Test : Metal Gear Solid 3D : Snake Eater

Metal Gear Solid 3D : Snake Eater - 3DS

Genre : Infiltration

Date de sortie : 08 mars 2012

Genre
Infiltration
Date de sortie
08 mars 2012 - France
Développé par
Kojima Productions
Edité par
Konami
Disponible sur
3DS
Parfois appelé
Metal Gear Solid
Site officiel
Site officiel

C’est un peu le rush en ce qui concerne les sorties de remakes de Metal Gear Solid. Après la sortie de la Metal Gear Solid HD Collection sur PS3 et Xbox 360 il y a un mois et avant la sortie de cette même HD Collection sur PSVita cet été, voici que le remake Metal Gear Solid 3 Snake Eater arrive sur 3DS tout stéréoscopé. Alors est-ce que Snake is dead sous cette avalanche qui a des airs de too much ?

 
 
C’est assez compliqué d’affirmer si oui ou non cela vaut le coup d’investir dans ce Metal Gear Solid 3D : Snake Eater sur 3DS. Surtout que le jeu est présent sur la HD Collection sortie il y a peu sur console de salon et bientôt sur la concurrente de la 3DS, la PSVita.

Il faut tout d’abord dire que l’on a affaire à un jeu culte. Un épisode qui a bousculé avec tact et classe les habitudes des fans de la saga d'Hideo Kojima. En plaçant, tout d’abord, l’histoire en 1964 en pleine guerre froide contant ainsi l’histoire de Big Boss alors nommé Naked Snake, ou Jack, ou John. Un retour en arrière aux origines de la saga avec un scénario génial servi par des personnages charismatiques avec, en premier lieu, Big Boss et son mentor, The Boss. Le gameplay est aussi bousculé. Le joueur se retrouve dans la jungle, ce qui change tout dans la manière d’infiltrer les bases ennemies. Et introduit une notion de survie où il faut chasser, choisir le bon camouflage… Le tout saupoudré de boss mythiques comme l’affrontement contre The End. Il ne faut pas oublier le génial générique aux airs de James Bond. Le tout vous occupera un bon moment. Pour un test complet du jeu, nous vous invitons à consulter notre test de l'époque.
 

Eva en 3D, ça vaut le coup

Trêve d’encenser le jeu mythique qu’est Snake Eater. Rien que cela devrait convaincre les possesseurs de 3DS n’ayant jamais posé leurs mimines dessus, de tenter l’aventure et de bouffer du serpent à foison. Cette version présente cependant quelques particularités propres à la 3DS qu’il faut analyser tel Otacon. Tout d’abord, le jeu contient juste l’aventure solo et rien d’autre. Pas de bonus. On se penchera alors sur l’ajout le plus efficace (mais néanmoins pas si indispensable) : l’utilisation de l’écran tactile de la 3DS. Alors que les habitués de la saga (et peut-être les autres) auront plus vite fait d’appuyer sur L et R pour sélectionner un objet ou une arme, l’écran tactile sera surtout utile grâce aux raccourcis qui permettent d’aller, sans passer par start, à la radio, au menu de guérison ou bien de la nourriture gagnée à la pointe du couteau. Le renfort de l’écran tactile permet aussi de libérer l’écran principal de la carte ou des informations relatives à la barre de vie de Snake. Le jeu est ainsi un peu plus « immersif » que d’habitude puisque vierge d’infos périphériques à l’aventure.

Mais ce Metal Gear Solid est affublé d’un gros 3D du plus bel effet, alors qu’en est-il de cette stéréoscopie ? Elle n’est pas vraiment indispensable. Surtout dans les phases de jeu. Certes, elle ajoute une profondeur mais pas de quoi vous donner envie de respirer 3D, de sentir 3D, de voir 3D, bref, de vivre 3D. De plus, lors des scènes d’action on décroche vite de la 3D et on se retrouve avec une image floue. Elle est en revanche plus sympa lors des cinématiques (nombreuses comme à l’habitude d’Hideo Kojima). La 3D renforce gentiment le côté spectaculaire de ces dernières. Mais cela reste soft. Qui dit cinématique, dit réalisation (quel sens de la transition). Pour cette version, les graphismes ont été légèrement affinés. Pas de quoi crier au sublime, mais le jeu indubitablement très beau pour la 3DS. On regrettera, en revanche, des grosses baisses de framerate qu’on ressentira surtout lors des cinématiques donnant un léger effet saccadé pas très agréable. De plus, les cinématiques très longues s’allient très mal avec une utilisation très épisodique d’une console portable. D'autre part, même si le jeu n’est pas découpé en missions comme Peace Walker, les différentes zones que vous allez traverser ne sont pas trop longues pour une console portable. Alliez cela avec une sauvegarde quand bon vous semble et le jeu serait presque parfait pour une portable.
 

