Preview : Rhythm Thief et Les Mystères de Paris

Rhythm Thief et Les Mystères de Paris - 3DS

Genre : Jeu de rythme

Date de sortie : 05 avril 2012

Genre
Jeu de rythme
Date de sortie
05 avril 2012 - France
Développé par
Sega
Edité par
Sega
Disponible sur
3DS

On sait déjà à quel point l'éditeur SEGA connait une longue histoire d'amour avec les jeux de rythme et les jeux musicaux. Space Channel 5, Project Diva (parmi tant d'autres) et aujourd'hui Rhythm Thief, prévu au premier trimestre 2012 en Occident, sont autant de pièces du puzzle musical oeuvré par la firme au hérisson bleu depuis des années. Servi sur Nintendo 3DS, qu'en est-il du dernier jeu de rythme made in SEGA qu'il nous a été donné de prendre en mains ?

 
 
Rhythm Thief et Les Mystères de Paris propose un pitch assez original pour un jeu de rythme. Raphaël est un voleur parisien qu'aucun musée, aussi verrouillé par des patrouilles de gardes soit-il, ne peut arrêter. Le jeune hors-la-loi est à la recherche du bracelet de Tiamat et veut résoudre en parallèle le mystère lié à la disparition de son paternel. Il devra pour cela résoudre une succession d'énigmes liées à des phases de jeu de rythme, et entamer une multitude de dialogues avec les divers protagonistes du soft, ainsi que fouiller les décors de ces mêmes phases de dialogues pour y trouver divers sons, et ce à l'aide du stylet, à l'instar d'un Professeur Layton.
 

Up Down Left Right Chu Chu Chu...

Ainsi, hormis des phases de dialogues (un peu trop nombreuses à notre goût pour le moment) bien traduites du nippon et des phases de recherche de sons dans ces fameux décors, on est en présence de séquences de gameplay de jeu de rythme assez variées pour séduire. Trois phases distinctes sont passées entre nos redoutables mains critiques. Dans un premier temps il a fallu faire danser un groupe en rythme en choisissant la direction adéquate sur l'écran tactile. Un simple mouvement du stylet vers la gauche ou la droite par exemple, permettra de respecter les figures imposées par le groupe de danseurs. Assez intéressante mais n'offrant pas un challenge hors du commun (critique que l'on pourra également émettre vis-à-vis des deux autres phases de gameplay musical auxquelles il nous a été donné de jouer), cette phase de jeu est par contre beaucoup plus riche que la suivante, où il s'agira de choisir une position parmi quatre distinctes lors de la fuite du musée du Louvre.
 

...Ulala non t'y es pas du tout là !

Lors de cette fuite, il sera question d'échapper au regard des gardes du musée en prenant les poses des diverses statues disséminées ça et là sur le chemin entre les-dits gardes et Raphaël. Et tout cela en musique, histoire de garder le tempo et surtout de savoir à quel moment prendre la pose. Une sorte de « timer » circulaire est présent afin de connaître le moment précis où toucher l'écran tactile pour faire son choix. Un cercle situé en bas à gauche de l'écran verra son diamètre rapetisser jusqu'à ce qu'il coïncide avec un cercle fixe, beaucoup plus petit. C'est à ce moment-là qu'il conviendra de toucher l'écran. Système simple et efficace qui aura déjà fait ses preuves. Le troisième passage nous aura fait hurler de rire sans pour autant grandement nous convaincre.
 

La célèbre brigade de police à roller de Paris

Car c'est bien de cette brigade qu'il s'agit ici. Il faudra lui échapper lors d'une course-poursuite sur les toits de la capitale, aussi délirante que simple dans son éxécution. Seuls deux boutons sont sélectionnables afin d'effectuer glissade et saut. La facilité déconcertante avec laquelle il nous aura été donné de passer cette étape du jeu est sans aucun doute à mettre sur le compte du syndrome « début de jeu » et n'aura en aucun cas valeur décisionnaire dans cette preview. La direction artistique du soft plaira sans nul doute aux plus jeunes d'entre nous et propose outre de fort beaux passages en 2D, des séquences en 3D un peu moins réussies, et présentant de toute manière un scrolling horizontal. La 3D stéréoscopique apporte son lot cosmétique sans faire défaut, mais cela ne va pas plus loin. Le plus dommageable dans la réalisation et ses choix artistiques est l'emploi de musiques aux tons un peu mièvres ; gageons que tout le soft n'est pas affublé d'un niveau musical aussi peu engageant.
 

Article rédigé par Rhyscard , le

Rhythm Thief et Les Mystères de Paris apportera sans aucun doute son lot de fraîcheur au premier trimestre de l'année prochaine. Réservé à un public somme toute assez jeune, il proposera sur la durée, on l'espère, le gameplay varié et qualitatif qu'il nous a été donné d'approcher lors de cette prise en mains. On souhaite également que les morceaux musicaux marquent plus les esprits sur la longueur, mais le soft regorge de bonnes idées bien mises en pratique et c'est là l'essentiel.

Commentaires