Test : Sonic Generations

Sonic Generations - 3DS

Genre : Plate-Formes de fans

Date de sortie : 25 novembre 2011

Genre
Plate-Formes de fans
Date de sortie
25 novembre 2011 - France
Développé par
Sega
Edité par
Sega
Disponible sur
3DS, PC, PS3, Xbox 360
Parfois appelé
Sonic

Pour ses 20 ans, Sonic a vu les choses en grand. Après un retour franchement triomphant sur PC, Playstation 3 et Xbox 360, voici débarquer le petit frère sur 3DS. Carton plein ou triste version traditionnellement light pour plateforme casual ?

 
 
Les 20 ans de Sonic, il aurait été difficile de ne pas en entendre parler. Entre les concours gigantesques organisés par SEGA (vous avez entre autres pu récemment gagner une statue de Sonic de 2m par exemple), un stand géant s'apparentant à un super goûter d'anniv' avec jeux, gâteaux et cadeaux en pagaille, et puis surtout, un soft très très très qualitatif marquant le retour du hérisson bleu dans la cour des grands, Sonic Generations. Les versions Xbox 360, PS3 et P.C. ont fait vibrer les joueurs nostalgiques, et ceux qui n'avaient pas connu les débuts de la mascotte la plus rapide du Japon ont enfin pu en profiter au mieux de sa forme. La 3DS, sortie en début d'année et commençant seulement à trouver son public, propose donc sa propre version aujourd'hui et c'est Dimps, un studio mine de rien capable du meilleur comme du pire, qui se charge de l'adaptation.
 

Docteur Robotnik la peau lisse

Comme sur les versions salon, Sonic Generations 3DS retrace l'histoire de la mascotte à travers ses différentes versions au cours du temps. 20 ans de jeu donc, de la Megadrive à la DS en passant par la Dreamcast, Sonic Generations 3DS propose 7 niveaux directement inspirés des précédents opus, par exemple Green Hill Zone du tout premier Sonic, ou encore Emerald Coast de Sonic Adventure. Le principe est de visiter le niveau avec deux personnages différents, le Sonic original, old school, vieille génération, fier de ses pixels et de sa silhouette rondouillarde et le Sonic d'aujourd'hui, plus longiligne mais moins charmant. Refaire ces niveaux n'est évidemment pas de juger si oui ou non Sonic a gardé la ligne et même minci en 20 ans mais plutôt d'expérimenter deux types de gameplay à chaque fois. Les niveaux s'abordent donc différemment a priori. Et en effet, le premier Sonic est cantonné à 2 dimensions, et ne se meut donc que sur un plan alors que son homologue du présent change de plan, en 3D donc. Du point de vue technique, c'est plutôt irréprochable. Les niveaux en 2D sont jolis, pleins de couleurs, et la vitesse de croisière est assez agréable. Même topo pour la 3D, rien à redire, c'est varié, la rapidité est bien gérée et pas vraiment de chute de frame-rate à déplorer même lorsque les tableaux sont fournis. Old school Sonic se joue comme avant, il court tout droit, roule et peut faire des burns au démarrage pour avoir un turbo qui détruit ses assaillants. L'autre Sonic propose le turbo simple, c'est à dire qu'il court extrêmement vite mais sans être en boule, ce qui le rend vulnérable aux ennemis. En revanche, il peut viser certaines cibles en appuyant sur le bouton de saut lorsque l'indicateur apparait. Il peut ainsi détruire ses adversaires, mais aussi se propulser rapidement sur des ressorts ou autres bonus de boost.
 

Sonic Boom

La réalisation générale est plutôt irréprochable, si ce n'est sur la dimension narrative. Au-delà du scénario inexistant, la manière de le présenter est franchement simpliste et barbante. Malgré des graphismes vraiment réussis, il faut bien avouer que le gameplay n'est pas aussi probant que ce que l'on aurait pu espérer. Si les personnages semblent relativement différents de prime abord, ils ne tardent pas à se ressembler quelque peu. Tout d'abord, après 2 chapitres, le Sonic apprendra à faire les mêmes attaques que lui-même avec 20 ans de plus, ce qui rapproche encore plus la jouabilité des deux personnages. De plus, le level design peine au final quelque peu à se renouveler, le tout pourtant sur une relativement faible quantité de niveaux. Les niveaux bonus, un par stage, se déroulent de manière un peu tristounette puisqu'il s'agit de glisser dans un tube en évitant les bombes pour s'emparer des Chaos Emerald sans trop de difficulté. Les boss diversifient aussi un petit peu le tout, sans pour autant donner des masses de fil à retordre en règle générale. Si le mode solo est assez chiche et se termine en à peine trois heures, il reste à débloquer de nombreuses missions, qui elles, sont beaucoup plus difficiles que ce à quoi le jeu nous a habitué depuis le début. Celles-ci sont échangeables avec d'autres joueurs grâce au street-pass et comme d'habitude, vous pourrez débloquer des tas de bonus, artworks, musiques, etc. Au final, c'est un titre sympathique dans l'ensemble mais loin d'être aussi indispensable que sa version console, du fait de sa faible durée de vie, de son manque de challenge et de son gameplay pas aussi original qu'espéré.
 

Article rédigé par JoKeR , le

Sonic Generations tient plutôt bien la route mais est loin d'être aussi indispensable que sa version salon. Il se destine plutôt à un public jeune, du fait de sa faible difficulté ainsi que de sa courte durée de vie ou aux inconditionnels qui voudraient redécouvrir des niveaux qui leur ont manqué.

Points positifs

  • Très belle réalisation graphique
  • Un joli cadeau pour les fans
  • Les missions supplémentaires difficiles
  • Le street pass

Points négatifs

  • Le gameplay pas si original
  • La durée de vie du mode histoire
  • La narration vraiment ridicule. Et à n'importe quel âge hein.

A propos de l'auteur

JoKeR

JoKeR

35 ans | Rédac' Chef / Touriste.

Passez votre chemin, ce mec est un con. Avis de merde, méconnaissance générale du sujet et pleins pouvoirs sur le site, ce mec est un imposteur. Regardez, je me suis emparé de son compte pour écrire sa bio et à mon avis il ne s'en apercevra jamais ce naze.

Contacter

Commentaires