Test : Crash Bandicoot 4 : It's About Time - Xbox One

Crash Bandicoot 4 : It's About Time - Xbox One
Partager
Vingt-deux ans. Il aura fallu vingt-deux très longues années ainsi que plusieurs générations de consoles avant d'avoir enfin droit à une suite directe à Crash Bandicoot 3 : Warped. Mais ça y est, il est enfin là, tout beau, tout neuf : Crash Bandicoot 4 : It's About Time. Disponible sur PS4 et Xbox One (ben alors, on fait des infidélités à Sony ?), ce titre méritait-il cette attente de VINGT-DEUX ANS, RAPPELONS-LE ?

Test effectué à partir d'une version PS4

Sans grande surprise, il va encore une fois falloir battre Neo Cortex (ce qui d'ailleurs est sujet d'une petite blague ingame), ce vil savant fou n'ayant pas laissé tomber son idée de dominer le monde. Sauf qu'un monde ne lui suffit plus, et ce sont tous les mondes alternatifs qu'il désire conquérir aux côtés de N. Tropy. Ce qui déclenche (là encore, sans grande surprise) quelques petits soucis au niveau des dimensions et ce sera la mission de Crash et de sa sœur Coco de remettre tout ça dans l'ordre, avec l'aide de masques aux pouvoirs inédits, mais aussi de personnages... un peu surprenants.
 

Crash test

Dès le départ, ce Crash Bandicoot 4 : It's About Time transpire la nostalgie par tous les pores. Déjà au niveau de la map, qui opte pour la même forme que celle du tout premier épisode (à savoir une carte vue du dessus et sur laquelle on ne peut se déplacer que pour aller d'un niveau à l'autre), au niveau de tous les clins d’œil que l'on peut trouver (une bouée Spyro, un ballon Skylanders, des niveaux ressemblant aux niveaux emblématiques de la série, etc) ou tout simplement pour son gameplay qui reprend le même principe que la trilogie originelle sortie sur PlayStation première du nom. On se retrouve donc avec des niveaux balisés dans lesquels le joueur doit avancer, tuer des ennemis, éviter des pièges et détruire des caisses. Impossible de contrôler la caméra, celle-ci bougeant toute seule en fonction de la manière dont est agencé le niveau : derrière le personnage la plupart du temps, devant lui en cas de course-poursuite ou encore sur le côté pour les phases side-scroller. Bref, rien de bien neuf à ce niveau et les habitués seront clairement en terrain conquis.
 
Crash Bandicoot 4 : It's About Time

En revanche, Toys for Bob a décidé pour cet épisode d'allonger la durée des niveaux – certains semblant d'ailleurs parfois interminables – et de rehausser la difficulté, cette dernière ayant baissé petit à petit à chaque opus. Crash Bandicoot 4 : It's About Time est relativement ardu, avec assez peu de masques protecteurs à récupérer et de checkpoint à activer, même si le titre offre justement un masque et un checkpoint si le joueur meurt trop souvent au même endroit. Une difficulté parfois injuste, le titre souffrant hélas d'un gameplay pas toujours au top. On pense avant tout aux sauts assez imprécis, et ce même si un petit rond jaune est situé sous Crash (ou Coco) afin de voir où l'on va atterrir. Malheureusement, ce système ne suffit pas toujours et il arrive bien souvent de tomber dans le vide à cause d'une impossibilité de jauger correctement la distance. On peut également rajouter à ce souci certains ennemis dont le point faible n'est pas forcément évident ou encore la difficulté à se mouvoir correctement sur les surfaces glissantes. Autant d'éléments assez problématiques pour un platformer...
 
Crash Bandicoot 4 : It's About Time

Balance ton Crash

Pourtant, malgré ces problèmes de maniabilité, force est de constater que le plaisir est là, en tout cas pour tous les ''vieux de la vieille'' qui ont adoré la trilogie originelle. Le feeling revient immédiatement, on apprécie de découvrir les nouveaux niveaux, de voir quelle mimique absurde Crash fera lorsqu'il mourra, et ainsi de suite. La découverte des pouvoirs des nouveaux masques est également plutôt sympa, même si l'on se retrouve sur du grand classique du platformer, l'un d'entre eux venant ainsi ralentir le temps pendant quelques secondes, à utiliser par exemple pour ralentir la chute de blocs de glace. Nous ne spoilerons pas ici tous les pouvoirs des masques, mais sachez tout de même qu'ils permettent d'offrir un peu de diversité dans le gameplay. Ils ne sont toutefois pas tous disponibles en permanence, le titre ne les proposant que de temps à autres sur des tronçons bien précis de niveaux.
 
