparaître à ce niveau.

Tropico 6

Et si toutes ces nouveautés sont plutôt bienvenues, même si on apprend bien vite à les utiliser et qu’elles ne changent au final que très peu le cours des parties, on regrette néanmoins l'absence d’outils de microgestion pourtant présents dans bien d’autres jeux du genre. Prenons par exemple le trafic : il n’est pas possible de le gérer comme on le souhaite. Il n’est par ailleurs pas rare de voir des usines manquer de matières premières sans que l’on comprenne pourquoi et sans que l’on puisse réellement y faire quelque chose. On aurait également apprécié de pouvoir mieux gérer l’économie des bâtiments. En l’état, si jamais on manque de rentrées d’argent, il est relativement fastidieux de relever la barre en réduisant les budgets des uns et des autres. Un manque de lisibilité, qui se ressent aussi au niveau des différents filtres présents, que l’on aurait aimé ne pas voir dans un jeu de gestion de 2019…

Tropico 6

Yes we can (à sucre) !

Toujours au registre des doléances, on regrette la répétitivité des demandes des différentes factions, peu importe la map choisie. Les mêmes personnages disent toujours les mêmes choses et proposent toujours plus ou moins les mêmes quêtes. Dommage… En revanche, bon point en ce qui concerne le mode Campagne qui permet de varier les plaisirs en fixant des objectifs très précis, contrairement au Bac à Sable : ici une carte axée sur la piraterie, là une partie où le négociant tient une place importante, ici encore une mission demandant de transformer Tropico en véritable paradis du chocolat… Bref, on ne s’ennuie pas et on varie les plaisirs, chaque nouvelle mission proposant un challenge différent. Précisons tout de même que la courbe de difficulté semble un peu aléatoire, notamment en ce qui concerne l’argent. Bref, essayez d’éviter de tomber dans le rouge ou vous n’êtes pas sortis des ronces…

Article rédigé par Shauni Chan , le

Tropico 6 ne réinvente pas la formule mais continue ce que ses prédécesseurs ont fait avec succès. On apprécie ainsi toujours d’incarner El Presidente et de développer au mieux son petit paradis caribéen de manière plus ou moins légale. En revanche, il est difficile de pardonner l’absence de certains outils aujourd’hui essentiels dans un jeu de gestion, ainsi que celle de réelles grosses nouveautés venant totalement bouleverser le gameplay, même si quelques petits ajouts sont bel et bien de la partie. Bref, un épisode un peu ronronnant qui fait le job mais ne surprendra pas les fans.

Points positifs

  • Quelques petites nouveautés (archipels, pirates…)...
  • Maniabilité à la manette correcte
  • Un mode Campagne diversifié
  • Aventure toujours agréable à découvrir...

Points négatifs

  • ...Mais qui ne révolutionnent pas l’aventure
  • Manque d’outils essentiels
  • Quêtes annexes répétitives
  • ...Mais un peu de folie, bon sang !

A propos de l'auteur

Shauni Chan

Shauni Chan

Caution féminine

Détentrice d'un Baccalauréat P (pour ''platformer'') option Sonic the Hedgehog, Shauni Chan a ensuite obtenu avec brio sa licence en Nintendo, spécialisation The Legend of Zelda. Elle est devenue par la suite Docteur ès RPG japonais grâce à sa note maximale lors de l'épreuve Tales of.

Contacter

Commentaires