Casque HyperX Cloud Alpha S

Casque HyperX Cloud Alpha S

Dans Matériel, par Lorris le 19 décembre 2019

Après la sortie de l’excellent Cloud Alpha qui reste une référence des casques gaming à moins de 100 euros, HyperX a eu la bonne idée de reprendre l’essentiel de ce dernier tout en lui donnant un petit coup de surround, histoire de titiller la concurrence sur les périphériques s’approchant du haut de gamme. Après quelques coups de cuillère à pot et de poudre magique, c’est le Cloud Alpha S qui ressort de la marmite, doté d’un système 7.1 et d’envies de grandeur.

Sorti de sa boîte, le Cloud Alpha S ressemble trait pour trait à son prédécesseur : difficile de blâmer HyperX à ce niveau tant le Cloud Alpha méritait les éloges pour son confort, sa solidité et sa durabilité. D’un poids très correct de 321 grammes, le casque est agréable à porter et c’est notamment dû à sa structure en aluminium proposant des fourches et un arceau à la fois robuste et léger. Arborant un beau bleu plutôt que le rouge du casque précédent, ces fourches se règlent toutefois exactement de la même manière : en tirant dessus elles s’adaptent directement à la taille de votre tête sans vraiment avoir à passer par des crans préréglés. Au bout de ces fourches se trouvent les oreillettes qui, cette fois, peuvent pivoter sur l’axe vertical et apporter encore plus de flexibilité au placement du casque sur vos oreilles. Comme le Cloud Alpha, le Cloud Alpha S est très confortable et le revêtement de base des oreillettes est un similicuir à mémoire de formes qui s’adapte bien à tous types de morphologies et n’est pas gênant, même après plusieurs heures d’utilisation. Si jamais le matériau de base ne vous convient pas, HyperX, comme beaucoup d’autres constructeurs, a pensé à fournir une paire d’oreillettes en tissu, globalement moins confortable, enclin à la transpiration et à l’irritation de la peau et pas forcément simple à remplacer.



Outre son design légèrement modifié, la grosse nouveauté de ce casque reste le boitier de commande situé sur le câble. Ce dernier contient une petite carte son permettant de directement balancer le 7.1 dans vos oreilles à la pression d’une touche. Le boitier, qui est un mélangeur, peut évidemment contrôler directement le son, l’activation du micro ainsi que faire la balance entre l’audio du jeu et le chat vocal en parallèle. Là où le Logitech Pro X avait eu la bonne idée d’installer la carte son directement à la base de la prise USB avec un mélangeur installé bien plus haut sur le câble, l'un des défauts de cet Alpha Cloud S est d’avoir disposé le boitier bien trop bas sur le long (très long) câble tressé que l’on raccorde sur le casque en jack 3.5m et en USB à l’autre bout. Du coup, le câble traîne beaucoup sur les pieds et le mélangeur, trop bas, ne peut être maintenu qu’avec un système de pince situé à l’arrière de l’appareil qu’il faudra accrocher à vos vêtements : ce n’est pas super pratique ni super flexible, surtout lorsqu’on utilise le casque sur de petites sessions et que les allers/retours sur l’ordinateur sont fréquents. Outre la difficulté de garder le boitier à proximité de nos doigts, ces fonctions sont plutôt basiques, mais restent bien utiles. On aime notamment le fait d’activer le surround d’une simple pression d’un gros bouton, tout comme le fait d’activer et désactiver le micro sur un autre bouton situé sur la tranche du mélangeur (dont l’activation est signalée par des LED allumées). Vous n’imaginez pas combien de fois je dois précipitamment éteindre mon micro en jeu pour faciliter la vie de mes copains sur Discord et combien il est pénible de ne pas trouver rapidement le bouton du micro sous mes doigts : un bon point pour le Cloud Alpha S, donc.

HyperX Cloud Alpha S

Au niveau de la qualité sonore, tout comme l’enrobage physique, HyperX a eu la bonne idée d’utiliser quasiment les mêmes composants que pour le Cloud Alpha. A quoi sert cette nouvelle itération, me direz-vous ? Outre l’évolution 7.1 et les multiples possibilités offertes par le petit mélangeur, c’est la qualité des transducteurs qui a été améliorée. Si ça ne vous parle pas beaucoup, on dira que la qualité sonore du précédent casque est préservée tout en redéfinissant légèrement les basses qui avaient pour mauvaise habitude d’un peu manger les aigus et les médiums. Maintenant, le tout se distingue parfaitement malgré, parfois, une légèrement impression de profondeur caverneuse lorsque le 7.1 est activé par défaut. Histoire de vous faire participer aux réglages de votre casque, vous trouverez sous les oreillettes un système de boutons glissières afin de directement ajuster les basses pour chaque côté. Les interrupteurs peuvent être placés sur trois positions : ouverte, intermédiaire et fermée, permettant de mettre en avant ou, au contraire, d’effacer la présence de basse. Le réglage dépend bien évidemment de vos préférences selon le jeu joué ou le type de fichier multimédia lu.

HyperX Cloud Alpha S

Comme évoqué juste au-dessus, la vraie innovation de ce Cloud Alpha S est l’activation à la volée du 7.1  qui permet d’obtenir directement une profondeur de son impossible à avoir autrement. En plus de montrer plus de corps, le son est également plus précis avec un contraste entre les extrémités du spectre sonore qui sont accentuées. Peut-être trop d’ailleurs. Effectivement, lors de l’activation de ce 7.1, on a littéralement l'impression d’être submergés de certains détails dont on se serait bien passés qui, lorsque le son est un peu trop fort, provoque une sorte de surcharge sonore. C’est à ce moment-là qu’il est bon de régler les basses avec les interrupteurs évoqués plus tôt, même si un ajustement plus précis via un logiciel dédié aurait été une meilleure alternative. Quoi qu’il en soit, ce son surround permet définitivement d’accroître la qualité du son perçu, mais le confort d’écoute dépendra beaucoup du type de son écouté (film, jeu, musique…), du réglage des basses et du volume sonore.

HyperX Cloud Alpha S

À l’instar du Cloud Alpha, cette nouvelle version du casque propose un micro détachable, tout comme le modèle précédent. Le matériel est sensiblement le même et la restitution de la voix reste très bonne, filtrée de tous bruits parasites, grâce à une bonnette et un traitement du son natif plus que correct. On retiendra notamment l’apport de la fonction « mic-through » qui, lorsque vous pressez pendant trois secondes le bouton d’activation du micro, vous permet d’entendre les bruits ambiants même avec le casque vissé sur la tête. On ne pourra que mettre l’emphase sur ce genre de fonction qui permet de rester « connecté » à l’environnement autour de vous sans avoir à retirer le casque toutes les deux minutes.

HyperX Cloud Alpha S


Évolution réussie du Cloud Alpha, la version « S » de l’un des meilleurs casques de chez HyperX ne déçoit pas sur ses performances ni sur la qualité de sa finition. Il surprend toutefois par son prix (130 euros tout de même), par son câble et son mélangeur mal ajusté, par une option 7.1 certes intéressante, mais parfois brouillonne et l’absence d’un logiciel dédié pour y faire des réglages souvent nécessaires. Outre ces quelques écueils, le Cloud Alpha S reste un très bon casque dont l’achat nécessitera toutefois de vous poser les bonnes questions (Ai-je vraiment besoin du 7.1 ? Suis-je prêt à y mettre le prix ? …) si vous hésitez encore entre les deux « Alpha » de chez HyperX.

Commentaires