Test : Bravely Default II - Nintendo Switch

Bravely Default II - Nintendo Switch
Partager
Après avoir débuté sur 3DS en 2012, la série des Bravely Default débarque désormais sur Nintendo Switch via Bravely Default II, qui n'est pourtant pas une suite du premier opus malgré son nom. Alors, la qualité est-elle toujours au rendez-vous pour ce changement de support ?

Test effectué à partir d'une version Nintendo Switch

Comme nous vous le disions dans notre preview toujours disponible à cette adresse, ce Bravely Default II propose de suivre une toute nouvelle aventure et n'a donc pas vraiment de rapport avec les épisodes précédents. On fait la rencontre dès le départ de Seth, jeune homme échoué sur une plage suite à une tempête en mer. Heureusement, il est rapidement secouru par la princesse Gloria ainsi que par son allié de longue date, le vieux Sloane. Une fois de nouveau sur pieds, Seth apprend bien vite que ses deux sauveurs sont à la recherche de cristaux, ces derniers ayant été perdus et risquant de déclencher des cataclysmes... et donc de détruire le monde. Rejoint assez rapidement par l'érudit Elvis et la mercenaire Adèle, le petit groupe part à l'aventure et, vous imaginez bien, ce long voyage ne sera pas de tout repos.

Plein les mirettes

Les deux épisodes de Bravely Default sortis sur 3DS optaient à l'époque pour une direction artistique magnifique, à base d'environnements dessinés à la main et de personnages d'aspect chibi et forcément très mignons. Ce Bravely Default II ne change pas une équipe qui gagne et reprend donc la même patte graphique que ses aînés. Là encore, les décors sont une vraie petite pépite pour les yeux et c'est avec un réel plaisir que l'on découvre les villes les unes après les autres. Si elles baignent toutes dans une ambiance particulière (par exemple, la seconde est une oasis dans le désert et propose donc quelque chose de très oriental), elles ont toutes en commun le souci du détail, que ce soit à l'intérieur ou à l'extérieur des bâtiments, et le titre prend un malin plaisir de nous en mettre plein les mirettes en faisant des zooms et dézooms, histoire d'être sûr que l'on en profite au maximum.

Bravely Default II

Forcément, avec de telles villes, les autres environnements sont un peu moins convaincants. La map se montre pour sa part plus générique, tout comme les différents donjons (sans parler des combats contre les boss qui n'ont même pas le droit à un véritable décor en arrière-plan), de l'aliasing est présent et les modèles 3D des personnages et monstres ne sont pas forcément tous très réussis. Globalement, d'ailleurs, la réalisation de ce Bravely Default II se montre assez moyenne, avec des temps de chargement longs et nombreux ou encore de fréquentes chutes de framerate, ce qui se voit tout particulièrement lorsque l'on décide de jouer sur la TV. En revanche, c'est un sans-faute en ce qui concerne la B.O., qui enchaîne les musiques épiques les unes après les autres. Le doublage japonais se montre tout aussi réussi, et il n'y a rien à redire sur la traduction française des textes.

Bravely Default II

Sois gentil, pas méchant

Si la réalisation ne se montre pas convaincante en tous points, on apprécie en revanche l'histoire racontée ainsi que les différents personnages. Si l'on part certes sur quelque chose de très classique au début, le scénario parvient malgré tout à s'extirper rapidement de ce classicisme en prenant à revers certaines idées que l'on pourrait se faire, notamment en ce qui concerne les ''gentils'' et les ''méchants''. Certains sujets ''matures'' sont abordés, comme la religion et l'écologie, et c'est globalement plutôt bien fait, avec qui plus est un humour omniprésent venant alléger la chose. Les personnages ont aussi droit à des histoires poussées, ce qui les rend tous attachants à leur manière, que ce soient les héros ou non. Précisons à ce sujet que la petite équipe fonctionne très bien, les amitiés se liant naturellement et donnant réellement l'impression de suivre un petit groupe de potes en road trip. En road trip pour sauver le monde, mais tout de même.