Crash Bandicoot 4 : It's About Time

La diversité dans le gameplay provient aussi des différents personnages à incarner, à l'exception de Coco puisqu'elle dispose de tous les mêmes coups que son frère Crash et peut être jouée dans tous les niveaux. Tawna, par exemple, est armée d'un grappin pouvant éliminer les ennemis à distance ou lui permettant de se propulser en avant ; Cortex utilise son pistolet pour transformer des adversaires en plates-formes ; et Dingodile trimballe son aspirateur pour... hé bien, aspirer des trucs. Une petite sucrerie sympa, mais là encore loin d'être originale. Dommage, car les niveaux alternatifs dans lesquels ils sont à incarner sont une bonne idée, même s'ils transpirent le remplissage. Tout comme les modes coop' ou inversés d'ailleurs, ou encore la carotte que propose Crash Bandicoot 4 : It's About Time pour atteindre les 100%, les gemmes permettant essentiellement de débloquer des skins, certes absurdes, mais totalement inutiles. On apprécie en revanche les niveaux Flashback à débloquer via des cassettes et venant mettre à rude épreuve les skills du joueur en ce qui concerne la gestion des sauts.
 
Crash Bandicoot 4 : It's About Time

Coco nuts

Crash Bandicoot 4 : It's About Time coche également toutes les cases du cahier des charges du bon platformer en ce qui concerne les environnements qu'il fait traverser. Que ce soit la jungle, le volcan, le marais ou encore la montagne enneigée, elles répondent toutes présent. La bonne nouvelle, c'est que tous les décors sont de petites pépites pour la rétine, avec une direction artistique colorée et de nombreux détails à découvrir en avant ou arrière-plan. Certains niveaux sortent même un peu du lot, comme le niveau carnaval mettant l'accent sur la musique. Nous n'avons constaté aucun ralentissement sur PlayStation 4, en revanche les temps de chargement sont souvent bien trop longs, et on espère qu'un patch viendra un peu corriger ça. Précisons enfin que le tout est intégralement doublé en français, avec des acteurs qui cabotinent à mort et viennent souligner l'aspect absurde et humoristique du titre de Toys for Bob.
Si vous avez aimé la trilogie originelle, ce Crash Bandicoot 4 : It's About Time ne devrait pas vous laisser de marbre. Le feeling de l'époque revient immédiatement, on apprécie de découvrir les quelques nouveautés (notamment apportées par les masques) et les petits clins d’œil nostalgiques sont toujours agréables. On aurait en revanche apprécié un peu plus de prise de risque, tout ce qui est proposé ici cochant toutes les cases du cahier des charges du bon platformer, ainsi qu'une petite correction au niveau du gameplay, toujours aussi imprécis. De quoi, peut-être, rebuter les nouveaux venus.
08 octobre 2020 à 13h46

Par

Points positifs

  • Le feeling de l'époque
  • Les nombreux clins d’œil qui font plaiz'
  • Direction artistique très jolie
  • Un challenge velu, mais qui s'adapte au joueur
  • Pas mal de contenu (coop', niveaux inversés, niveaux alternatifs, flashbacks, etc)

Points négatifs

  • Des niveaux parfois trop longs
  • Pas beaucoup de prise de risque
  • Les persos secondaires assez peu intéressants
  • Des temps de chargement trop longs
  • Gameplay trop imprécis

Gribouillé par...

Shauni Chan

Shauni Chan

Caution féminine

Détentrice d'un Baccalauréat P (pour ''platformer'') option Sonic the Hedgehog, Shauni Chan a ensuite obtenu avec brio sa licence en Nintendo, spécialisation The Legend of Zelda. Elle est devenue par la suite Docteur ès RPG japonais grâce à sa note maximale lors de l'épreuve Tales of.

Twitter : Shauni_Chan

Revenir en haut