Preview : Nioh 2

Nioh 2 - PS4

Genre : Action RPG

Date de sortie : 1er trimestre 2020

Genre
Action RPG
Date de sortie
1er trimestre 2020 - France
Développé par
Team Ninja
Edité par
Tecmo Koei
Disponible sur
PS4
Modes de distribution
Boutique
PlayStation Network

En février 2017, le neuf pour être précis (c’était un jeudi, et il faisait un froid de canard), la Team Ninja nous livrait Nioh. Ce jeu, à la difficulté relevée, empruntait bon nombre d’éléments à la saga des Souls, au point que certains y ont vu une version revisitée des titres de From Software. Mais, en y regardant de plus près, il est vite devenu évident que la Team Ninja ne s’est pas contentée d’un copié/collé bête et méchant, donnant à son titre une identité propre. Nioh ayant rencontré un joli succès, une suite est en préparation. Nous l’avons essayé, et voici ce que nous en avons pensé.



Lors de cette session, nous avons eu accès à deux démos, l’une étant jouable au Tokyo Game Show (je vous invite à lire la preview de Wildchoc), l’autre étant réservée à la presse. C’est sur cette dernière que nous allons nous attarder ici. Comme Wildchoc l’a déjà expliqué, le grand absent de cette suite, c’est William Adams. Ce dernier laisse sa place à un avatar que vous façonnerez selon votre bon plaisir. Si l’éditeur était bloqué dans cette démo, il semble néanmoins disposer de suffisamment d’options pour vous permettre de passer vos premières heures de jeu dessus, à peaufiner votre avatar. Pour cette session, nous avons dû nous contenter d’un avatar masculin et de sa contrepartie féminine.

Une nuit en enfer


Dans cette seconde démo, nous nous sommes frayé un chemin dans un village en flammes. Les ennemis de base, un genre de gnôme, ne posent pas de réelle difficulté. Ils peuvent gagner en taille et en force en mangeant leurs congénères mais, même dans ce cas, une bonne maîtrise de l’esquive vous permettra de vous en sortir sans grande difficulté. C’est quand vous êtes confrontés à un opposant plus évolué que cela se corse sévèrement. Et c’est un euphémisme. Vous pouvez oublier le button-mashing, à moins d’avoir des envies suicidaires : pour les vaincre, il faudra apprendre leurs patterns et trouver des ouvertures à exploiter. Bref, il faudra élaborer une stratégie. D’autant plus que l’environnement peut, lui aussi, vous nuire, un passage dans les flammes entamant grandement votre jauge de santé.
 

“Ils m’ont dit qu’elle était chaude. Moi, je pensais qu’y avait moyen…” Jawad


Pour les boss, il vous faudra maîtriser l'ensemble des éléments de gameplay, avec une marge d’erreur beaucoup plus limitée. C’est dur, très dur. Celui que nous avons rencontré s’apparente à une folle furieuse dans un fauteuil roulant enflammé. Et, aussi dur que cela puisse être pour notre ego, nous nous sommes fait écraser à de multiples reprises. Néanmoins, malgrés les corrections à répétition, nous avons perçu des ouvertures. Elle était clairement prenable (sans mauvais jeu de mots, bande de petits coquins), et cela nous a poussé à retenter notre chance plusieurs fois, à nous dépasser. C’est la grande qualité du titre : donner cette petite lueur d'espoir pour mieux vous broyer derrière. Nous n'avons pas réussi à la vaincre, mais on imagine aisément la satisfaction qui vient avec la victoire.


Article rédigé par pattoune , le

Ce (deuxième) premier contact avec Nioh 2 fût éprouvant. Comme tout bon jeu ''masocore'', il demande une bonne maîtrise du gameplay et une concentration de tous les instants. Il ne pardonne aucune erreur, mais reste juste. On est autant emballé par cette démo que par celle du TGS. Il ne reste plus qu’à espérer que l’ensemble du titre soit de ce niveau.

A propos de l'auteur

pattoune

pattoune

Ours savant

Davantage ours que savant, ce con n'a pas compris que l'hibernation c'est en hiver. Résultat, il reste cloitré dans sa grotte à longueur d'année. Ce qui arrange bien du monde. Mais ce n'est pas un mauvais bougre. Il est même plutôt drôle à l'occasion. C'est souvent à ses dépens mais chut, il faut pas le dire. Ayant été récemment rattrapé par l'eau courante et l'électricité, il est désormais en mesure, après avoir difficilement assimilé les bases de l'hygiène corporelle, de nous livrer tests, news et autres contenus enchanteurs. Il nous reste plus qu'a espérer qu'il ne lui vienne pas l'idée de faire prendre un bain à son PC... Trop tard.

Contacter

Commentaires