Bravely Default II

Tout comme les épisodes précédents, Bravely Default II propose un système de combats au tour par tour ainsi qu'une jauge ATB, avec un petit twist. Le titre dispose en effet durant les affrontements des commandes Brave et Default qu'il s'agit d'utiliser à bon escient. Brave permet d'enchaîner plusieurs attaques à la suite en ''grillant'' les prochains tours du personnage, ce qui bien entendu risque de le placer en position de faiblesse. Default propose pour sa part l'inverse, à savoir d'emmagasiner des tours pour les utiliser plus tard. L'utilisation de ces commandes est risquée et il faut donc apprendre à bien jouer, à établir sa stratégie comme il le faut afin de ne pas se retrouver décimé en un seul coup... ce qui peut arriver sans souci, notamment contre des boss qui savent eux aussi utiliser Brave et Default. Autant vous le dire tout net : ce titre propose un challenge relevé et le farming sera votre meilleur atout pour parvenir au bout de l'aventure.

Bravely Default II

Pôle emploi

En plus de ça, le système de jobs fait lui aussi son retour. Grâce à des Astérisques, les héros peuvent en effet changer de classe quand ils le désirent, ce qui leur débloque des capacités actives ou passives, et équiper les armes et armures qui correspondent le mieux à leur nouveau job. Et comme si ça ne suffisait pas, deux jobs peuvent être équipés, le second faisant plus office de soutien puisqu'il débloque les skills actifs. Par exemple, équiper un personnage de l'Astérisque Mage Blanc en secondaire lui permet d'utiliser le sort de Soin. Précisons par ailleurs que des compétences passives se débloquent au fur et à mesure de la progression de chacun. Bref, une très grande liberté de personnalisation bienvenue et permettant de se concocter son petit gloubi-boulga à sa sauce afin de parcourir comme on le souhaite les dizaines d'heures nécessaires pour voir le générique de fin.

Bravely Default II

Mais qui dit J-RPG dit aussi tout un tas de choses à faire à côté, ce qui se présente ici essentiellement sous la forme de quêtes annexes. Plus ou moins longues, ces dernières permettent de grappiller des niveaux et des objets bien utiles et sont globalement plutôt réussies, même si l'on n'échappe évidemment pas aux célèbres quêtes FedEx. Mais ce qui vous occupera le plus longtemps en dehors de la trame principale est le jeu de cartes B&D, particulièrement addictif autant dans son gameplay que dans son aspect collectionnite. Ceux cherchant la bagarre pourront pour leur part explorer de fond en comble la carte afin de rencontrer des ennemis surpuissants, immédiatement reconnaissables. A ce sujet, on apprécie d'ailleurs de voir tous les monstres sur la map, ce qui permet d'éviter les plus faibles et de perdre donc du temps en enchaînant des combats sans trop d'intérêt.
 
 
 
 
 
 
 
 
On ne va pas se mentir, Bravely Default II est un vrai bon gros J-RPG à l'ancienne qui se montre réussi sur quasiment tous ses aspects (sauf sur sa technique parfois à la ramasse). L'histoire se laisse suivre avec plaisir, les personnages sont attachants, le système de combat est hyper bien ficelé, les à-côtés sont prenants et la patte graphique est sublime. Un titre à posséder sur Nintendo Switch pour tous les fans du genre, à condition tout de même d'apprécier le farm, la difficulté se montrant ici extrêmement salée (même en facile).
25 février 2021 à 14h52

Par

Points positifs

  • La direction artistique sublime
  • De l'humour
  • Le système de combat réussi
  • Le jeu de cartes très prenant
  • La customisation poussée des héros
  • Des à-côtés prenants

Points négatifs

  • Un challenge trop salé pour certains
  • Les temps de chargement
  • Aliasing et chutes de framerate

Gribouillé par...

Shauni

Shauni

Celle qu'on ne voit pas

Détentrice d'un Baccalauréat P (pour ''platformer'') option Sonic the Hedgehog, Shauni a ensuite obtenu avec brio sa licence en Nintendo, spécialisation The Legend of Zelda. Elle est devenue par la suite Docteur ès RPG japonais grâce à sa note maximale lors de l'épreuve Tales of.

Twitter : Shauni_Chan

Revenir en haut