Test : VVVVVV

VVVVVV - 3DS

Genre : Plate-formes old-school

Date de sortie : 10 mai 2012

Genre
Plate-formes old-school
Date de sortie
10 mai 2012 - France
Développé par
Terry Cavanagh
Edité par
Nicalis
Disponible sur
3DS, PC, PSVita
Site officiel
Site officiel

Le jeu vidéo indépendant se tape l'incruste sur 3DS. En effet, VVVVVV, le jeu de Terry Cavanagh qui avait fait son petit effet en 2010 sur PC, est arrivé sur l'eShop de la 3DS depuis peu. Et ce pour le plus grand plaisir des joueurs 3DS.

 
 
Ce test reprend celui publié par pattoune pour la version PC. Le jeu n'ayant que très peu changé depuis. Rendez-vous à la fin du test pour aborder les petites différences de cette version 3DS.

Alors que vous et votre équipage voguez paisiblement dans l'espace intergalactique, votre vaisseau subit de lourds dégâts de manière aussi soudaine qu'inexpliquée. Une solution pour vous en sortir : vous téléporter en lieu sûr avec tout le personnel de bord. Seulement voilà, une faille spatio-temporelle que ne renierait pas le docteur Emmet Brown, vient foutre le bordel tant et si bien que tout ce petit monde se retrouve téléporté aux quatre coins d'une zone inexplorée et visiblement hostile. Cette odyssée spatiale développée par Terry Cavanagh prend la forme d'un jeu de plates-formes 2D au design 8 bits. Mais il a une particularité qui le rend unique à bien des égards : on ne peut pas sauter.
 

Excusez-moi, je crois que j'ai mal compris

Non, vous avez bien compris, il nous est bel et bien impossible de sauter dans ce jeu de plateforme. Mais alors, comment faire pour ne pas tomber dans le gouffre qui sépare deux perchoirs ? Rien de plus simple, il suffit d'inverser la gravité. Votre personnage se retourne alors pour tomber en haut. Et c'est au tour d'Isaac Newton de se retourner dans sa tombe. Bien attendu, pour que ça marche, il faut qu'on ait un plafond à disposition pour pouvoir marcher dessous. Sinon on tombe sans cesse vers le haut jusqu'à ce qu'on trouve finalement une plateforme sur laquelle se poser. Mais pas de crainte à avoir quant à la hauteur des chutes, elles ne vous tueront pas. Donc au final, peu importe de tomber au fond du gouffre, à moins bien sûr que celui-ci soit garni de pieux. Dans ce cas là, la chute, que ce soit vers le haut ou le bas, est pour le moins fâcheuse. Cette inversion de gravité peut paraître anecdotique mais, au final, elle change radicalement votre façon de penser et donc, de jouer.
 

Mais on est où là ?

Pour en revenir à la réalisation du titre, si son aspect 8 bits lui confère une apparente simplicité et un côté épuré, il n'en est rien. Le travail effectué sur les fonds qui ne sont que rarement statiques, l'absence de scrolling, à deux ou trois exceptions près, font qu'on est très vite perdu, au même titre que notre avatar vidéoludique. Il est très difficile de trouver des points de repère, si bien que l'utilisation de la carte devient indispensable sous peine de très vite finir par tourner en rond.
Mais le sound design n'est pas en reste. La musique, totalement réalisée en chiptune, nous immerge totalement dans le jeu, tour à tour aérienne dans les phases d'exploration, et survitaminée dans les moments critiques. Les musiques sont dans l'ensemble d'une grande qualité. Les sons émis par les personnages lorsqu'ils changent d'expression rendent ces derniers aussi attachants que des bisounours.
 

Des pixels en 3D

La 3DS apporte peu à ce jeu mais il est tout de même important de souligner les petits ajouts de cette version. Passons en revue la 3D. Loin d'être indispensable, elle provoque surtout un effet de profondeur hypnotique entre l'action en premier plan et les fonds toujours en mouvement. Ce qui renforce l'effet de perdition du joueur. Un effet contrebalancé par la présence permanente de la carte sur l'écran du bas. On a toujours un point de repère dans cette aventure à l'ancienne. On notera néanmoins que le jeu est bien adapté à une portable puisque que l'on peut sauvegarder à tout moment. De plus, le côté un peu hardcore du jeu pourra mieux passer par des sessions courtes. Le seul regret sera le prix légèrement plus haut sur 3DS. Huit euros contre cinq euros sur PC. A vous de faire votre choix.

Article rédigé par Neo , le

VVVVVV est un jeu à l'aspect rétro bien assumé, dans la veine d'un Super Meat Boy. Visuellement loin d'être aussi beau que ce dernier, il en rebutera plus d'un à ce titre. Mais ceux qui passeront outre cet aspect 8 bits assumé se rendront compte que VVVVVV est un jeu bien fun et terriblement addictif. L'idée de l'inversion de la gravité est tout simplement géniale et est surtout exploitée de bout en bout. Le seul véritable gros défaut de ce titre réside dans sa difficulté, parfois outrancière, qui en découragera plus d'un. Le seul regret sera le prix de huit euros pour cette version 3DS contre cinq euros sur PC.

Points positifs

  • Une idée de gameplay géniale et bien exploitée
  • La musique
  • Un challenge relevé...

Points négatifs

  • ... même un peu trop parfois
  • Un aspect 8 bits qui peut agresser l'œil
  • Un peu plus cher sur 3DS

A propos de l'auteur

Neo

Neo

29 ans | L'élu des gamers

Après avoir détruit la matrice, Neo s'est dit « Pourquoi pas bosser sur GameHope ? ». Un nouveau défi pour l'élu. Après sa victoire incontestable, le monde réel lui paraissait fade et il est retourné dans le virtuel. Il est d'ailleurs en permanence branché à une PS3 en intraveineuse. Egalement passionné de cinéma, on le reconnait à ses yeux injectés de sang à force de passer des heures devant les écrans. Il a malgré tout réussi à apprendre à écrire et, afin de devenir le prochain Victor Hugo, expose sa prose sur GameHope.

Contacter

Commentaires