Nous avons essayé les prochains jeux de la gamme PlayLink

Nous avons essayé les prochains jeux de la gamme PlayLink
Partager
En plus de Qui es-tu ?, Sony a encore plusieurs titres sous le coude pour sa gamme PlayLink, ces titres PS4 à jouer à plusieurs sur smartphones et / ou tablettes (via une application gratuite). Nous avons pu approcher trois de ces jeux à venir durant un événement spécial, voici donc nos premières impressions sur tout ce beau monde, destinés pour rappel à faire aimer le jeux vidéo à ceux qui y sont réfractaires, mais aussi à permettre de jouer entre potes sans avoir à posséder une quantité indécente de manettes. 


Frantics



Frantics


Frantics regroupe de un à quatre joueurs et compile plusieurs mini-jeux dans lesquels le chacun pour soi est souvent de mise. Nous n'avons toutefois pu en essayer qu'une petite poignée, et ils nous ont laissé un petit goût d'inachevé, voire de redite. Par exemple, celui où les joueurs se trouvaient sur la glace et devaient pousser les autres dans le vide (en penchant le smartphone) faisait fortement penser à un certain Crash Bash sur PS1, les malus à infliger en plus. Ou encore ce petit jeu de kart avec une physique proche d'un Trials, qui permet là encore de filer des handicaps aux autres, même si ces derniers peuvent finalement s'avérer utiles... Celui qui nous a le plus convaincu, c'était le dernier : il s'agissait de rester à deux sur une planche afin d'allumer toutes les lampes du dessus. Afin de se rendre là-dessus, il s'agissait de se propulser avec un canon puis d'expulser les autres pour rester en place. Évidemment, dans ce cas-là, la stratégie et le copinage sont de mise puisqu'il faut forcément être à deux pour gagner... Bref, un mini-jeu plutôt sympa.

Frantics

 
Mais au fond, ce n'est pas tant le fait que les mini-jeux soient assez classiques qui nous chagrine, mais plutôt le rythme. Les explications avant chaque partie sont un peu trop longuettes par rapport à la durée réelle durant l'un des jeux, qui ne dépasse par la poignée de secondes en règle générale. Dommage, ce genre de titres étant vraiment amusant lorsque les parties s'enchaînent rapidement... On a également quelques doutes sur les missions secrètes parfois données par ''l'animateur'' de Frantics, un renard visiblement ivre (comme tous les animaux incarnés par les joueurs, d'ailleurs), qui ne semblent pas vraiment influer sur le cours de la partie. On attendra donc de voir sur le long terme afin de savoir si le potentiel amusant est bel et bien là, où si on laissera tomber le tout au bout d'une poignée de parties.

Knowledge is Power


Knowledge is Power

Knowledge is Power met en avant, comme son nom l'indique pour les plus anglophones d'entre vous, les connaissances. De deux à six joueurs peuvent donc s'adonner à ce quizz qui regorge de questions aux sujets variés (cuisine du monde, alcool, philosophie, cinéma, Internet...), le but étant bien entendu de donner la bonne réponse parmi quatre possibilité, mais aussi de répondre vite. Les points accordés à chacun sont ainsi basés sur un chrono, le plus rapide récoltant donc logiquement le plus gros score. Plusieurs rounds sont de la partie, pour finir sur un légèrement différent : deux thèmes sont proposés et il faut placer les bonnes réponses au bon endroit. Par exemple, si les thèmes sont Bill Murray et Robbin Williams, il faut placer Ghostbusters chez Bill Murray et Jumanji chez Robbin Williams. Là encore, il s'agit d'être rapide pour avoir le temps de placer le plus de réponses au bon endroit.

