Test : Mario Kart 7

Mario Kart 7 - 3DS

Genre : Course folle

Date de sortie : 02 décembre 2011

Genre
Course folle
Date de sortie
02 décembre 2011 - France
Développé par
Nintendo
Edité par
Nintendo
Disponible sur
3DS
Parfois appelé
Mario Kart

Pour conquérir un public déjà acquis à sa cause, et booster les ventes de ses consoles portables, Nintendo compte toujours sur ses licences phares et ses séries de jeux à succès. Mario Kart fait bien sûr partie intégrante de cette stratégie souvent payante, et ce depuis l'immense succès rencontré par Super Mario Kart sur Super Famicom il y a de cela maintenant dix-neuf années. Shigeru Miyamoto à la production, Tadashi Sugiyama et Hideki Konno à la réalisation avaient insufflé un vent nouveau dans l'univers des jeux de course arcades, pour ne pas dire qu'ils avaient inventé un jeu vidéo d'un genre nouveau. Qu'en est-il du septième opus de la série, sobrement intitulé Mario Kart 7 ? Verdict.

 
 
Un genre nouveau qui s'est épanoui au fil de ces années en agrémentant son gameplay de multiples améliorations de qualité, mais en gardant les fondamentaux de sa recette. Cette dernière se compose de courses originales dans leur level design et leur tracé ainsi que de multiples bonus à récupérer dans le but avoué de rééquilibrer une course en y instaurant une dose de piquant aléatoire. Associant le frisson de la compétition à une ambiance des plus festives, la recette des Mario Kart a toujours été, à l'instar du riz Uncle Ben's, un succès. Mario Kart 7 est l'opus qui apporte peut-être le plus de nouveautés au gameplay de la série. On retrouve ses marques rapidement sur les nombreux circuits proposés : dérapages contrôlés permettant de lancer deux niveaux de turbo, bonus désormais classiques, multijoueurs local et en ligne d'excellentes factures, et personnages déjantés proposant différentes approches des courses.
 

It's My Aeroplane

Les améliorations apportées au gameplay de la licence sont conservées pour la plupart et on retrouve les divers karts à débloquer ainsi que différents pneus modifiant les caractéristiques des-dits karts (vitesse, accélération, maniabilité ou compétences hors-piste). L'une des grosses nouveautés du titre est l'implémentation des deltaplanes aux performances également diverses (mention spéciale à la version pâquerette), permettant de planer quelques instants après un passage rapide sur un tremplin. Cet élément de gameplay n'est pas anodin pour un sou puisqu'il offre la possibilité de récupérer les pièces chères à l'univers de Mario, qui une fois accumulées augmentent la vitesse des karts. On peut récolter jusqu'à dix pièces sur le champ de bataille – pardon, le circuit. Les pièces sont renouvelées à chaque tour de piste et apportent, à l'instar de Super Mario Kart ou Mario Kart Super Circuit, une dimension supplémentaire à la compétition.
 

To Snake or not To Snake in My Yellow Submarine

La course aux pièces ne se limite pas à des joutes aériennes. Dès lors que l'on sort de la piste pour se retrouver sous l'eau, une hélice se greffe au kart, lui permettant de se mouvoir dans les fonds marins. Cela peut paraître anodin, pourtant Nintendo aura dû rajouter des pans entiers de circuits sous-marins aux désormais classiques pistes tout droit sorties des épisodes précédents (au nombre de 16, pour 16 nouveaux circuits). L'effort est appréciable. Notons qu'il est possible de procéder à des dérapages contrôlés sous l'eau, ce qui offre la possibilité encore une fois d'accéder à deux niveaux de turbo (bleu, puis orange). Impossible pourtant de snaker dans cet épisode de Mario Kart, ce qui ravira les allergiques à la version DS de la série, pourtant considérée comme l'une des toutes meilleures.
 

Sakura, Sakura...

Sur le plan de la réalisation, Mario Kart 7 est un réel émerveillement pour les sens. Les anciens circuits ont bien sûr été entièrement modélisés pour être remis au goût du jour, et les nouveaux tirent parti de la 3D esthétique du support. Foncer sur son kart lors du passage désormais célèbre recouvrant la piste de pétales de fleurs de cerisiers, ou négocier un virage sous les gouttes de pluie de Koopapolis assurent des sensations absolument grisantes. On apprécie également la modélisation des personnages et des Miis (qui sont sélectionnables) et les décors qui bien que délirants (à l'aspect cartoon) n'en restent pas moins véritablement magnifiques. Il n'y a pas que les décors qui soient riches en détails, puisque le soft offre de par le nombre conséquent d'upgrades, de personnages, de circuits et de karts à débloquer, une durée de vie plus que conséquente. Un mot également sur les musiques aux thèmes remixés du meilleur goût : elles collent comme d'habitude parfaitement au style déjanté du soft.
 

Rejoignez la communauté GameHope : 22-6602-4749-8140

Mario Kart ne serait bien entendu pas Mario Kart sans son mode multijoueurs. Jouable en local ou en ligne, il assure son content de bonheur et de divertissement. Véritable drogue dure, on passe de longs (très longs) moments absolument mémorables. Jouer en ligne avec des joueurs japonais aussi doués présente la meilleure forme d'entraînement possible. On se plait à réaliser des joutes avec ces derniers, à débloquer le fameux bonus « Atout 7 » (offrant la possibilité d'utiliser sept bonus les uns après les autres) alors que l'on n'est qu'en 6ème position pour remonter ses adversaires de la façon la plus flamboyante qui soit. L'interface est bien pensée et présente un globe terrestre sur lequel apparaissent successivement les adversaires avec leur localisation. Il est possible de créer des communautés aux règles précises (nombre de bonus, cylindrée des karts) que l'on peut rejoindre via un code d'entrée. Le système de codes amis est toujours présent et reconnaître les Miis de ses potes en ligne est un véritable régal.
 

Article rédigé par Rhyscard , le

Toujours aussi accessible et toujours aussi difficile à maîtriser à haut niveau, Mario Kart 7 est tout simplement l'un des tous meilleurs volets de la licence. Riche à foison, son gameplay présente toutes les qualités que l'on pouvait attendre d'un titre Nintendo. On ne voit plus le temps passer lorsqu'on commence une partie de cet épisode en ligne. Les ajouts en gameplay (deltaplane, sous-marin) ont été implémentés avec succès et assurent leur content de fun (mention spéciale au bruit du vent sur les ailes du deltaplane). Promesses tenues par Nintendo, qui devrait vendre beaucoup plus de 3DS cet hiver que ne l'escomptaient ceux qui annonçaient la console mort-née...

Points positifs

  • De nouveaux apports en gameplay intéressants
  • La réalisation
  • La richesse, donc la durée de vie
  • La 3D sous la pluie et sous les pétales

Points négatifs

  • Se faire poutrer par des japonais en ligne

Commentaires