Souris HyperX Pulsefire Dart

Souris HyperX Pulsefire Dart

Dans Matériel, par Lorris le 19 décembre 2019

Embarquant également dans la course du « sans fil », HyperX propose en cette fin d’année sa Pulsefire Dart, une souris sans fil taillée pour le jeu.

Après les tentatives de création de la souris filaire la plus réactive, le marché des constructeurs de périphériques « gaming » s’attèle activement pour produire la souris sans fil parfaite, celle qui arrivera à reproduire les sensations d’une filaire, mais sans s’encombrer des petits désagréments. Alors que l’on testait, il y a quelques mois, la SteelSeries Rival 650 plutôt solide dans le genre, voilà que l’opportunité de tester la dernière Pulsefire Dart de chez HyperX est arrivée. Évidemment axée pour le jeu et sans fil de surcroît, la Pulsefire Dart est une souris qui, une fois sortie de son emballage, montre une esthétique extrêmement sobre, dans sa belle robe noire.


Sans excentricité ni design tiré par les cheveux, la Pulsefire Dart présente des mensurations plutôt standards pour une souris de joueur : 110 grammes dans la main, ce qui est plutôt dans la moyenne haute des poids (inhérent à l’aspect sans fil où le périphérique doit embarquer quelques composants supplémentaires), pour une longueur de 125 mm et une largeur de 44 mm. Sa forme, très légèrement bombée à droite et incurvée sur la gauche, s’adapte à peu près à toutes les mains, mais uniquement pour les droitiers. Le dessus de la souris est fait de plastique dur lisse tandis que les côtés, en cuir robuste, présentent de légères aspérités, très confortables sous les doigts, pour éviter de transpirer et mieux agripper la souris. Comme beaucoup d’autres, la Pulsefire Dart présente six boutons dont cinq programmables : les deux clics, les deux boutons latéraux, le clic de la molette ainsi que le petit bouton pour changer le niveau du DPI (ce dernier allant jusqu’à 16 000). Si on cherche une souris pleine de boutons, idéale pour la pratique du MMORPG, on préférera passer son tour sur la Pulsefire Dart. Les clics sont nets et précis tandis que la molette est aussi agréable au toucher.

HyperX Pulsefire Dart

Bien évidemment, qui dit souris sans fil dit capteur nécessaire : très discret et pas plus gros qu’une mini clé-USB, ce dernier peut directement se brancher sur votre ordinateur. Si la distance entre vous et votre PC met la souris à la peine, il y a toujours un prolongateur présent dans la boite, se connectant directement au câble de rechargement et vous permettant de switcher très rapidement entre mode sans fil et mode filaire tout en restant toujours à portée de votre périphérique. D’ailleurs, en terme de feeling souris en main, on a vraiment l’impression d’utiliser une filaire tant le délai de réponse est faible (imperceptible pour ma part). La sensation de glisse de la souris est également très bonne, aucune sensation granuleuse ou de petites imperfections ne viennent gêner le mouvement sur le tapis qui doit rester fluide en toutes circonstances. De plus, une charge complète permet une utilisation de 90h ou 50h lorsque l’éclairage LED est allumé, ce qui est un vrai confort et une réussite de la part du constructeur.

HyperX Pulsefire Dart

Jouant souvent à des jeux taillés pour l’esport comme des RTS ou des FPS nécessitant des temps de réaction assez courts, la Pulsefire Dart ne m’a jamais empêché de parfaitement réaliser les actions au moment où je le désirais. C’est en grande partie grâce au capteur Pixart PMW3389 (que l’on avait déjà rencontré sur la MadCatz R.A.T. 8+), qui fait des merveilles et reste l'un des meilleurs capteurs du marché à l’heure actuelle. De ce fait, la souris encaisse les accélérations sans aucun souci : nous avons testé des mouvements courts et très précis sur une petite surface (pour les RTS ou les MOBA) comme d’amples mouvements rapides sur très grande surface (les FPS). Bilan, en aucun cas la souris ne perd le mouvement, que cela soit en filaire ou débranchée et à distance. Côté résistance et durabilité, une utilisation assez intensive de trois semaines a commencé à légèrement ronger les pads, reste à voir si cela reste une détérioration « normale » pendant les premières semaines où vous jouerez avec la souris.

HyperX Pulsefire Dart

Enfin, la personnalisation de la Pulsefire Dart est compatible avec le HyperX NGenuity, le fameux logiciel un poil bancal de la marque. Comme nous l’avions déjà souligné dans des tests précédents du même constructeur, le NGenuity est loin de faire l’unanimité tant il est peu ergonomique et assez moche. Même s’il permet de régler l’agencement général des LED sur la souris et personnaliser les touches, il ne peut y avoir qu’un seul profil enregistré, ce qui limitera l’utilisation de la souris à un usage global sans avoir de « mapping » différent pour chaque jeu.

HyperX Pulsefire Dart


Sans vraiment « révolutionner le game », la Pulsefire Dart est une souris sans fil qui fait le boulot et le fait bien. Sans mécaniques incroyables, révolutionnaires ou même très spécialisées, ce périphérique a le mérite de proposer des fonctionnalités indispensables lorsqu’on espère jouer sans contraintes et même de manière un peu compétitive. Le côté sans fil est irréprochable (aussi bien dans la précision du mouvement que dans l’autonomie) et les matériaux et composants utilisés sont d’une belle qualité. On pourra lui reprocher un manque de personnalisation approfondie via le logiciel constructeur qui n’évolue toujours pas et une vraie interrogation concernant la durabilité des pads.

Commentaires