La PlayStation 5 est arrivée à la rédac' : nos impressions !

La PlayStation 5 est arrivée à la rédac' : nos impressions !
Partager
La PlayStation 5 est arrivée chez GameHope il y a maintenant 10 jours. 10 jours à se regarder, se chercher, se jauger et se tourner autour. 10 jours à s'habituer l'un à l'autre, apprendre à se connaître, apprendre à s'aimer, peut-être ? 10 jours de rires, de pleurs, de frissons de plaisir. 10 jours et un premier ressenti sur la nouvelle génération de consoles de salon.

Slt ASV STP ?

Diable, qu'elle est grande. Non, ce n'est pas le titre du dernier film de Manu Ferrara mais plutôt probablement la première chose que vous penserez en déballant votre Sony PlayStation 5. A côté de votre téléviseur, c'est véritablement un objet qui prendra de la place dans votre salon, pas un truc que l'on coince entre deux étagères parce qu'il restait un peu de place. Il fera partie intégrante de la pièce, donc autant bien choisir son emplacement. Et même si c'est parfaitement subjectif, on trouve que la console est plus jolie couchée que debout.

PS5

 
Si le choix de la taille est, on le suppose, fortement imposé par l'intérieur de la console encore difficilement miniaturisable au moment de sa production, pour ce qui est du design, il suit parfaitement la nouvelle ligne directrice lancée par le PlayStation VR il y a déjà 4 ans. 2 salles, 2 ambiances, si l'on compare avec sa concurrente directe, la Xbox Series X. Si cette dernière aurait plutôt sa place dans un salon de jeune cadre dynamique entre la Smart TV et le caisson de basse, avec un design de monolithe certes imposant mais sobre et épuré, la PlayStation 5 adopte pour sa part un look beaucoup plus "racé". Moins neutre, elle trouvera plus facilement sa place dans une gaming room que dans le salon des parents. Celle-ci ose le pari du design, plutôt futuriste avec ses courbes, une asymétrie prononcée et une couleur blanche dominante cassant avec la dernière génération.
 

Est-ce qu'elle en a sous le capot ?

 
On ne va pas vous refaire la fiche technique de la PlayStation 5, mais plutôt vous donner des éléments de comparaison pour essayer de la situer en terme de puissance. 10,3 teraflops, c'est sa puissance de calcul brut. La PlayStation 4 affichait 1.84 teraflops, soit environ 10 fois moins que la PS5. La PS4 Pro, cette console de mi-génération, elle, en possédait 4,2. Enfin, la Series X qui sort quelques jours plus tôt affiche 12 teraflops de puissance de calcul brut. Est-ce que cela en fait une meilleure console ? Pas nécessairement, et ce pour plusieurs raisons. La première, c'est que le disque dur SSD de la PlayStation 5 est un petit peu plus rapide, et peut potentiellement influer à plusieurs niveaux dans le développement des jeux, notamment dans les temps de chargement. Ensuite, rappelons que la puissance est très relative en fonction de la maîtrise dans le développement. La bataille des consoles, cette fois, est loin de dépendre uniquement de la puissance de chacune. La notion de service n'a jamais été aussi importante, le dématérialisé est devenu une référence, et qui sait comment sera le marché dans 3 ans ? En fait, la question est rhétorique, des tas de gens très calés le savent sans doute déjà.
 

PS5

L'Empire des Sense

 
La manette DualSense de la PS5 est, à notre goût, l'atout le plus impressionnant de cette nouvelle console. Ce n'est pas forcément l'endroit où l'on attendait Sony, et pourtant. Grâce à Astro Bot, dont vous pouvez aussi lire le test sur le site, on peut se rendre compte à quel point cette manette est un petit concentré de technologie. Tout d'abord, le design général de la manette semble inspiré de la très plébiscitée manette de la Xbox. Elle est en réalité à mi-chemin entre l'ancienne de la PlayStation et l'actuelle Xbox. Elle adopte donc une meilleure ergonomie générale, mais se différencie en revanche toujours de sa concurrente avec les sticks, asymétiques chez Xbox, symétriques chez Play. On retrouve le pavé tactile, qui ne nous semble pas bien différent, et le bouton "Share" fait place au bouton "Create", qui semble avoir environ la même utilité. Les gâchettes adaptives permettent de changer le degré de force qu'il faut pour tirer, par exemple, ce qui est plutôt sympa.

PS5

 
Mais c'est surtout le retour haptique, qui n'était qu'un retour de force auparavant, qui fascine. Couplé au son qui sort de la manette et au détecteur de mouvements, le résultat est d'une précision incroyable. On peut ressentir potentiellement des graviers sous nos roues, le vent d'une lame qui s'abat à quelques millimètres de notre tête, faire croire que des billes se baladent dans le pad... La batterie semble aussi, malgré toutes ces options ajoutées, tenir mieux la charge que la précédente. Chez nous, elles ont duré environ une dizaine d'heures, pour information. Si cette DualSense est une vraie réussite selon nous, quid des éditeurs tiers ? Est-ce qu'ils exploiteront la manette à sa juste valeur ? On présume que Sony fera son possible pour exploiter la techno dans ses prochains titres, par exemple avec Ratchet & Clank, mais on espère que les développeurs de jeux multi plateformes se pencheront dessus. En tous cas, chez nous, la DualSense, c'est un grand, un immense OUI.
 

PS5

T'as de beaux jeux, tu sais ?

 
Une fois allumée, vous verrez que le menu de votre PlayStation a changé lui aussi, mais il ne vous faudra pas bien longtemps pour vous y habituer. Intuitif, simple d'accès et épuré, le SSD permet une navigation rapide dans les menus, pour changer d'application, etc. Celles-ci sont d'ailleurs bien mieux mises en avant, probablement pour faire du pied au marché US où les consoles font bien souvent aussi office de box TV. Le line-up de lancement de la PS5 est hélas un petit peu faible, avec deux exclusivités "totales", le remake de Demon's Souls et Astro Bot, ainsi qu'une exclusivité partagée avec la PS4, à savoir Spider-Man : Miles Morales. C'est en effet un petit peu léger, mais c'est mieux que rien. Suivez mon regard. Au moment où nous écrivons ces lignes, nous avons uniquement pu tester Spidey et Astro. Le premier est une jolie vitrine technologique, le second un hommage génial et vibrant à la nouvelle manette PS5, mais aussi et surtout à l'univers entier PlayStation. Enfin, n'oublions pas que la PS5 est à 99% compatible avec les jeux PS4. Il y a en tout et pour tout 10 jeux PS4 réticents, ce qui est plutôt chouette. On regrettera en revanche que l'éco-système ne permette pas un transfert automatique des sauvegardes pour tous ces titres que vous avez commencé sur PS4 et que vous auriez bien fini sur PS5.

On s'abstiendra évidemment d'émettre le moindre jugement sur la pertinence générale de la PlayStation 5 compte tenu du manque de recul évident de tant d'éléments. Mais on peut soulever plusieurs points très positifs pour ce début de génération. La nouvelle manette DualSense fait le taf avec brio et c'est un sans faute total en termes d'ergonomie et d'options. Interface allégée et intuitive, line-up démonstratif : la PS5 coche gentiment toutes les cases et laisse présager le meilleur pour l'avenir, que l'on a très hâte de découvrir avec vous.
06 novembre 2020 à 14h03

Par Lorris

Revenir en haut