Test : Tom Clancy's Ghost Recon - Shadow Wars

Tom Clancy's Ghost Recon - Shadow Wars - 3DS

Genre : Action stratégique et tactique

Date de sortie : 25 mars 2011

Genre
Action stratégique et tactique
Date de sortie
25 mars 2011 - France
Développé par
Ubisoft
Edité par
Ubisoft
Disponible sur
3DS
Parfois appelé
Ghost Recon - Lead to the Ghosts

C'est pas moins de 13 jeux qui accompagnent la sortie de la 3DS ce 25 mars et on doit quatre d'entre eux à Ubisoft. Si on peut regretter que l'éditeur français propose en grande majorité des resucées de titres déjà connus des joueurs, il n'en demeure pas moins vrai qu'il figure parmi ces jeux une, et une seule, création originale : Ghost Recon : Shadow Wars. Il reste maintenant à savoir ce qu'elle vaut.

 
 
La licence Tom Clancy est sans doute l'une des plus prolifique du monde du jeu vidéo. Entre les Ghost Recon, H.A.W.X. et autres Splinter Cell, il s'écoule rarement plus d'un an entre la sortie de deux jeux estampillés Tom Clancy. Et on a toujours droit aux mêmes ressorts scénaristiques. C'est donc sans grande surprise que ce Tom Clancy's Ghost Recon : Shadow Wars nous livre un scénario aussi fin et réfléchi qu'une diarrhée aiguë à base du sempiternel complot des vilains pas beaux venus de l'est. Et oui, on a encore droit à un conflit opposant les gros méchants Russes aux gentils Américains. Non mais franchement les gars, il faudrait que vous sortiez de votre grotte maintenant. La guerre froide est terminée depuis 1991. Ça fait dix ans qu'on est passé aux méchants extrémistes musulmans. Plus sérieusement, le scénario n'est certainement pas le point fort du titre. Il reste à espérer que le gameplay soit au rendez-vous.
 

L'agence tous risques

Ghost Recon : Shadow Wars se présente sous la forme d'un jeu de stratégie au tour par tour avec un petit côté jeu de rôle. On déplace donc ses Ghosts de case en case en leur assignant une destination et/ou une action à effectuer à tour de rôle avec l'I.A. ou un autre joueur. Chacun des soldats de votre équipe fait partie d'une classe particulière et possède donc des compétences spécifiques. Si on se doute des spécificités du mitrailleur, du médecin et du sniper, on précisera tout de même que le soldat de reconnaissance est équipé d'un camouflage optique le rendant invisible pour peu qu'aucun soldat ennemi ne se trouve à proximité immédiate, que le commando peut balancer une salve de missile et que le sapeur peut déployer une tourelle de mitrailleuses. Le soldat furtif est sans aucun doute le plus fun à contrôler : infiltrer une base et la nettoyer sans qu'aucun soldat ennemi ne puisse vous voir venir a quelque chose de fort grisant.
 

Tous à couvert !

Il s'agit donc ici de placer ses hommes et de leur dire sur qui tirer. Mais il y a bien évidemment tout un tas de paramètres dont il faudra tenir compte si on espère venir à bout de cette pseudo-conspiration, à commencer par la distance qui sépare vos hommes des soldats ennemis. En effet, si lorsque votre ghost attaque un ennemi, il se met à portée de tir de ce dernier, il subira instantanément un tir de riposte de sa part ainsi que de tous ses petits camarades qui l'ont dans leur ligne de tir. Pour minimiser les dégâts occasionnés par ces attaques intempestives, il convient donc de rester à couvert derrière un muret ou dans un bâtiment. Mais ce n'est pas tout, la topographie des lieux aussi a son rôle à jouer. Une position en hauteur augmentera les dégâts infligés par votre soldat et constituera par la même occasion une bonne protection contre les tirs ennemis.
 

Sir, yes sir !

Mais pour bien faire, il faut aussi s'emparer des centres de commandement. Chacun d'entre eux vous octroie un point de commandement à la fin de chaque tour pour peu que vous en ayez le contrôle. À terme, ces points vous permettent d'utiliser des compétences spéciales qui feront bien souvent la différence dans les situations délicates. Elles sont au nombre de trois : puissance vous permet de donner un bonus de puissance à un de vos ghosts, réactiver autorise un de vos soldats à agir une seconde fois dans le tour en cours, et frappe aérienne lance un bombardement sur la zone que vous aurez désignée. Des capacités fort appréciables donc, mais qui coûtent cher en point de commandement. Surtout que vos adversaires essaieront également de prendre le contrôle de ces centres de commandement !
 

RPG war

Le titre d'Ubisoft comporte également une composante jeu de rôle qui, si elle n'est malheureusement pas franchement approfondie, a au moins le mérite d'exister. Ainsi, lors des missions, à chaque fois qu'un de vos hommes exécute une action, il gagne un certain nombre de points qui remplissent une jauge. Une fois celle-ci pleine, le personnage en question peut utiliser une compétence spéciale qui se résume bien souvent à une version plus puissante de son attaque de base.
Ensuite, à la fin de chaque mission, votre équipe reçoit un certain nombre d'étoiles en fonction des objectifs accomplis. A vous de les affecter aux membres de l'équipe pour améliorer leur équipement et leur santé. Il est malheureusement impossible de choisir quelle statistique développer, les bonus s'obtenant dans un ordre prédéfini. Dommage.
 

Article rédigé par pattoune , le

Ubisoft nous propose là un jeu de stratégie bien sympathique. Malheureusement, Ghost Recon : Shadow Wars, même s'il reste agréable à jouer, souffre d'un gameplay pas assez approfondi qui l'empêche d'atteindre le firmament des jeux de stratégie. Et ce n'est pas le maigre aspect RPG qui a été gréffé au titre qui change la donne. Quant au scénario...

Points positifs

  • Un jeu original sur 3DS
  • Fun à jouer
  • Réussi visuellement...

Points négatifs

  • Mais ne décroche pas la mâchoire non plus
  • Manque de profondeur du gameplay
  • Que dire du scénario...

A propos de l'auteur

pattoune

pattoune

34 ans | Ours savant

Davantage ours que savant, ce con n'a pas compris que l'hibernation c'est en hiver. Résultat, il reste cloitré dans sa grotte à longueur d'année. Ce qui arrange bien du monde. Mais ce n'est pas un mauvais bougre. Il est même plutôt drôle à l'occasion. C'est souvent à ses dépens mais chut, il faut pas le dire. Ayant été récemment rattrapé par l'eau courante et l'électricité, il est désormais en mesure, après avoir difficilement assimilé les bases de l'hygiène corporelle, de nous livrer tests, news et autres contenus enchanteurs. Il nous reste plus qu'a espérer qu'il ne lui vienne pas l'idée de faire prendre un bain à son PC... Trop tard.

Contacter

Commentaires