Metal Gear Solid : Yoshi Eater

Enfin abordons le sujet qui fâche : la maniabilité. Si vous n’avez pas le Pad Pro Circulaire, cet accessoire passe partout, il faudra gérer la caméra avec les boutons A, B, X et Y. Autant le dire tout de suite, même si c’est faisable, cette manière de gérer la caméra est ultra rigide et pas très agréable. A l’opposé, le fait de placer les boutons d’action, de sélection d’arme et d’objet ou bien pour se baisser sur la croix directionnelle n’est pas très gênant. Autant dire qu’une fois le Pad Pro Circulaire enclenché, c’est un tout autre jeu où l’on retrouve quasiment la maniabilité d’une PS2 (mais pas trop non plus faut pas pousser). Mais le fait de devoir payer 20 euros en plus pour avoir la maniabilité qu’on devrait avoir de base laisse plus que circonspect.

Le jeu se sert aussi des autres aspects techniques de la 3DS. Enfin à peu près. Le gyroscope est sollicité quand le Big Boss en devenir se retrouve sur un pont ou une branche pour garder l’équilibre. Pas de quoi fouetter un chat avec un canard à une patte. D’autant que le procédé a été vu ailleurs et qu’il est ici utilisé très rarement. On peut aussi s’amuser avec l’appareil photo. Il suffit de prendre un motif en photo et vous pourrez l’appliquer au camouflage. Vous pouvez faire quelques expériences drôles mais comme les camouflages intégrés au jeu sont déjà très efficaces, cela n’est pas très utile. Bref, deux utilisations très gadgets. Petit bonus, des Yoshis sont cachés dans le jeu pour jouer à cache-cache avec le joueur. Pour ceux qui sont un peu maniaques, c’est bon. Pour les autres…
 

Article rédigé par Neo , le

Un jeu culte reste un jeu culte. C’est pourquoi nous le conseillons ardemment à ceux qui n’ont jamais joué à MGS 3, ou à n’importe quel MGS, puisque cette préquelle est une parfaite introduction à l’univers créé par Kojima. En revanche, ceux ayant déjà fait le jeu sur PS2 ou sur PS3 et Xbox 360 pourront passer leur chemin. Les nouveautés de cette version 3DS ne justifient pas un réinvestissement. On regrettera aussi le fait que le framerate soit plutôt bas et surtout le fait que la maniabilité sans le Pad Pro Circulaire soit plutôt hasardeuse.

Points positifs

  • Un jeu culte dans la poche
  • Une réalisation très bonne pour la 3DS
  • Un gameplay riche
  • Bonne utilisation de l'écran tactile

Points négatifs

  • Des baisses de framerate dans les cinématiques
  • Les capacités de la 3DS utilisées de manière gadget
  • La maniabilité douteuse sans le Pad Pro Circulaire

A propos de l'auteur

Neo

Neo

29 ans | L'élu des gamers

Après avoir détruit la matrice, Neo s'est dit « Pourquoi pas bosser sur GameHope ? ». Un nouveau défi pour l'élu. Après sa victoire incontestable, le monde réel lui paraissait fade et il est retourné dans le virtuel. Il est d'ailleurs en permanence branché à une PS3 en intraveineuse. Egalement passionné de cinéma, on le reconnait à ses yeux injectés de sang à force de passer des heures devant les écrans. Il a malgré tout réussi à apprendre à écrire et, afin de devenir le prochain Victor Hugo, expose sa prose sur GameHope.

Contacter

Commentaires