Knowledge is Power

 
Évidemment, juste un quizz comme ça serait un peu trop simple, il fallait donc un peu de rivalité pour rajouter un peu de piquant. Il est donc proposé aux joueurs d'infliger des malus aux autres, histoire de les ralentir lorsqu'ils doivent répondre. On peut ainsi invoquer de la glace qu'il faudra tapoter sur l'écran du smartphone pour la briser et pouvoir répondre, du blob qu'il s'agira d'essuyer ou encore des bombes que la victime devra éviter. Un seul handicap peut être donné à la fois, et seulement à une seule personne, parce que faut pas abuser. Enfin, il est aussi parfois possible d'imposer son choix de sujet aux autres lorsque l'on est le seul à le choisir. Bref, vous l'aurez compris : Knowledge is Power propose un concept simplissime mais très accrocheur, et l'on pense qu'effectivement il a le potentiel d'animer quelques soirées chez les possesseurs de PlayStation 4, ainsi que de regrouper devant la télévision aussi bien les gamers que ceux qui n'apprécient que moyennement le jeu vidéo.

Hidden Agenda


Hidden Agenda

Développé par le studio derrière le sympathique Until Dawn, Hidden Agenda en reprend tous les codes : un film interactif (ici une enquête policière) dans lequel le joueur doit souvent effectuer des choix qui influent sur la suite des événements, le tout porté par un rendu graphique impressionnant. La différence, c'est qu'ici il est possible de jouer jusqu'à six et que chacun peut effectuer ses propres choix. A certains moments-clés (qui semblent d'ailleurs relativement nombreux), le jeu se met en pause et il est demandé de choisir entre deux actions à effectuer. Par exemple, avec un duo de policiers : se séparer pour fouiller une maison ou rester ensemble ? Parfois, seule la majorité l'emporte, mais il arrive aussi que tous les joueurs doivent se mettre d'accord pour progresser, quitte à devoir argumenter les uns avec les autres, et donc de casser le rythme du titre... D'autres choix, misant un peu plus sur l'action comme par exemple faire feu ou pas, doivent en revanche être effectués dans un certain timing.

 
Hidden Agenda

Évidemment, d'autres subtilités viennent se greffer à tout ça. Il est parfois proposé aux joueurs une ''intention cachée'' et ils doivent donc influer sur les autres afin que ces derniers fassent le même choix qu'eux. D'autres fois, un seul participant peut faire un choix suite à une question répondue en amont par tous (du genre ''Qui gère le mieux le stress parmi les joueurs ?''). Bref, une jolie variété qui, on l'espère, gardera de l'intérêt sur le long terme. Comme dit précédemment, on a un peu peur que le rythme soit parfois gâché par tout ça, la faute au fait que l'on doive à certains moments attendre l'unanimité pour progresser, on attendra donc une fois encore d'avoir le titre en entier pour savoir si le tout se montrera convaincant. Bien entendu, la qualité de la narration joue également pour beaucoup dans ces cas-là, mais on a toute confiance en Supermassive Games là-dessus, Until Dawn ayant été plutôt réussi à ce niveau-là.

Dans l'ensemble...

... Nous avons été plutôt emballés par les prochains titres de la gamme PlayLink, mis à part Frantics qui a l'air un peu plus poussif. Mais, bien entendu, difficile de savoir si les jeux se montreront toujours aussi convaincants et intéressants sur le long terme, et si la promesse de rameuter les gens devant la console via smartphones et tablettes sera honorée. Il faudra attendre les sorties de ces jeux, à des dates encore inconnues, pour nous faire un avis définitif. Réponse dans quelques semaines (mois ?).
15 octobre 2017 à 20h04

Par Shauni Chan

Autres news...

Gribouillé par...

Shauni Chan

Shauni Chan

Celle qu'on ne voit pas

Détentrice d'un Baccalauréat P (pour ''platformer'') option Sonic the Hedgehog, Shauni Chan a ensuite obtenu avec brio sa licence en Nintendo, spécialisation The Legend of Zelda. Elle est devenue par la suite Docteur ès RPG japonais grâce à sa note maximale lors de l'épreuve Tales of.

Twitter : Shauni_Chan

Revenir en haut