Preview : Professeur Layton vs Phoenix Wright : Ace Attorney

Professeur Layton vs Phoenix Wright : Ace Attorney - 3DS

Genre : Enquêtes encore plus tordues

Date de sortie : 28 mars 2014

Dans ce TGS morose qu’est celui de 2012, certains éditeurs sont tout de même bien présents. C’est le cas de Level 5 qui nous amène énormément de bons jeux dont le très attendu Professeur Layton Vs Phoenix Wright.

 
 
Nous avons affaire à deux mastodontes. Deux excellents jeux qui chacun nous propose, à l’origine, un gameplay innovant et efficace, des graphismes façon dessin animé de toute beauté et une très bonne bande son. A comprendre que chacun des deux jeux possède son identité propre. Quelle ne fut pas notre surprise lorsque nous apprîmes (ouais je gère le passé simple, je suis un fou) qu’un cross over allait être mis en développement ! Comment mélanger deux univers possédant un très fort caractère en un seul et unique jeu ? Et surtout, au-delà du caractère, comment unir deux gameplay qui n’ont strictement rien à voir ? La réponse est facile et immédiate lorsque l’on prend la 3DS en main : scinder le jeu en deux parties. Dès l’écran titre on vous demande de choisir entre Layton ou Phoenix Wright. Il va donc falloir faire la queue deux fois pour pouvoir voir l’intégralité de la démo. Par chance le stand Level 5 était plutôt vide.
 
 
On commence par choisir Phoenix Wright et on se retrouve, après une scène cinématique dessin animée caractéristique de la série, propulsé dans un tribunal. On comprend que l’on n’est pas au Japon car Phoenix Wright se fait vanner sur le fait qu’il n’a pas eu le temps d’intégrer tout le code pénal de la région. Bah oui, il se fait vanner, c’est pas parce que l’on est dans un cross over que la patte de chaque série doit disparaître. Celle de Ace Attorney est bien présente. Tout est là, de l’animation ridicule du marin qui fait office de témoin, au cousin éloigné du procureur Bouley qui essaie tant bien que mal de vous coincer. On est en terrain connu, on interroge, on objectionne, on montre les preuves. Du bon Ace Attorney d’antan comme on l’aime. Cette fois il va falloir prouver que l’accusée n’est pas une sorcière. Intéressant.
 
 
On refait la queue, et on choisit Layton. Ça commence fort, on nous introduit le système de la loupe apparu avec l’épisode 5 sur 3DS, on fouille et hop on trouve une énigme très rapidement. L’énigme vous demande de mener deux sorcières dans leurs châteaux respectifs. C’est le jeu de l’échelle, la sorcière tourne dès quelle croise un barreau. Il vous faut donc effacer les barreaux inutiles pour leur dévoiler le chemin. Je ne sais pas si c’est parce que c’était la fin de la journée mais j’ai eu du mal à la résoudre. Pour une première énigme ça y va fort. Encore une fois tout est pensé pour nous rappeler la licence. Les musiques avec accordéons, les bruitages, les voix, tout est là. On joue bien à un Layton. Pourtant il est surprenant de voir Layton impliqué dans cette affaire. Je m’explique. Jusqu’à présent il n’y a jamais eu de surnaturel à proprement parler. Chaque apparition du surnaturel a toujours eu une explication scientifique, bien que laissant le doute planer subtilement sur certains faits.
Ici, une fois l’énigme résolue, Layton se retrouve face à une sorcière qui va user de ses pouvoirs magiques pour foutre le bordel. On a affaire à de la vrai magie bien bourrine. Rien de subtil. Ça choque un petit peu mais rien de grave.
 

Article rédigé par Wildchoc , le

20 minutes c’est peu pour ce genre de jeu. Au bout de ces 20 minutes, c’est la frustration qui prend le pas. Ce qui est bon signe ! On en reveut ! Le cocktail prend, il a été sage de séparer les deux protagonistes, bien que pour le moment rien n’explique le VS du titre. Il semblerait que Layton s’occupera de l’exploration et de l’enquête et Phoenix Wright de la défense. Les deux protagonistes travailleraient alors ensemble, et pas l’un contre l’autre. Dans tous les cas, à aucun moment les deux ne se sont retrouvés au même endroit. On attend ce moment avec grande impatience !

A propos de l'auteur

Wildchoc

Wildchoc

32 ans | Tanuki lubrique

Le wildchoc sauvage est un petit animal farouche au poil soyeux. Passionné de jeux vidéo il ne sort que très peu souvent pour subvenir à ses besoins naturels tels que se nourrir et se reproduire. Il est cependant facile d'en capturer un en faisant résonner à l'extérieur de sa tanière une douce musique Chip tune. Pourquoi en attraper un ? Ils font en général de très bon coussins.

Contacter

Commentaires